France: Tous les ministres auditionnés par des magistrats avant leur nomination

La photo du gouvernement après le premier conseil des ministres qui s'est tenu ce jeudi matin.

La photo du gouvernement après le premier conseil des ministres qui s’est tenu ce jeudi matin. Crédits photo : PHILIPPE WOJAZER/AFP

Afin d’éviter de possibles conflits d’intérêts, les futurs ministres ont tous été entendus par deux magistrats lundi ou mardi afin de «vérifier leur situation», précise l’Élysée. C’est la première fois que les membres du gouvernement s’attellent à un tel exercice.

Le président de la République, Emmanuel Macron, n’a pas voulu prendre le moindre risque avant la nomination des membres du gouvernement. Afin d’éviter les affaires Cahuzac ou Thévenoud, tous les ministres ont été auditionnés avant l’annonce de la composition du gouvernement mercredi après-midi par deux magistrats, a affirmé l’Élysée, confirmant ainsi une information de RTL.

 

Ces entretiens en tête à tête ont eu lieu lundi ou mardi. Ils avaient pour but de prévenir de possibles conflits d’intérêts, mais aussi d’éventuelles embauches de proches ou de membres de leur famille, indique RTL qui parle d’un «grand oral». Une expression rejetée par le palais présidentiel qui affirme au Figaro qu’il s’agit «d’une vérification sur la situation des ministres». L’Élysée indique par ailleurs que tous les membres du gouvernement ont signé ce jeudi matin une note détaillée sur leur probité.

Contacté par Le Figaro, un proche de Bruno Le Maire a confirmé que le ministre de l’Économie avait «passé une audition lundi ou mardi auprès de la Cour des comptes». Cependant, cette dernière a affirmé au Figaro que les magistrats concernés ont été nommés «intuitu personae». Autrement dit, la Cour des comptes en tant qu’institution n’était pas concernée par cette opération.

Pour rappel, la Haute autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP) s’était également penchée sur les patrimoines des futurs ministres avant leur nomination. Là encore, il s’agissait d’éviter de possibles conflits d’intérêts.

Emmanuel Macron a fait de la moralisation de la vie politique un cheval de bataille durant sa campagne, notamment à la demande du désormais ministre de la Justice, François Bayrou. Ce dernier a par ailleurs confirmé mercredi, lors de la passation de pouvoir, sa volonté de présenter en Conseil des ministres une loi en ce sens «avant les élections législatives».

Lefigaro.fr

Publicités

Étiquettes : , , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :