Trente-six morts dans des coups de grisou dans le Grand Nord russe

Deux coups de grisou ont fait 36 morts en trois jours dans une mine de charbon du Grand Nord de la Russie, a indiqué la compagnie exploitant le site. Il s’agit de l’accident le plus meurtrier dans le pays ces dernières années.

Quatre personnes avaient été tuées jeudi par un premier coup de grisou et 26 mineurs portés disparus. La compagnie Vorkoutaougol, qui exploite la mine de charbon de Severnaïa, a annoncé dimanche que ces derniers sont désormais considérés comme morts. Elle a aussi annoncé la fin des opérations de sauvetage auxquelles participaient depuis jeudi des centaines de personnes.

Une nouvelle explosion de méthane dimanche dans la mine a entraîné la mort de six autres personnes, a indiqué un porte-parole du ministère des Situations d’urgence dans la région arctique de Komi. Les victimes sont cinq sauveteurs et un mineur. La déflagration s’est produite alors que 77 personnes se trouvaient encore au fond de la mine.

Le feu brûle toujours
Une porte-parole de Vorkoutaougol, Tatiana Bouchkova, a précisé dans un courriel adressé à l’AFP qu’un feu brûlait toujours dans le puits de la mine et que de nouvelles explosions étaient à craindre. Au total, 71 personnes ont été remontées vivantes à la surface, dont onze blessées.

Le ministre des Situations d’urgence Vladimir Poutchkov, qui s’était rendu sur place jeudi, avait indiqué que les centaines de secouristes travaillaient dans des conditions difficiles, sans visibilité, avec de la fumée, des éboulements, tandis que des explosions de gaz se poursuivaient.

Au total, 110 personnes étaient présentes dans la mine lors du premier coup de grisou jeudi, survenu à une profondeur de 748 mètres. Trois jours de deuil ont été décrétés dans la région à partir de dimanche après la catastrophe minière.

Conditions extrêmes
Une enquête criminelle a été ouverte pour déterminer s’il y avait eu des violations des règles de sécurité. Vorkoutaougol a assuré avoir investi des fonds importants ces dernières années dans la sécurité de cette mine.

Connue pour ses conditions climatiques extrêmes, la région de Vorkouta, située à près de 2000 km au nord-est de Moscou, abritait à l’époque stalinienne des camps comptant plusieurs dizaines de milliers de détenus employés dans les mines. A la fermeture des camps dans les années 50, l’exploitation des mines s’est poursuivie.

Les accidents mortels dans les mines de Russie, comme ailleurs en ex-URSS, sont fréquents. Ils sont souvent provoqués par la vétusté des infrastructures ou la violation des règles de sécurité. L’accident minier le plus meurtrier de ces dernières années en Russie avait fait au moins 73 morts en mai 2010, toujours dans la région de Kemerevo.

Romandie.com

Étiquettes : , , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :