Tchad: Risque d’une année blanche

La rentrée scolaire devait, officiellement, avoir lieu le 15 septembre. Mais plus de six semaines, après, toujours, rien. Enseignants, parents, élèves et étudiants, se tournent, encore, les pouces, chez eux. Et la situation ne risque pas de s’arranger, d’autres corps sociaux entrant, eux aussi, en grève. Il en est, par exemple, de la garde présidentielle, jusque-là, très choyée, qui a vu ses primes de septembre réduites, ce qui ne l’a pas du tout enchantée. Résultat, elle a gagné, à son tour, le mouvement de protestation. Le risque d’une année blanche n’est pas négligeable, même si, officiellement, le gouvernement se démène pour trouver des solutions à cette crise qui n’a pas commencé hier.

De manière générale, les salaires du mois dernier n’ont pas encore été payés. Cette situation est due, certes, par la baisse des recettes pétrolières, mais aussi, par la mal-gouvernance. Le budget de cette année, par exemple, est absorbée à 75% par le seul ministère de la Défense. Idriss Déby Itno qui joue la sécurisation à fond de son régime, avait prévu le recrutement de 8.000 soldats, pour renforcer ses forces de défense et de sécurité. Sauf que cette décision n’a pas été appréciée par les syndicats enseignants et de la fonction publique, qui désapprouvent de tels choix.

Le pouvoir a voulu remédier à cette situation en recourant au soutien de certains partenaires extérieurs, mais, l’aide sollicitée à l’Arabie Saoudite, par exemple, n’a pas été accordée. Le royaume wahhabite aurait alloué une forte aide à N’Djamena, l’année dernière, soit, l’équivalent de deux années de son budget national, pour lui permettre d’envoyer un fort contingent militaire tchadien destiné au renforcement de ses combattants au Yémen. Est-ce pour cela que le Tchad avait inscrit 8.000 nouveaux militaires à son budget de cette année ? Toujours est-il que personne ne sait où est passée cette grosse somme d’argent, le Tchad ayant sollicité, il y a quelque temps, une nouvelle aide auprès des autorités saoudiennes afin de renflouer son budget alors qu’il n’a, pas encore, satisfait à l’envoi des troupes.

Et même quand la rentrée aura eu lieu, au total, près de 200.000 enfants affectés par les crises (à l’Est, au Sud et à l’Ouest du pays) risquent de rester sans accès à l’éducation. Le dernier rapport du Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) au Tchad, récemment, publié, souligne l’ampleur du phénomène.

Les cours ont, toutefois, repris dans certaines écoles, ainsi que, dans les camps de réfugiés dans la région du Lac Tchad et à l’Est, mais, avec des effectifs réduits. Beaucoup de ces structures fonctionnent grâce à l’aide étrangère (notre photo montrant des table-bancs don de l’Unicef).

La qualité de l’enseignement pose, aussi, problème. Selon l’UNESCO, le ratio élève par enseignant au niveau primaire au Tchad est de 96 élèves par enseignant formé, contre une moyenne de 53 en Afrique sub-saharienne. Par ailleurs, les espaces éducatifs font défaut. Certaines infrastructures éducatives du pays sont, particulièrement, exposées aux catastrophes naturelles, telles que les inondations (30% des écoles, soit 552 écoles), pouvant entraîner des dégâts matériels et humains importants. Les fournitures scolaires et autres matériels didactiques manquent également. Selon l’UNESCO, environ, 90% des élèves au Tchad doivent partager leur manuel scolaire avec, au moins, deux autres élèves. On est, très loin, des standards universels qui exigent un manuel par apprenant.

Afriqueeducation.com

Étiquettes : , , , ,

3 Réponses to “Tchad: Risque d’une année blanche”

  1. La petite revue de Claire Says:

    Un gros souci pour que les enfants restent au pays

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :