France/Hollande appelle au rassemblement et cite Mitterrand : «Le nationalisme, c’est la guerre»

VIDÉO – «Attention!», a lancé le chef de l’État en déplacement à Libourne, en Gironde, samedi, mettant en garde contre la tendance au nationalisme et «toutes ses formes d’extrémisme, d’isolationnisme, de protectionnisme et d’égoïsme».

Hollande a convoqué Mitterrand, samedi à Libourne (Gironde), pour appeler la gauche au «rassemblement» et mettre en garde contre le nationalisme. Le président était en visite dans ce fief socialiste pour remettre les insignes de chevalier de la Légion d’honneur à Gilbert Mitterrand, l’un des deux fils de son prédécesseur.

«La gauche a d’autant plus de chance de gagner (…) lorsqu’elle est rassemblée, lorsqu’elle est unie, lorsqu’elle est capable d’aller au-delà de la diversité de ses sensibilités pour porter un projet commun», a affirmé le chef de l’État. «C’est cette méthode (…) qui demeure aujourd’hui essentielle: le rassemblement.»

Alors que les débats sur l’Europe sont au cœur de la campagne et que le Front national est parmi les favoris des sondages, François Hollande a par ailleurs mis en garde contre «le nationalisme», «avec toutes ses formes d’extrémisme, d’isolationnisme, de protectionnisme et d’égoïsme», rappelant aussi «l’engagement européen de François Mitterrand». Citant la célèbre formule de son prédécesseur, «le nationalisme c’est la guerre», le président Hollande a souligné qu’il «faut garder toujours dans son esprit cette phrase, qui n’est pas simplement rétrospective comme celle d’un homme qui a connu deux guerres, mais comme une phrase prophétique». «Attention!», a-t-il encore lancé.

«Le nationalisme, c’est la guerre!»

Cette phrase fut prononcée par François Mitterrand devant le Parlement européen, à Strasbourg, en janvier 1995. «Il faut vaincre ses préjugés», avait alors défendu le chef d’État. «Ce que je vous demande là est presque impossible, car il faut vaincre notre Histoire. Et pourtant, si on ne la vainc pas, il faut savoir qu’une règle s’imposera, mesdames et messieurs: le nationalisme, c’est la guerre!» S’adressant aux députés européens, il avait conclu: «La guerre, ce n’est pas seulement le passé, cela peut être notre avenir. Et c’est nous, c’est vous, mesdames et messieurs les députés, qui êtes désormais les gardiens de notre paix, de notre sécurité, et de cet avenir.»

Comme François Hollande, plusieurs ministres du gouvernement ont repris cette citation ces derniers mois. Le ministre des Affaires étrangères Jean-Marc Ayrault l’a prononcée en février à la conférence de Munich. Le ministre de l’Agriculture Stéphane Le Foll l’avait également citée quelques jours auparavant lors d’une interview. Autre personnalité à s’en être inspiré: Emmanuel Macron, candidat d’En Marche!, en décembre dernier.

Publicités

Étiquettes : , , , ,

2 Réponses to “France/Hollande appelle au rassemblement et cite Mitterrand : «Le nationalisme, c’est la guerre»”

  1. Leyla Says:

    Interesting post. Greetings

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :