France: Le mois de la clarification et de la conviction électorale

 

Le démarchage électorale des candidats à la présidentielle de 2017 bat son plein chacun selon son rythme.

A l’approche de l’invitation des Français de se prononcer dans les urnes, durant la période de soudure électorale d’avril et mai; les candidats parcourent les régions, sillonnent les villes et vont à la rencontre des populations dans les départements d’Outre-mer.

Les favoris des sondages comme les outsiders tentent de présenter leur programme de campagne pour ceux qui l’ont déjà, clé en mains; quand ceux qui ne l’ont pas encore, scrutent les idées des autres pour en sortir une ossature plus complète pouvant réussir une adhésion du meilleur projet de campagne, malgré l’impatience de leurs sympathisants.

Au regard des pronostics de certaines études qui donnent Marine Le Pen du FN, en tête, avec 27% suivie d’Emmanuel Macron qui vient en seconde position avec 22%, emboîtant le pas à François Fillon avec une besace de 20%, qui tangue dans un scandale d’emplois fictifs des membres de sa famille. Surtout l’affaire de son épouse qui a empoché la rondelette somme de 900.000 euros dans un intervalle de dix ans. Celui-ci essaie de coller les morceaux du puzzle de la droite qui glissent, se détachent pour maintenir le rassemblement autour de sa candidature dont l’unanimité a du plomb dans l’aile. Ses épaules réussiront-elles encore à supporter le poids des incriminations, la furie des dossiers noirs des indemnités allouées à sa femme Penelope et à ses enfants dans l’exercice des fonctions assumées dans son cabinet ?

Les Républicains, face au rouleau compresseur des médias qui déroulent, au fil des jours, des preuves accablantes du scandale financier, deviennent dubitatifs lorsque les parlementaires de son bord politique, butent entre l’honneur et le déshonneur. Faut-il sauver le parti en continuant d’appuyer un candidat exposé avec un dossier judiciaire soumis au parquet dans une attente de mise en examen ? Ou doivent-ils déjà penser à une solution de rechange pour un autre candidat qui porterait et défendrait valablement les couleurs du parti en déclin ? Effectivement il faut se préparer à jouer la carte du candidat ayant une belle et grande étoffe capable de se retrouver au deuxième tour et qui serait, à même, de battre Marine Le Pen. L’équation est à l’étude du bon choix et à la réflexion pour trouver le quotient idéal. Celui qui ferait chorus et donnerait le quitus d’estime et d’exemplarité.

Par ailleurs, du côté du PS, Benoît Hamon colmatent les brèches. Il multiplie les discours avec son programme mais aussi il procède à une opération de charme auprès de Jean-Luc Mélenchon, qui semble ne pas mordre à son appel de cohésion. Imbu de sa personnalité, il souhaiterait que la brise souffle dans sa direction pour ramener tous les papillons du nouveau printemps de gauche en sa faveur. Car le soutien et le poulain de Martine Aubry a le vent en poupe. Il peut jouer le trouble fait. Il espère que des dossiers de malversations financières ou des écarts de langage vont éclabousser certains candidats à la présidentielle, lui permettant de baliser son boulevard à l’Élysée. Mais le chemin est encore loin. Des réticences existent encore dans sa famille politique pour lui accorder toute la confiance nécessaire des fidèles d’Emmanuel Valls et ceux de François Hollande qui n’osent pas se prononcer après la déconfiture de l’ancien Premier ministre battu à plate couture lors du second tour de la dernière primaire socialiste.

La présidentielle française de 2017 va produire de nombreux rebondissements sur les dossiers des candidats potentiels avec des fluctuations de sondages qui présenteront un tableau d’incertitudes à couper le souffle. L’attente est aussi portée sur le candidat qui a le meilleur projet de société pour une France enclin au bon vivre qui va rompre avec les habitudes du passé sans lendemains meilleurs. Une France qui assurera la sécurité et à la paix, gage de développement. Une France qui renoncera définitivement à soutenir les dictatures qui empoisonnent l’existence des peuples et qui ne fermera plus les yeux devant les cruautés et les monstruosités des crimes contre l’humanité.

 

Bernard NKOUNKOU

Étiquettes : , , , , ,

Une Réponse to “France: Le mois de la clarification et de la conviction électorale”

  1. La petite revue de Claire Says:

    Le choix ne va pas être facile

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :