Pakistan : les talibans afghans confirment la mort de leur chef, le mollah Mansour

Photo fournie par les talibans afghans et datant du 1er juin 2014 du mollah Akhtar Mansour.

Photo fournie par les talibans afghans et datant du 1er juin 2014 du mollah Akhtar Mansour. (AFP)
Les États-Unis ont annoncé samedi qu’ils avaient tué dans une frappe aérienne au Pakistan le chef des talibans afghans, le mollah Akhtar Mansour. Sa mort a été confirmée à l’agence AP par un commandant taliban, le Mollah Abdul Rauf, et par les services de renseignement afghan.

 «Le mollah Akhtar Mansour était surveillé depuis un certain temps, indiquent les services afghans. Il a été tué dans une frappe de drone hier (ndlr. samedi) au Baloutchistan», province du sud-ouest du Pakistan.

Selon le porte-parole du Pentagone Peter Cook, le mollah Mansour a été visé par une frappe de drone dont on a appris, un peu plus tard, de source anonyme, qu’elle a été autorisée par Barack Obama lui-même. Depuis la fin de la mission de combat de l’Otan en Afghanistan, en 2014, les forces américaines n’ont plus théoriquement qu’un rôle de conseil et d’assistance auprès des forces afghanes. «Mansour était (…) une menace imminente pour le personnel américain, les civils afghans et les forces de sécurité afghanes», a déclaré le secrétaire d’Etat américain John  Kerry à la presse depuis Naypyidaw, la capitale birmane, ajoutant qu’«il était également directement opposé aux négociations de paix».

Un raid des forces spéciales américaines

Le bombardement a été mené par plusieurs drones des forces spéciales américaines dans une zone éloignée à la frontière de l’Afghanistan et du Pakistan, « au sud-ouest de la ville d’Ahmad Wal », située en territoire pakistanais, a précisé le responsable américain. « Il était un obstacle à la paix et à la réconciliation entre le gouvernement d’Afghanistan et les talibans, interdisant aux chefs talibans de participer aux négociations de paix avec le gouvernement afghan », a justifié Cook.

Selon des responsables pakistanais, l’homme présenté comme le chef des talibans voyageait sous une identité pakistanaise et un nom d’emprunt. Il arrivait d’Iran dans une voiture de location. Le raid a «totalement détruit» le véhicule dans lequel circulaient deux individus dont les dépouilles sont «méconnaissables», a indiqué un membre des services de sécurité pakistanais. Les deux cadavres ont été transférés vers un hôpital de Quetta, le chef-lieu de la province du Baloutchistan.


Des Pakistanais autour de la carcasse du véhicule dans lequel le mollah Mansour a été tué par une frappe de drone US. AFP Photo 

Bras droit du mollah Omar jusqu’à sa l’annonce officielle de sa mort, en juillet 2015 – alors que le chef suprême des talibans est sans doute décédé de maladie en avril 2013 – mollah Mansour avait alors pris les rênes de l’organisation.

Sa mort déjà démentie en décembre 2015

En décembre 2015, des sources afghanes et pakistanaises l’avaient dit grièvement blessé voire tué dans une fusillade lors d’une réunion de cadres talibans qui aurait dégénéré près de Quetta au Pakistan. Sa mort avait été démentie par le mouvement islamiste. Depuis un an, Akhtar Mansour tentait sans grand succès d’asseoir son autorité, perdant de nombreux combattants talibans, prêts à rallier des factions dissidentes, notamment celles rattachées au groupe État islamique.

Pour beaucoup, la stratégie offensive actuelle des talibans était à mettre sur le compte du mollah. Le gouvernement afghan est mis à rude épreuve par les talibans, qui ont effectué de nombreuses avancées dans le pays depuis l’arrêt de la mission de combat des États-Unis et de l’Otan fin 2014. Les talibans avaient lancé mi-avril leur « offensive de printemps », marquée par un attentat particulièrement meurtrier en plein Kaboul fin avril, qui avait fait 64 victimes.

Le processus de paix entre Kaboul et les talibans est moribond. Depuis janvier, Afghans, Chinois, Américains et Pakistanais ont organisé plusieurs réunions destinées à inciter les talibans à s’asseoir à la table des négociations. En vain. Le Pakistan a accueilli mercredi dernier une nouvelle session de pourparlers internationaux, qui n’a débouché sur aucune avancée visible. La mort du mollah peut avoir des conséquences positives pour ces discussions, ou bien aucune : les talibans ont de nombreux chefs et sont actuellement très divisés.

Leparisien.fr avec agences

Étiquettes : , ,

Une Réponse to “Pakistan : les talibans afghans confirment la mort de leur chef, le mollah Mansour”

  1. La revue de Claire Says:

    Il faut être prudent

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :