RDC: l’opposition dévoile son plan de bataille pour « le départ de Kabila »

Kinshasa – L’opposition congolaise a dévoilé samedi son calendrier d’actions « pour obtenir le départ » du président Joseph Kabila avec deux journées « villes mortes » les 8 et 9 août, des meetings le 20 août et un appel à la désobéissance civile à partir du 1er octobre, a constaté l’AFP.

Cette annonce a été faite à Kinshasa en clôture d’un « conclave » du « Rassemblement » de l’opposition vendredi et samedi.

Le président Kabila, au pouvoir depuis 2001, ne peut plus se représenter en vertu de l’actuelle Constitution et son deuxième mandat a officiellement pris fin le 20 décembre 2016.

Le pouvoir doit organiser des élections d’ici à la fin de cette année, conformément à un accord (de la Saint-Sylvestre) conclu le 31 décembre sous l’égide de l’Eglise catholique. « Je n’ai rien promis du tout ! Je souhaite organiser des élections aussi vite que possible », a de son côté déclaré Joseph Kabila à l’hebdomadaire allemand Der Spiegel en juin dernier.

L’opposition prévoit d’abord deux journées villes mortes les 8 et 9 août dans l’ensemble de la République démocratique du Congo « en guise d’avertissement », a annoncé le rapporteur du « conclave », François Muamba, dans une déclaration publique.

L’opposition prévoit en outre des rassemblements pour le 20 août dans les chefs-lieux des 25 provinces et quatre, de manière simultanée, dans la capitale Kinshasa (environ 10 millions d’habitants), a poursuivi le rapporteur devant plusieurs centaines de personnes.

« A défaut d’avoir convoqué le corps électoral le 30 septembre, Joseph Kabila ne sera plus reconnu président de la République à partir du 1er octobre », a lancé le rapporteur qui s’exprimait du siège du parti historique d’opposition UDPS de la famille Tshisekedi, dans le quartier de Limete.

Les quelque 70 millions de Congolais seront alors invités à ne plus payer leurs taxes et redevances dues à l’Etat ni leurs factures d’électricité et d’eau aux deux sociétés d’Etat qui en ont le monopole.

Fils de l’opposant historique Etienne Tshisekedi mort le 1er février à Bruxelles, Félix Tshisekedi a appelé en lingala (l’une des quatre langues nationales) « policiers et militaires à ne plus respecter des ordres mal donnés notamment pour tuer des Congolais ».

Félix Tshisekedi a par ailleurs accusé le président Kabila de « prendre en otage » le corps de son père qui n’a toujours pas été rapatrié faute d’accord entre la famille et les autorités sur l’organisation des obsèques.

De précédentes journées de manifestations à l’appel de l’opposition contre le maintien du président Kabila au pouvoir avaient fait des morts en septembre et en décembre 2016.

Samedi toujours, un « Conseil national de suivi de l’accord » (CNSA) de la Saint-Sylvestre s’est réuni pour la première fois sous la tutelle des présidents de l’Assemblée et du Sénat, a annoncé la Radio-télévision nationale congolais (RTNC).

« Nous ne sommes pas concernés par sa mise en place », a déclaré le rapporteur du « conclave » de l’opposition. L’Eglise catholique ne participe pas non plus aux travaux du CNSA.

Romandie.com avec(©AFP / 22 juillet 2017 22h26)                   

Publicités

Étiquettes : , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :