France/Affaire Fillon: Juppé a de plus en plus une tête de plan A

Alain Juppé, le 13 février 2017 à Bordeaux.

Alain Juppé, le 13 février 2017 à Bordeaux.afp.com/Nicolas TUCAT

Chez Les Républicains, une partie des élus considèrent que François Fillon a franchi la ligne rouge en maintenant sa candidature malgré sa probable mise en examen. Ils en appellent désormais explicitement au maire de Bordeaux qu’ils veulent parrainer, tandis que ce dernier reste silencieux.

Les élus LR vont-ils réussir à faire renoncer François Fillon? Le « jusqu’au-boutisme » du candidat à la présidentielle et l’appel à manifester pour le soutenir dimanche provoquent depuis mercredi des désistements à la chaîne au sein de ses équipes.

Depuis des semaines, les tentatives de putsch achoppaient sur l’émergence d’un plan B en raison des divisions des ténors du parti sur le nom qui doit sortir du chapeau. Mais la donne pourrait bien changer avec les derniers événements. Des élus multiplient les initiatives ce jeudi. Ils en appellent au « sursaut républicain des élus de droite » qui, selon eux, doit aboutir à la candidature d’Alain Juppé. Lequel, pour l’instant, reste silencieux sur ses intentions.

Ménager un recours en cas de renoncement

En pointe dans la fronde depuis le début des ennuis judiciaires de François Fillon, le député du Rhône Georges Fenech, proche de Nicolas Sarkozy, a appelé sur FranceInfo tous les élus responsables dans ce pays, c’est-à-dire les maires, les conseillers régionaux, les conseillers départementaux, les conseillers métropolitains, à adresser au Conseil constitutionnel leur parrainage pour Alain Juppé« .

LIRE AUSSI >> Penelopegate: le député Georges Fenech appelle les élus à parrainer Alain Juppé

« J’ai déjà tiré toutes les sonnettes d’alarme mais c’est la première fois que j’appelle à soutenir un candidat en particulier. Ces parrainages, à titre conservatoire, nous permettrons d’avoir un recours possible avec Alain », ajoute-t-il, auprès de L’Express. En effet, le timing s’annonce serré, le date butoir pour le dépôt des précieux sésame étant fixée au 17 mars,

LIRE AUSSI >> Manifestation pro-Fillon: à gauche comme à droite, l’initiative inquiète

« Il faut qu’Alain Juppé soit appelé », plaide également Fabienne Keller, l’ancienne maire de Strasbourg, dans une interview à 20 Minutes. Au Sénat, cette proche du maire de Bordeaux, fait également circuler un texte appelant au « sursaut collectif » parmi ses collègues parlementaires.

Autre visage de la « fronde », Philippe Gosselin confirme auprès de L’Express, des « échanges nombreux entre les élus prudents, pour ne pas envenimer les choses ». Fin janvier, le député de la Manche avait déjà lancé un appel au maire de Bordeaux « pour qu’il réfléchisse à la possibilité de prendre le relais » dans la course à la présidentielle. Mais l’aventure avait long feu et Alain Juppé avait opposé son veto à cette option, coupant l’herbe sous le pied de ses soutiens. « Tout était prêt. Plusieurs dizaines de députés avaient signé cet appel », avait alors expliqué le parlementaire à L’Express, persuadé d’avoir servi de « fusible ».

Les lemairistes dans la boucle

Et l’ancien Premier ministre pourrait bien compter sur l’un de ses concurrents lors de la primaire à droite, Bruno Le Maire. Le député de l’Eure et ses soutiens, parmi lesquels les députés Laure de La Raudière, Franck Riester ou le maire de Reims Arnaud Robinet, ont fait partie des premiers à quitter le navire après la conférence de presse de François Fillon mercredi midi.

LIRE AUSSI >> Présidentielle: les défections au sein du camp Fillon se multiplient

Contacté par L’Express, Franck Riester assure suivre l’initiative de George Fenech « avec bienveillance » et a publié sur Twitter son parrainage d’élu en faveur du maire de Bordeaux. Même démarchez chez « Les jeunes avec Bruno Le Maire » qui ont annoncé la « décision collective » de se retirer de la campagne de François Fillon. En attendant le ralliement officiel de Bruno Le Maire? « La journée n’est pas terminée.. », promet-on dans son entourage.

Le maire de Bordeaux est « disponible »

Seulement voilà, Alain Juppé refuse de bouger publiquement et attends encore et toujours le feu vert de François Fillon. En coulisse, toutefois, le maire de Bordeaux n’exclut plus désormais « clairement et définitivement » d’être un recours dans l’éventualité d’un retrait du candidat de la droite. Et son soutien à la campagne se limite au strict minimum. Selon nos informations, lors de son échange téléphonique avec François Fillon mercredi, le maire de Bordeaux a rappelé au candidat qu’il était « disponible »: « Je n’envisage pas de bouger avant que tu me le demandes officiellement », a-t-il assuré. « Il attendait de savoir quelle était la position de Fillon et pensait, avant de l’avoir au téléphone, qu’il était sur le point d’abandonner », a également indiqué un de ses intimes à L’Express.

LIRE AUSSI >> Plantage de Juppé, lâche de Lagarde: la journée cauchemardesque de Fillon

Les partisans du « plan A comme Alain » y croient: le maire de Bordeaux pourrait s’appuyer sur un « tronc commun » programmatique, capable de ménager la ligne centre-droit d’Alain Juppé et celle plus radicale de François Fillon. « Les différences sont à la marge, sur l’essentiel ils sont d’accord et c’est d’ailleurs pour cela que toute notre famille politique avait pu se rassembler autour du vainqueur à l’issue de la primaire. Nous n’aurons pas la moindre difficulté à nous entendre sur un ‘tronc commun' », assure un juppéiste, auprès de L’Express. Selon ses proches, la mairie de Bordeaux a reçu ce jeudi « depuis 7h30 du matin des centaines d’appels d’élus et de militants » le pressant de se présenter.

« Il y a un mois, on cherchait à s’accorder sur un plan B. Là, c’est plutôt: on le vire et on verra bien qui on met à la place, l’important, pour tous les courants de LR, c’est d’éviter la honte à la présidentielle », a explique une autre source LR à l’AFP, qui voit une issue se « dessiner autour de Juppé », qui ne serait plus visé par un veto de Nicolas Sarkozy. Reste à trouver quelqu’un pour annoncer la mauvaise nouvelle à François Fillon: « Seul quelqu’un de son premier cercle pourra prendre cette responsabilité. Peut-être Gérard Larcher ou Bernard Accoyer, mais là encore ça s’annonce très délicat… », déplore, auprès de L’Express une parlementaire LR.

Lexpress.fr par Lucas Burel

Étiquettes : , , , ,

Une Réponse to “France/Affaire Fillon: Juppé a de plus en plus une tête de plan A”

  1. La petite revue de Claire Says:

    Surprise

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :