Rohani en Italie et en France pour sa première visite officielle en Europe

Téhéran – Le président iranien Hassan Rohani se rend en Italie et en France la semaine prochaine, sa première visite officielle en Europe qui survient après la fin de l’isolement de l’Iran avec l’entrée en vigueur de l’accord nucléaire et la levée des sanctions.

M. Rohani, qui sera dans ces deux pays du 25 au 27 janvier, devait effectuer ce voyage en novembre 2015, mais il avait dû l’annuler à la suite des attentats jihadistes meurtriers de Paris le 13 novembre.

Cette visite intervient dans un contexte favorable à l’Iran qui peut désormais relancer ses relations économiques avec l’Italie et la France, ses principaux partenaires économiques avant le renforcement des sanctions internationales en 2012 pour obliger Téhéran à limiter son programme nucléaire.

A la tête d’une importante délégation politique et d’hommes d’affaires, M. Rohani aura lundi un déjeuner de travail avec le président italien Sergio Mattarella avant de rencontrer le Premier ministre Matteo Renzi et de prononcer un discours devant un forum économique.

Ce modéré qui prône une ouverture politique, économique et sociale, rencontrera également le pape François. La dernière visite d’un président iranien au Vatican a été effectuée en 1999 par l’ex-président réformateur Mohammad Khatami.

L’Italie était le premier partenaire économique de l’Iran en Europe avant 2012 et leurs échanges commerciaux s’élevaient à sept milliards d’euros avant de tomber à 1,2 milliard.

Les industriels italiens attendent beaucoup de la levée des sanctions économiques qui ont asphyxié l’économie de l’Iran, pays membre de l’Opep qui détient les quatrièmes réserves de brut au monde et les deuxièmes de gaz.

– Voitures, avions –

Le vice-ministre italien du Développement économique, Carlo Calenda, avait conduit fin novembre à Téhéran une délégation de représentants de 178 entreprises, de 20 associations entrepreneuriales et 12 groupes bancaires.

Après l’Italie, M. Rohani ira en France pour s’entretenir avec son homologue François Hollande, alors que Paris espère elle aussi revenir en force en Iran.

Les constructeurs automobiles Renault et Peugeot étaient des partenaires privilégiés de l’Iran et contrôlaient plus de 30% du marché automobile, aujourd’hui en pleine expansion. Ils espèrent retrouver une partie de la place perdue, mais doivent faire face à la concurrence des constructeurs allemands, sud-coréens, chinois ou encore japonais.

L’Iran construit actuellement plus 1,1 million de véhicules mais veut en produire 1,6 million en 2016 puis 3 millions, en collaboration avec des fabricants européens et asiatiques.

Nous allons discuter à propos de Peugeot lors de la visite. Il faut voir quelle sera l’attitude de la partie française et ensuite nous déciderons de la signature d’un accord, selon les Affaires étrangères iraniennes.

Une importante délégation économique française de 150 entrepreneurs s’est rendue en Iran en septembre pour y reprendre pied, deux mois après la signature en juillet de l’accord nucléaire qui vise à garantir la nature strictement pacifique du programme nucléaire iranien.

Des discussions sont également en cours pour acheter des Airbus afin de moderniser la flotte civile iranienne qui a souffert de plus de 36 ans de sanctions américaines.

– ‘La confiance, ça se construit’ –

Les conflits et crises au Proche-Orient vont aussi dominer les discussions de M. Rohani, dont le pays chiite est un poids lourd de la région avec le rival saoudien sunnite.

M. Hollande a estimé que le retour de l’Iran sur la scène internationale était désormais possible.

Il a appelé à la désescalade entre l’Iran et l’Arabie saoudite qui ont rompu leurs relations diplomatiques début janvier après l’exécution d’un dignitaire chiite par Ryad et le saccage de l’ambassade saoudienne à Téhéran.

Ryad, allié de longue date des Occidentaux, et Téhéran, qui était encore il y a quelques mois au ban des nations, s’affrontent par conflits interposés en Syrie et au Yémen notamment.

Longtemps opposés à un rôle de l’Iran dans un règlement en Syrie, la France et les Etats-Unis ont fini par inviter Téhéran aux négociations de Vienne en novembre 2015. Mais leurs positions restent toujours éloignées, l’Iran soutenant le régime de Bachar al-Assad.

La confiance, ça se construit (…) Sur ce dossier spécifique du nucléaire, la relation est plus détendue. Pas sur les autres. Il n’y a pas de changement de ligne iranienne pour le moment sur les sujets régionaux, a estimé une source diplomatique française. Mais la visite de Rohani, c’est quand même l’idée d’ouvrir une page nouvelle.

Romandie.com avec(©AFP / 23 janvier 2016 11h40)

Étiquettes : , , , , ,

Une Réponse to “Rohani en Italie et en France pour sa première visite officielle en Europe”

  1. Bouesso Says:

    La diplomatie reprend de l’l’aile

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :