Congo: Augustin Kala Kala, membre du CADD d’André Okombi Salissa, torturé durant son arrestation

Photo de BrazzaNews.
Photo de BrazzaNews.
 

Décharné et méconnaissable, complètement étiolé, Augustin KALA KALA, a été torturé, électrocuté puis mutilé lors de son arrestation. Le corps de Mr KALA KALA est décimé, laminé au fer brûlant. Il a été abandonné devant la morgue municipale de Brazzaville par ses bourreaux, les éléments de la garde présidentielle de Sassou Nguesso.

Augustin KALA KALA, membre du CADD, proche de l’opposant André OKOMBI SALISSA exfiltré de sa résidence surveillée jusqu’alors réfugié dans un lieu tenu secret, avait été enlevé le jeudi 29 Septembre 2016 par les éléments de la garde présidentielle pour lui tirer les vers du nez sur la destination de son chef André Okombi Salissa.

Il était incarcéré dans les prisons qui se trouvent à la présidence de la république, ce dernier a subi des tortures : électrocuté, mutilations, son corps est décimé par la torture que lui infligeait Serge OBOA, patron de la garde présidentielle et d’autres éléments de la garde présidentielle.

Deux semaines après une longue torture et pris pour mort, Augustin KALA-KALA à été abandonné sous la pluie, en pleine nuit, devant le portail de la morgue municipale de Brazzaville.

Encore des méthodes Nazis pour embastiller les partisans de l’opposition.

 

 

Photo de BrazzaNews.

 

Augustin Kala Kala sauvé par un passant

Des personnes de bonne foi l’ont aidé a entré en contact avec son épouse.

Pour retrouver André Okombi Salissa, ses proches subissent les sévices les plus impudents.

Torturé à mort pour retrouver André Okombi Salissa

Liliane Moukoulou, l’épouse d’Augustin Kala Kala donc est venue le récupérer en pleine nuit, devant la morgue de Brazzaville. Elle raconte qu’il était si mal en point, qu’elle a eu du mal à le reconnaître. « A 22 heures, je reçois un coup de fil et c’est la voix de mon mari : ‘’Chérie, viens vite, viens vite. Ils sont venus me jeter près de la morgue. Je suis là. Viens vite’’. On s’est rendus sur les lieux et quand on lui a demandé, mais comment ça s’est passé ? Il dit qu’il était ici et qu’il a vu des petits qui passaient : ‘’Je leur ai demandé un service, si vous avez un téléphone de passer un coup de fil pour appeler ma femme’’. Il était vraiment dans un état critique. On ne savait même pas qu’il allait vivre jusqu’à aujourd’hui. Il ne pouvait pas marcher, il avait de grosses plaies partout. Les pieds enflés, par rapport aux tortures ».

Augustin Kala Kala a raconté qu’il avait été emmené en dehors de la ville : « Il était cagoulé, il ne pouvait pas voir le visage de ces gens, mais il peut dire qu’il n’était pas à Brazzaville. Il était hors de Brazzaville, enfermé dans un container, et de temps en temps, dans des sacs. Enfermé, tabassé, on lui demandait où se cachait son chef, ou était X ou Y. Ils voulaient savoir où se cachait son chef.

Brazzanews.fr avec Zenga-mambu.com .

Étiquettes : , , ,

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :