France: François Fillon résiste, les ténors du parti se pencheront sur son cas lundi

François Fillon, samedi à Aubervilliers.

François Fillon, samedi à Aubervilliers. Crédits photo : GEOFFROY VAN DER HASSELT/AFP

Alors que François Fillon tenait samedi un discours, la direction du parti a convoqué avec 24h d’avance tous les candidats à la primaire «pour évaluer la situation». Le candidat compte sur une mobilisation forte dimanche, au Trocadéro, pour prouver qu’il reste la meilleure chance de la droite d’emporter la présidentielle.

Le timing est presque parfait. C’est au milieu du grand discours de François Fillon sur la philosophie de son projet, prononcé samedi à Aubervilliers devant un millier de soutiens, que la nouvelle est tombée. Un communiqué adressé à l’AFP annonce la convocation surprise du comité politique de LR, lundi à 18 heures. «Pour évaluer la situation», explique sobrement le texte. Derrière cette convocation, Bernard Accoyer, le secrétaire général de LR et Gérard Larcher, le président du comité. L’ancien président de l’Assemblée et le président du Sénat sont deux proches de François Fillon, qui ont pris leurs distances avec le candidat et travaillent aujourd’hui à l’émergence d’un «plan B».

» Une réunion du comité politique des Républicains convoquée lundi

Dans l’équipe du candidat, qui était en train d’écouter le discours, c’est la surprise. «Je ne suis pas au courant», explique un proche. «Attends, qui préside le comité politique, déjà?», fait mine de s’interroger un autre. C’est Gérard Larcher. «Ben voilà», soupire-t-il. «Nous avons été prévenus… il y a très peu de temps, raconte enfin un membre du premier cercle. Quel est l’ordre du jour? “Évaluer la situation? Ah, c’est précis. Questions diverses en quelque sorte.»

A l’issue du discours, le candidat disparaît derrière un rideau et les quelques politiques présents – Bruno Retailleau, Luc Chatel, Valérie Boyer, Serge Grouard – s’envolent comme une nuée d’oiseaux.

Le comité politique, créé au lendemain de la victoire de François Fillon à la primaire, a pour mission de piloter le parti le temps de la campagne présidentielle. On y retrouve les anciens candidats à la primaire, et donc Alain Juppé et Nicolas Sarkozy même s’ils n’y ont jamais siégé ; les présidents des groupes à l’Assemblée et au Sénat, Christian Jacob et Bruno Retailleau ; et plusieurs personnalités comme François Baroin, Thierry Solère, Laurent Wauquiez, Virginie Calmels, Gérald Darmanin et Annie Genevard. Le comité devait initialement se réunir mardi, mais dans ce contexte particulier, ces vingt-quatre heures gagnées paraissent loin d’être innocentes.

Depuis l’annonce de sa mise en examen probable dans le cadre de l’enquête sur l’emploi de Penelope Fillon et de ses enfants, mercredi, l’idée d’un empêchement du candidat gagne du terrain dans les rangs du parti. Cette semaine, les tractations se sont multipliées pour pousser François Fillon à passer la main. Certains proches, au premier rang desquels Gérard Larcher et Bernard Accoyer, l’y ont incité. Nicolas Sarkozy s’est lui même impliqué dans les discussions. Alain Juppé a signifié qu’il était prêt à prendre le relais, tout en précisant qu’il attendait que François Fillon choisisse, de lui-même, de se désister.

Mais le député de Paris ne l’entend pas de cette oreille. François Fillon ne serait «pas sourd aux arguments avancés par ceux qui veulent le voir passer la main», mais il disposerait «d’arguments sérieux» pour poursuivre. Ses proches résument la situation. «Depuis des jours on nous prédit qu’il va s’effondrer dans les sondages et ce n’est pas le cas. Il reste solide à 20% des intentions de vote», raconte l’un d’eux. L’idée qu’Alain Juppé, battu au second tour de la primaire, puisse le remplacer «ne convainc pas», ajoute un filloniste: «on voit bien que beaucoup de nos électeurs n’en veulent pas, qu’ils préfèreront voter Marine Le Pen». Et, surtout, le député de Paris reste persuadé qu’il pourra faire mentir ceux qui lui prédisent une défaite comme il a fait mentir ceux qui le voyait battu d’office à la primaire.

Samedi, cependant, une nuance a fait son apparition dans le langage des fillonistes. «Sa seule préoccupation, c’est la victoire de son camp et de ses idées», précise l’entourage du candidat. Quitte à ce que cela soit un autre qui porte les couleurs de la droite? «Il reste aujourd’hui le mieux placer pour cette mission», corrige-t-on aussitôt.

Les indicateurs sont au vert

À vingt-quatre heures du «rassemblement populaire» auquel François Fillon a appelé ses soutiens, place du Trocadéro, les fillonistes guettent donc chaque signe d’éclaircie, chaque lueur d’espoir nouvelle qui viendrait conforter la candidature de leur champion. La mobilisation populaire? «Tous les indicateurs sont au vert, explique-t-on dans l’équipe. Sur les réseaux sociaux, dans les comités de soutiens, on voit que beaucoup de monde s’apprête à venir.» En milieu d’après-midi, samedi, les préinscriptions s’élevaient à 15.000 et 5000 places en bus ou en train étaient réservées. Un peu juste pour atteindre la barre symbolique des 50.000 personnes espérée, même si les fillonistes comptent sur tous les soutiens qui viendront de leur propre initiative. La participation des politiques? François Fillon et ses proches battent le rappel. Eric Ciotti, Guy Tessier, Isabelle Debré, Nicolas Dhuicq, Thierry Mariani et bien sûr Bruno Retailleau ont annoncé leur participation. Valérie Pécresse, Christian Estrosi, Jean-François Copé, François Baroin, en revanche, ont fait savoir qu’ils ne seraient pas là. Pas plus que Jean-Pierre Raffarin ou Gérard Larcher. Bernard Accoyer pourrait cependant y faire un passage. L’équipe de campagne s’inquiète davantage du temps qui s’annonce pluvieux, avec des rafales de vent.

Pour convaincre le plus grand nombre de venir dimanche, François Fillon a invité ses soutiens à ne pas se laisser «intimider». «On s’attaque à moi. Mais, à travers moi, ce qu’on cherche à abattre, c’est le redressement national et c’est une volonté de changement dont vous êtes chacune et chacun les porteurs», a-t-il lancé dans son discours. «N’abdiquez pas, ne renoncez jamais. Votre engagement doit se poursuivre. Toute cette force que vous avez rassemblée ne doit pas s’arrêter!»

Quelques minutes avant qu’il ne monte à le tribune, Bruno Retailleau avait été plus explicite encore. «Merci d’avoir bravé les injonctions, merci d’être ici et j’espère que vous serez là demain», a lancé le sénateur de Vendée qui a dénoncé «un lynchage, un acharnement» contre son candidat, faisant siffler au passage les enquêteurs du Parquet national financier. «François FIllon n’a jamais été le candidat de la société politico-médiatique et il ne l’est toujours pas», a encore expliqué le coordinateur de la campagne. Dans un registre proche, Pierre Danon, le président des comités de la société civile de la campagne de François Fillon, moquait pour sa part les ténors du parti qui lâchent le candidat. «On a eu quelques défections, ça ne nous fait pas peur. Si les élus ne sont pas là pour faire campagne, on la fera nous même», a-t-il expliqué sous les vivats d’une salle à moitié vide. Les organisateurs attendaient 2500 à 3000 personnes et à peine un millier avait fait le déplacement à Aubervilliers samedi.

Lefigaro.fr par Jean-Baptiste Garat

Advertisements

Étiquettes : , ,

Une Réponse to “France: François Fillon résiste, les ténors du parti se pencheront sur son cas lundi”

  1. Bouesso Says:

    Il n’a pas de parole d’honneur ce monsieur-là

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :