Congo: Convention nationale de l’I.d.c-Frocad : L’opposition congolaise entend renforcer et consolider sa cohésion

 

Claudine Munari, présidente de la commission préparatoire.

Ouverte le vendredi 8 janvier 2016, au siège de la C.a.d.d, à Poto-Poto, le troisième arrondissement de Brazzaville, la convention nationale du Frocad (Front républicain pour le respect de l’ordre constitutionnel et l’alternance démocratique) et l’I.d.c (Initiative pour la démocratie au Congo) n’a pu être clôturée le dimanche 10 janvier. Et pour cause, les quatre sous-commissions mises en place et chargées de réfléchir sur les thèmes soumis à cette grand-messe de l’opposition, à savoir: l’élection présidentielle, la gouvernance électorale, l’organisation de l’opposition, le bilan et les perspectives, n’avaient pas encore achevé leurs travaux. La plénière était prévue, lundi 11 janvier.

Plus d’une vingtaine de partis politiques prennent part à la convention nationale de l’opposition. Il y a, aussi, les personnalités comme Charles Zacharie Bowao, qui, du reste, est le président du présidium des travaux. Les leaders de l’opposition veulent envoyer un message d’unité et de cohésion en leur sein, à deux mois et demi de l’élection présidentielle anticipée du 20 mars prochain. Pour Claudine Munari, présidente de la commission d’organisation de cette convention, ce moment est un tournant décisif et exceptionnel. «Elle permettra de consolider la cohésion au sein de l’opposition, de renforcer l’unité de l’opposition, d’une part, et d’examiner les conditions permissives d’une élection présidentielle respectueuse de la légalité et des droits fondamentaux, d’autre part», a-t-elle déclaré, dans son mot d’ouverture des travaux. S’adressant aux leaders des partis et associations, elle a demandé de donner, au cours de ces assises, la plaine mesure de leur capacité à transcender leurs différends. «Je vous exhorte à nous dépasser et à discuter sans tabous, afin de prendre les bonnes décisions qui permettront le retour à l’ordre constitutionnel, en redonnant, par la force de la loi, à notre peuple, le souverain primaire, toutes ses prérogatives perdues devant la force des fusils», a dit Claudine Munari. Pour elle, ces assises ne doivent pas être «le théâtre d’invectives  stériles, mais un moment de conscience et de responsabilité collective, pour décider de ce que devront être notre pays, notre démocratie et notre vivre ensemble». Elle a, ensuite, décrié les violences, les crimes de sang, les confiscations de liberté qui ont émaillé l’année 2015 au Congo, en souhaitant que «la présente convention adopte une motion condamnant fermement tous ces faits de violence perpétrés sur le territoire congolais».

Le président de l’I.d.c, André Okombi-Salissa, s’est, quant à lui, insurgé contre une minorité conservatrice qui veut, à tout prix, imposer la paix par les armes, en soulignant que «les plateformes I.d.c-Frocad disent, une fois encore, haut et fort: plus jamais ça!». Pour lui, «les assises de la convention de l’opposition congolaise ont été convoquées pour faire sans complaisance le point des acquis et des faiblesses de la marche politique et organisationnelle de l’opposition, de mieux structurer la résistance citoyenne face aux impératifs à court, moyen et long termes». Il a appelé ses pairs à un sursaut national: «Nous avons un devoir de vérité vis-à-vis de nous-mêmes et vis-à-vis du peuple».

De son côté, Pascal Tsaty-Mabiala, coordonnateur du Frocad, a saisi cette occasion, pour appeler à la cohésion.  «La présente convention vise à rassembler l’opposition, sans doute, la plus représentative du pays. Le but avoué est d’obtenir l’alternance démocratique dans notre pays et la cohésion nationale». Mais, pour lui, l’alternance n’est pas encore gagnée, et pour cause, la convention «se tient dans un contexte politique marqué par un lourd contraste avec, d’une part, les forces de l’opposition qui sont pour l’alternance démocratique et, d’autre part, les forces politiques obscurantistes et rétrogrades incarnées par le Parti congolais du travail, qui demeure farouchement opposé à cette alternance démocratique, et qui maintient la société dans la discorde, en sublimant la violence comme moyen d’accès au pouvoir».

Signalons que la majorité des ténors des deux plateformes de l’opposition étaient à l’ouverture de cette convention, sauf Mathias Dzon, qui, déjà, prône le boycott de l’élection présidentielle anticipée.

Lasemaineafricaine.net par Cyr Armel YABBAT-NGO

Étiquettes : , ,

Une Réponse to “Congo: Convention nationale de l’I.d.c-Frocad : L’opposition congolaise entend renforcer et consolider sa cohésion”

  1. Bouesso Says:

    Courage…!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :