France: La sociologue féministe Evelyne Sullerot est morte

 

Cofondatrice en 1956 de l’association La Maternité heureuse, elle a posé les jalons de l’accès à la contraception et à l’avortement.

Le président Jacques Chirac félicite la sociologue Evelyne Sullerot élevée à la dignité de grand officier de l’ordre national du Mérite, le 8 septembre 2006 au palais de l’Elysée à Paris. PATRICK KOVARIK / AFP

Pionnière du planning familial, la sociologue Evelyne Sullerot est morte vendredi 31 mars des suites d’un cancer, à l’âge de 92 ans, a-t-on appris auprès des éditions l’Archipel, qui publient le 5 avril L’Insoumise. Femmes, famille : les combats d’une vie, qu’elle venait d’achever avec Bernard Morlino, journaliste au Magazine littéraire. Un livre dans lequel elle revient sur les combats de sa vie.

Née à Montrouge le 10 octobre 1924, Evelyne Sullerot n’a cessé de défendre la cause des femmes et des enfants. C’est en 1956 qu’elle fonde, avec la gynécologue Marie-Andrée Weill-Halle, La Maternité heureuse, ancêtre du Planning familial. Ses objectifs : « Lutter contre les avortements clandestins, assurer l’équilibre psychologique du couple et améliorer la santé des mères et des enfants. »

En 1960, La Maternité heureuse devient le Mouvement français pour le planning familial. En 1961, ses deux premiers centres ouvrent, à Grenoble et Paris.

Au sortir de la seconde guerre mondiale, alors qu’elle est femme au foyer et mère de quatre enfants, Evelyne Sullerot réfléchit à la manière dont les femmes peuvent accéder à plus d’autonomie et de pouvoir au sein du couple et dans la société.

Une vingtaine de livres

« Dans les années 1950, une mère de trois enfants devait accomplir soixante-dix-neuf heures hebdomadaires de tâches domestiques », rappelait-elle au Monde en 2004 tout en expliquant qu’elle raccommodait elle-même pendant une ou deux heures par jour ses bas Nylon ou les culottes de sa progéniture. Pour l’anniversaire de ses 25 ans, Evelyne Tullerot a demandé à son mari la liberté de sortir à 6 heures du soir, quand les employés quittent leurs bureaux et flânent dans les rues.

Elle reprend ensuite des études de sociologie. Elle est ainsi l’une des premières à étudier, dès les années 1960, les discours diffusés à destination des femmes dans la presse féminine. Deux ans plus tard, elle publie Demain les femmes (1965) dans lequel elle montre que la condition des femmes n’a rien de naturel et de définitif mais est le fruit d’une histoire. L’ouvrage deviendra un best-seller.

« Evelyne Sullerot nous a quittés. Figure du féminisme, cofondatrice du Planning, ses combats doivent continuer de nous inspirer », a réagi sur Twitter Pascale Boistard, ancienne secrétaire d’Etat aux droits des femmes, aujourd’hui chargée des personnes âgées.

Evelyne Sullerot s’était éloignée du mouvement féministe ces dernières années. Epousant la cause des pères privés de leurs enfants, elle s’était notamment rapprochée de l’association SOS Papa.

Lemonde.fr

Publicités

Étiquettes : , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :