Angola: Lourenço prend des mesures surprises contre la famille Dos Santos

LUANDA (Reuters) – Le nouveau président angolais, João Lourenço, tente rapidement d’arracher le pouvoir à son prédécesseur, José Eduardo dos Santos, en repoussant certains de ses principaux alliés et jurant de combattre les monopoles de la famille de l’ancien président sur l’Angola depuis quatre décennies.

Angola: la démocratie attendra

João  Lourenço, l’actuel président d’Angola

Dos Santos, 75 ans, a choisi Lourenço, 63 ans, pour lui succéder quand il a démissionné le mois dernier après 38 ans au pouvoir, ce qui a poussé les critiques à suggérer que le nouveau venu serait une marionnette de la famille dominante dos Santos.

Mais les analystes, les diplomates et les politiciens ont été surpris par la vitesse à laquelle Lourenço a tenté de s’attaquer à certains des intérêts établis qui contrôlent la troisième plus grande économie de l’Afrique subsaharienne et le deuxième plus grand exportateur de pétrole.

Les poids lourds de l’administration précédente, tels que le vice-président Manuel Vicente et le ministre d’État Manuel « Kopelipa » Hélder Vieira Dias Jr, se sont retrouvés sans emploi.

Dos Santos conserve encore d’importants pouvoirs à la tête du parti au pouvoir, le MPLA, et des postes clés tels que le ministre des finances et le gouverneur de la banque centrale n’ont pas encore été touchés.

Mais dans le secteur pétrolier vital, responsable de 75% des revenus du gouvernement, Lourenço a réduit le contrôle de la fille de dos Santos, Isabel, qui dirige la compagnie pétrolière nationale Sonangol.

Ce mois-ci, Lourenço a nommé Carlos Saturnino, qui a été limogé par Isabel dos Santos l’année dernière, en tant que secrétaire d’État au pétrole, un rôle techniquement plus important que celui de son ancien patron.

« C’était inattendu à ce stade précoce », a déclaré Marcolino Moco, ancien Premier ministre angolais et critique de José Eduardo dos Santos.

« C’est très tôt, mais Lourenço envoie un signe que les excès de l’ère dos Santos ne vont pas continuer. »

Isabel dos Santos, la femme la plus riche d’Afrique, a nié toute tension avec Lourenço, déclarant à Reuters la semaine dernière que leurs points de vue étaient en « plein alignement ».

 

Isabel dos Santos et Sindika Dokolo avec le Président et la Première Dame de l’Angola. CREDIT FB

Dans son discours sur l’état de la nation le 16 octobre, Lourenço a promis de briser les monopoles dans l’économie, en mentionnant directement l’industrie du ciment dans laquelle Isabel et son mari, l’homme d’affaires et activiste congolais Sindika Dokolo, ont de grandes participations.

Il a également aboli le département des communications du gouvernement GRECIMA, avec lequel une société détenue en copropriété par une autre fille de dos Santos, Welwitschia, avait des contrats lucratifs.

« Briser les monopoles dont jouit la famille dos Santos, c’est aller à la jugulaire », a déclaré Ricardo Soares de Oliveira, un auteur et expert sur l’Angola qui enseigne à l’Université d’Oxford.

« Mais il y a un risque de confondre une vendetta contre dos Santos avec un véritable programme de réformes », a déclaré Oliveira.

Une réforme majeure est désespérément nécessaire. Bien que le boom pétrolier ait fait de l’Angola l’un des pays les plus riches d’Afrique par habitant, il est également l’un des plus inégaux du monde, la grande majorité de la population partageant peu de sa richesse.

L’économie angolaise est entrée en récession l’an dernier et le taux de chômage est d’au moins 25%. Le manque de devises a contraint les entreprises, telles que les compagnies aériennes et les compagnies pétrolières, à retirer leurs opérations. Un dollar récupère trois fois le taux officiel sur le marché noir.

L’agence de notation Moody’s a dégradé la note de crédit de l’Angola la semaine dernière, affirmant que l’économie restait contrainte par les pénuries de devises étrangères, l’inflation élevée, la faiblesse des dépenses publiques et la faiblesse du système bancaire.

Selon les premières indications, Lourenço pourrait placer des technocrates compétents dans des rôles pour résoudre certains de ces problèmes.

Ricardo Viegas de Abreu, un directeur bancaire et ancien vice-gouverneur de la banque centrale, a été nommé la semaine dernière secrétaire présidentiel pour les affaires économiques.

José Massano, ancien gouverneur de la banque centrale populaire auprès des investisseurs internationaux, pourrait retrouver son ancien emploi, ont rapporté mercredi les médias locaux. Un porte-parole de la banque centrale a refusé de commenter.

Un article de Reuters, traduit de l’anglais par POLITICO.CD.

Politico.cd/actualite/grands-lacs/2017/10/27

Étiquettes : , , , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :