Avion russe abattu: un mauvais message envoyé aux terroristes

Téhéran – L’incident du chasseur-bombardier russe abattu mardi par la Turquie à sa frontière avec la Syrie envoie un mauvais message aux groupes terroristes et démontre le besoin d’une lutte internationale unie pour les combattre, a estimé le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif.

Cet acte montre une fois encore le caractère sensible de la situation en Syrie et son effet sur la paix et la sécurité mondiales, ainsi que la nécessité d’une lutte internationale unie pour combattre le terrorisme, a déclaré M. Zarif.

Il s’exprimait lors d’un entretien téléphonique avec son homologue russe Sergueï Lavrov mardi soir, selon Hossein Jaber-Ansar, porte-parole du ministère des Affaires étrangères à Téhéran.

De tels actes peuvent mener à une escalade de la crise syrienne et envoient un mauvais message aux groupes terroristes, a-t-il estimé.

Cela fait croire en effet aux groupes armés hostiles au régime de Bachar al-Assad, dont le groupe jihadiste Etat islamique (EI), qu’ils peuvent continuer leurs activités terroristes en tirant partie de la division parmi ceux qui les combattent.

Le président iranien Hassan Rohani, reprenant à son compte la version russe selon laquelle l’avion russe a été abattu alors qu’il se trouvait au dessus de la Syrie, a estimé que les missiles et les avions ne sont pas des jouets sur lesquels on peut décider de tirer à la légère. Cela est très alarmant et dangereux et a compliqué le problème de la crise syrienne, selon lui.

Nous demandons à nos amis et voisins de Turquie de rester très vigilants dans ces circonstance très sensibles, a-t-il ajouté, cité par l’agence officielle Irna.

Soulignant que la Russie et la Turquie étaient tous les deux des amis de la République islamique d’Iran, il a souhaité qu’avec sagesse et patience, ils prennent toutes les mesures pour éviter que de tels actes ne se reproduisent à l’avenir.

La Turquie a abattu mardi un avion militaire russe qui avait selon elle violé son espace aérien à sa frontière avec la Syrie, provoquant la colère du président russe Vladimir Poutine qui a dénoncé un coup de poignard dans le dos.

La Russie est avec l’Iran le principal soutien du pouvoir de Damas, alors que les Occidentaux et la Turquie veulent que le président syrien Bachar el-Assad quitte le pouvoir.

Le président Poutine, en visite lundi à Téhéran, y a rencontré le guide suprême, l’ayatollah Ali Khameni, plus haute autorité politique et religieuse d’Iran, mais également chef suprême des armées. Ils ont affiché leur entente parfaite pour rejeter toutes tentatives extérieures de dicter son avenir à la Syrie.

Romandie.com avec(©AFP / 25 novembre 2015 13h40)

Étiquettes : , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :