Salma Hayek accuse Donald Trump d’avoir violé une fillette de 13 ans en 1994

Le Président Trump attaqué par l’actrice mexi­caine

Plus que jamais déter­mi­née, Salma Hayek a relancé l’inté­rêt sur une plainte clas­sée sans suite dans laquelle une jeune femme accuse Donald Trump de l’avoir violée en 1994 alors qu’elle n’avait que 13 ans.

 

Les accu­sa­tions sont graves. Ce n’est pas la première fois que Salma Hayek s’en prend à Donald Trump, elle qui avait déjà fustigé l’inten­tion du Président améri­cain de bâtir un mur infran­chis­sable entre les États-Unis et le Mexique pour endi­guer l’immi­gra­tion. L’épouse de François-Henri Pinault, élue femme la plus torride de la décen­nie en 2015, avait égale­ment dû repous­ser les avances du futur chef de l’État qui s’était montré lour­de­ment insis­tant pour obte­nir un rendez-vous avec celle qui n’était pas encore célèbre. Un cas proche du harcè­le­ment. Cette fois, Salma Hayek remet le couvert et accuse l’homme d’affaires de viol.

L’actrice de 52 ans est en effet reve­nue sur un sombre épisode de la vie de Donald Trump. « Selon un procès au civil, Trump aurait violé une fillette de 13 ans » a-t-elle assuré à nos confrères du maga­zine Numéro. Salma Hayek a égale­ment précisé que cette affaire avait vite été « étouf­fée avant de dispa­raître complè­te­ment des radars » lorsque Donald Trump est devenu Président des États-Unis. « Je vous laisse mener l’enquête » a conclu la star d’origine mexi­caine aux jour­na­listes.

En réalité, cette affaire de viol avait d’ores et déjà été révé­lée en juin 2013. Une jeune femme avait alors avoué qu’elle s’était faite violer en 1994 par Donald Trump et le milliar­daire Jeffrey Epstein (inscrit sur la liste améri­caine des délinquants sexuels et condamné en 2008 pour pros­ti­tu­tion impliquant une mineure). La suppo­sée victime n’était âgée que de 13 ans aux moment des faits. Malgré la gravité des insi­nua­tions, l’avocate de la plai­gnante avait reti­rée sa plainte, prétex­tant que cette dernière aurait reçu « de nombreuses menaces » et qu’elle était « trop effrayée pour appa­raître visage décou­vert ». Salma Hayek n’a visi­ble­ment pas peur d’être inti­mi­dée par Donald Trump et tente de relan­cer l’inté­rêt média­tique pour ce dossier classé sans suite.

Gala.fr par Nicolas Schiavi

Étiquettes : , , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :