France: Cambadélis demande à Valls de choisir entre le PS et La République en marche

Pour l'aile gauche du PS, Manuel Valls «ne fait plus partie de la famille».

Pour l’aile gauche du PS, Manuel Valls «ne fait plus partie de la famille». Crédits photo : PHILIPPE DESMAZES/AFP

Pas de double appartenance possible, assure la direction du parti. Pour «punir» l’ex-premier ministre, les proches de Benoît Hamon souhaitent investir un candidat face à lui.

Pas de cadeau pour Manuel Valls. Le premier secrétaire du Parti socialiste Jean-Christophe Cambadélis a souligné mardi qu’il était «impossible» à Manuel Valls d’avoir à la fois sa carte d’adhérent au PS et de briguer l’investiture En Marche! aux législatives comme l’ancien premier ministre l’a annoncé dans la matinée. Si ceux qui visent une double appartenance «veulent s’affirmer contre le gouvernement alors qu’il n’est pas encore constitué, qu’ils restent au Parti socialiste. S’ils veulent faire autre chose, qu’ils le disent, mais ça ne représente que 5% du Parti socialiste», a assuré la patron du PS à l’entrée du bureau national qui se tenait mardi matin rue de Solferino. «Si certains veulent partir ou se singulariser qu’ils le fassent et nous laissent travailler», a-t-il insisté.

Les proches de Benoît Hamon sont encore plus tranchants. Après les déclarations fracassantes de l’ancien premier ministre, Mathieu Hanotin, proche de l’ex-candidat socialiste, affirme que le problème est désormais «politique». «La messe est dite, au moins il a le mérite de la clarté», commente l’ancien directeur de campagne du candidat socialiste, pour qui Valls ne «fait plus partie du PS». «Je remarque d’ailleurs qu’il n’est pas très bien accueilli à En marche!, forcément les trahisons ça refroidit», poursuit-il. «Il a choisi de partir du PS», abonde Guillaume Balas, ancien coordinateur du projet présidentiel de Benoît Hamon.

L’eurodéputé assure qu’il n’est pas «obsédé par les réglements de compte», mais qu’il se «s’interdisait pas» de demander l’investiture d’un candidat estampillé PS face à Manuel Valls, dans la première circonscription de l’Essonne. «On veut un candidat face à lui qui soit soutenu par le PS, qui représente notre plateforme, qui représente la gauche», confirme Mathieu Hanotin, qui ajoute que ce sera le cas partout où des actuels socialistes demandent de se présenter sous la bannière La République en Marche. Pour Pascal Cherki, député de Paris proche lui aussi de l’ancien candidat, Manuel Valls ne fait désormais plus partie du PS. «C’est le traître absolu comme dirait le président de la République [Emmanuel Macron, dans le documentaire Les coulisses d’une victoire, diffusé lundi soir sur TF1], on ne veut pas le garder dans nos rangs!». Le cas Valls sera inévitablement discuté au cours du bureau national. Lors de cette réunion, les socialistes doivent déterminer leur stratégie vis-à-vis d’Emmanuel Macron. «Ce serait une lourde erreur de décider de participer à la future majorité, de donner des signes d’ouverture au centre-droit. Si c’est le cas, nous proposerons notre propre plateforme», menace Guillaume Balas.

Publicités

Étiquettes : , ,

Une Réponse to “France: Cambadélis demande à Valls de choisir entre le PS et La République en marche”

  1. Bouesso Says:

    Le PS fragilisé pour mauvais score à la présidentielle française.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :