Présidentielle Gabonaise: Jean de Dieu Moukagni Iwangou fait trembler le Palais

Ce n’est pas pour rien que le Béninois, Maixent Accrombessi, directeur de cabinet de Bongo Ondimba Ali (BOA), avait insisté, l’année dernière, auprès de Jean de Dieu Moukagni Iwangou (notre photo), pour qu’il entre dans le gouvernement. Homme le plus puissant du Gabon, Maixent Accrombessi voulait le faire taire en le soustrayant de l’influence (néfaste) de l’opposition. Yves Fernand Mafoumbi, qui est très proche d’Accrombessi, avait été chargé des négociations et une rencontre avait même eu lieu au Palais du Bord de Mer, avec l’intéressé qui avait opposé une (nette) fin de non recevoir pour ce poste de Ministre d’Etat de l’Agriculture qu’Accrombessi avait, finalement, attribué à un autre membre d’une aile dissidente du parti de Pierre Mamboundou.

Homme (ambitieux et incontrôlable) qui a mis sous son contrôle tous les services de renseignement du Gabon, vrai TPG (Trésorier Payeur Général de l’Etat) après qu’il eut installé tous les terminaux de paiement du pays, dans son cabinet, au Palais du Bord de Mer, Accrombessi a, aussi, fait nommer ses gens à lui, ministres de la Défense et de l’Intérieur. C’est dans cet élan qu’il ambitionnait que le magistrat Moukagni devienne, aussi, comme d’autres ministres du gouvernement Ona Ondo, dont ceux de la Défense et de l’Intérieur, son faire-valoir. Malheureusement, Ya Maixent que personne ne résiste au Gabon selon ce qu’il dit lui-même, a connu un échec retentissant, en ramassant une gamelle qu’il avait, d’ailleurs, cherché à transformer en ridiculisant le magistrat Moukagni Iwangou. D’une probité à faire pâlir l’évêque de Rome (qui n’est autre que le pape), il est l’homme qui, tôt ou tard, réhabilitera la justice gabonaise qui va, aujourd’hui, de déshonneur en déshonneur.

Jean de Dieu Moukagni Iwangou est une valeur sûre qui fait peur au Palais du Bord de Mer. En lui proposant de le faire entrer dans le gouvernement, « le véritable président du Gabon » (Maixent Accrombessi) voulait couper l’herbe sous les pieds de l’opposition dont il est une valeur sûre.

Avec Luc Bengono Nsi et Léon Paul Ngoulakia, Jean de Dieu Moukagni Iwangou sera présent, lundi, 8 août, au Tribunal pour prouver à la justice gabonaise que BOA n’est pas un enfant biologique du couple Omar Bongo Ondimba/Marie-Joséphine Kama. Raison pour laquelle il refuse, avec la dernière énergie, de se soumettre à un test ADN avec celui qu’il considère comme sa mère et qui bat campagne à ses côtés : Marie-Joséphine Kama. Moukagni sera aidé en cela par les moyens que lui donne le droit et par un témoin de taille : Léon Paul Ngoulakia, le propre demi-frère de BOA avec qui il a dormi dans le même lit, tout petit, dans la même maison et dont la mère, encore en vie, fut la maîtresse du patriarche, avant qu’il n’épouse, finalement, sa petite sœur, Marie-Joséphine.

Afriqueeducation.com

Étiquettes : , , , ,

Une Réponse to “Présidentielle Gabonaise: Jean de Dieu Moukagni Iwangou fait trembler le Palais”

  1. Bouesso Says:

    Vérité sous les cocotiers du Palais

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :