Présidentielle congolaise: arrestation d’un rival de Sassou Nguesso

 le-general-jean-marie-michel-mokoko

Le Général Jean-Marie Michel Mokoko

Le procureur de la République a ordonné vendredi à Brazzaville « l’interpellation » et « l’interrogatoire » du général Jean-Marie Michel Mokoko. Il s’agit de l’un des candidats à la présidentielle du 20 mars faisant face au sortant Denis Sassou Nguesso.

« J’ai prescrit en date du 17 février au directeur général de la surveillance du territoire les missions de procéder immédiatement à l’interpellation », a déclaré le procureur André Oko Ngakala sur la télévision publique. Vendredi soir, toutes les voies qui donnent accès à la résidence officielle du général Mokoko ont été barricadées par la police en plein centre-ville de Brazzaville.

Jeudi, le directeur de la sécurité du territoire avait adressé une convocation au général Mokoko, le convoquant vendredi pour « une affaire le concernant ». Son avocat Me Jean-Philippe Esseau, qui a répondu à la convocation, n’a pas fait de déclarations à la presse.

Depuis le 13 février, date de la première réunion politique publique du général à Brazzaville, circule sur internet une vidéo le mettant en cause dans une apparente tentative de coup d’Etat.

L’interpellation a été ordonné dans le cadre d’une enquête sur « des informations parvenues à mon parquet faisant état de la circulation sur la place de Brazzaville, et même au niveau national, des déclarations largement relayées par la rue et les réseaux sociaux », a détaillé le procureur.

« Manipulation grossière »
Dans cette vidéo, qui remonte au début de la décennie 2000, le général Mokoko déclare avoir « renoncé à prendre le pouvoir » à plusieurs reprises alors que les conditions étaient réunies par le passé. Mais « aujourd’hui, le devoir m’appelle à prendre les choses en mains de façon que nous repartions sur des bases saines ».

A la fin de la vidéo, le général apparaît de face dans une séquence présentée comme destinée à être diffusée à la télévision congolaise. L’équipe de campagne du général Mokoko a publié un communiqué affirmant que cette vidéo était une « manipulation grossière ».

Chef d’état-major des Forces armées congolaises (FAC) entre 1987 et 1993, M. Mokoko a annoncé qu’il se portait candidat à la présidentielle du 20 mars face au président Denis Sassou Nguesso, qui cumule plus de 32 ans à la tête du pays.

Romandie.com

Étiquettes : , , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :