États-Unis: Le cours magistral de politique de Mark Zuckerberg à Harvard

 

Le fondateur de Facebook, qui a quitté en cours de scolarité la grande université américaine, était invité à donner le discours d’adieux aux diplômés de 2017.

 

Zuckerberg lors de son discours à l’université de Harvard, jeudi 25 mai. Steven Senne / AP

Mark Zuckerberg, le créateur de Facebook, a ajouté jeudi 25 mai son nom à une liste particulièrement prestigieuse de personnalités, allant de J. K. Rowling à Steven Spielberg en passant par Alan Greenspan : celle des orateurs ayant donné le fameux discours d’adieux aux diplômés de l’université de Harvard. Comme Bill Gates, qui a lui aussi donné cette allocution avant lui, M. Zuckerberg est pourtant ce que les Américains appellent un « drop-out » : il a quitté la grande université avant d’en être diplômé.

Dans ce long discours, M. Zuckerberg est, bien sûr, revenu sur son passage à Harvard – racontant diverses anecdotes, dont la rencontre avec sa future femme Priscilla Chan, avec qui il a fait connaissance… à la fête organisée par ses amis au moment où il pensait qu’il allait être expulsé de l’université, après avoir créé un site, FaceMash, qui permettait de comparer la beauté des jeunes femmes du campus. Au passage, il ne s’est pas privé d’égratigner, sans jamais le nommer, le film The Social Network de David Fincher, qui raconte de manière quelque peu romancée les débuts de Facebook et dont Mark Zuckeberg a toujours contesté certains passages.

Mais le long discours de M. Zuckerberg, qui prend rarement la parole en public en dehors de Facebook, s’est surtout concentré sur la vision politique, que le jeune PDG de Facebook développe de plus en plus fréquemment depuis le début de l’année. Selon lui, le principal défi de la génération actuelle de jeunes étudiants – dans laquelle M. Zuckerberg, 33 ans, s’englobe volontiers – est non seulement de trouver son but (« la véritable source du bonheur », selon lui), mais aussi de construire une société dans laquelle chacun trouvera le sien.

Revenu universel et assurance-maladie

« Quand nos parents ont reçu leur diplôme, leur but dans la vie venait, de manière simple, de leur travail, de leur église, de leur communauté. Mais, aujourd’hui, la technologie et l’automatisation détruisent de nombreux emplois. Le nombre de membres diminue dans toutes les communautés. Beaucoup de gens se sentent déconnectés et déprimés et tentent de remplir un vide. (…) J’ai rencontré des ouvriers qui savent que leurs emplois n’existeront plus et qui cherchent à trouver leur place », a dit M. Zuckerberg, qui a débuté en janvier un « tour des Etats-Unis » lors duquel il visite tous les Etats américains, où il ne s’était jamais rendu.

Pour ce faire, la nouvelle génération doit trouver « ses » projets, assure le fondateur de Facebook. S’il pense que cette génération, dite des « millenials », est différente des précédentes, parce qu’elle est plus connectée, plus entreprenante et plus internationaliste, les recettes des décennies précédentes peuvent aussi s’appliquer à elle, juge-t-il. « Chaque génération a ses grands travaux. Plus de 300 000 personnes ont travaillé à mettre un homme sur la Lune. Des millions de volontaires ont vacciné les enfants dans le monde entier contre la polio. Des millions de personnes ont construit le pont Hoover et d’autres grands projets. Ces projets n’ont pas juste donné un but aux personnes qui les accomplissaient, ils ont donné au pays tout entier la fierté d’être capable de faire de grandes choses. » De grands projets mais lesquels ? M. Zuckerberg cite pêle-mêle la lutte contre le changement climatique, la recherche médicale, la modernisation de la démocratie par le vote en ligne… Autant de projets dans lesquels Facebook ou sa fondation personnelle sont impliqués.

Mais ces projets, prévient M. Zuckerberg, ne pourront voir le jour que si les Etats-Unis travaillent à rendre leur société moins inégalitaire, qui autorise l’échec. « Facebook n’était pas mon premier projet (…). J. K. Rowling a reçu douze refus avant de publier Harry Potter. Même Beyonce a dû écrire des centaines de chansons avant d’arriver à Halo. Les plus grands succès naissent de la liberté d’échouer. » Pour aboutir à cette liberté, M. Zuckerberg, qui reconnaît au passage avoir compté parmi les étudiants les plus privilégiés grâce au soutien financier de sa famille, il faut, estime-t-il, un nouveau contrat social : revenu universel, couverture santé étendue, garde d’enfants bon marché… Qui paiera pour tout cela ? « Donner à chacun la liberté de poursuivre son but n’est pas gratuit. Ce sont les gens comme moi qui devraient payer pour cela », dit M. Zuckerberg, dont l’entreprise est pourtant régulièrement critiquée, notamment en Europe, pour ses pratiques d’optimisation fiscale.

« Une bataille d’idées »

Autant de propositions aux antipodes de la politique actuelle menée par le président Donald Trump, que M. Zuckerberg n’évoque jamais directement dans son discours, tout en soulignant « les temps incertains » dans lesquels nous vivons, et la politique anti-immigration du président américain, qu’il avait déjà critiquée à plusieurs reprises durant la campagne électorale. « Il y a des laissés-pour-compte de la mondialisation partout dans le monde. C’est difficile de se soucier des gens qui vivent ailleurs quand nous ne nous sentons pas bien chez nous. Il y a une pression à se renfermer. »

Pour M. Zuckerberg, le changement ne viendra « pas des Nations unies », mais du niveau le plus local. « C’est le grand combat de notre époque. Les forces de la liberté, de l’ouverture et des communautés globales, contre les forces de l’autoritarisme, de l’isolationnisme et du nationalisme. Les forces de la libre diffusion de la connaissance, du libre-échange et de l’immigration contre ceux qui s’y opposent. Ce n’est pas une bataille entre nations, c’est une bataille d’idées. Il y a dans tous les pays des personnes qui sont pour l’ouverture mondiale et d’autres qui y sont opposées. »

Sans être nécessairement le fait d’opposants à la mondialisation, la visite de M. Zuckerberg dans son ancienne université a cependant suscité quelques protestations… Sur le site Internet du journal de Harvard, dont plusieurs titres ont été détournés mercredi 24 mai par un pirate pour se moquer du fondateur de Facebook.

Lemonde.fr par Damien Leloup

Publicités

Étiquettes : , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :