Brésil: Dilma Rousseff accuse son vice-président de « trahison » pour le vote de sa destitution du dimanche

La présidente brésilienne Dilma Rousseff a accusé mardi de « trahison » son vice-président Michel Temer. Il a fait fuiter lundi l’enregistrement d’un discours préparé au cas où il succéderait à la dirigeante de gauche menacée de destitution au Parlement.

« Nous vivons des moments étranges de coup d’Etat, de farce et de trahison » a attaqué Mme Rousseff à Brasilia, qualifiant, sans le nommer, Michel Temer de « chef conspirateur ».

M. Temer, dirigeant du grand parti centriste PMDB, qui a claqué récemment la porte de la coalition chancelante de Mme Rousseff, a « avoué » lundi avoir « accidentellement » fait fuiter l’enregistrement d’un discours « au peuple brésilien » qu’il avait préparé en cas de destitution de Mme Rousseff pour maquillage des comptes publics.

Dans le discours, ce discret homme d’appareil qui ne cache plus ses ambitions avance que sa « grande mission désormais est d’apaiser le pays, d’unifier le pays ».

Tentative de coup d’Etat
M. Temer y appelle tous les partis à travailler ensemble « pour sortir le pays de la crise » économique et politique dans laquelle le géant émergeant d’Amérique latine est profondément englué.

« Le masque des conspirateurs est tombé. Ce geste révèle une trahison envers moi et la démocratie, preuve que ce chef conspirateur n’a pas d’engagement envers le peuple », a contre-attaqué Mme Rousseff.

Accusée de maquillage des comptes publics par l’opposition de droite, Mme Rousseff se défend d’avoir commis aucun « crime de responsabilité » susceptible de motiver sa destitution.

Elle se dit victime d’une tentative de « coup d’Etat » institutionnel instrumentalisée par une opposition revancharde n’ayant pas digéré sa défaite électorale à la présidentielle de 2014.

Procédure
Une commission parlementaire a approuvé lundi un rapport non contraignant préconisant aux députés de voter la poursuite du processus de destitution de Mme Rousseff devant le Sénat.

Les députés vont se réunir à partir de vendredi en assemblée plénière, où deux tiers des votes (342 sur 513) seront requis pour que la procédure se poursuive au Sénat, faute de quoi elle serait définitivement enterrée.

Les débats commenceront vendredi matin par la présentation des arguments de l’accusation et de la défense.

Viendra ensuite le tour des 25 partis représentés dans cette assemblée qui disposeront d’une heure chacun pour faire connaître leur position en faveur ou contre l’impeachment.

Les débats marathon du week-end reprendront samedi matin avec les discours individuels des députés qui auront trois minutes maximum chacun.

Si la procédure franchit ce cap, lors d’un vote prévu dimanche, le Sénat devra approuver ou non à la majorité simple la mise en accusation de la présidente.

Le vote commencera dimanche à 14H00 (17H00 GMT) et le résultat devrait être connu en fin de soirée, a déclaré à l’AFP un porte-parole de la chambre basse. L’opposition de droite devra réussir à mobiliser deux tiers des votes des députés (342 sur 513) pour que la procédure se poursuive au Sénat, faute de quoi elle serait définitivement enterrée.

Chaque député sera appelé par son nom et devra se lever pour aller annoncer son vote au micro.

Si la procédure franchit ce cap, le Sénat devra approuver ou non à la majorité simple la mise en accusation de la présidente, qui serait alors écartée du pouvoir pendant un délai maximum de 180 jours, en attendant un vote définitif sur sa destitution nécessitant les deux tiers des suffrages des sénateurs.

La journée de dimanche s’annonce particulièrement tendue avec des milliers de manifestants des deux camps qui seront rassemblés devant le Congrès.

C’est son vice-président Michel Temer qui serait appelé à la remplacer.

Mme Rousseff a pris ses fonctions pour son second mandat présidentiel le 1er janvier 2015. Il doit se terminer le 1er janvier 2019.

Romandie.com avec(©AFP / 12 avril 2016 23h01)

Étiquettes : , , ,

3 Réponses to “Brésil: Dilma Rousseff accuse son vice-président de « trahison » pour le vote de sa destitution du dimanche”

  1. La revue de Claire Says:

    Pauvre Dilma

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :