Zimbabwe: le président se dit « prêt à mourir »

 Zimbabwe : le président se dit «prêt à mourir»

Le président du Zimbabwe Robert Mugabe et sa femme Grace, retranchés en résidence surveillée depuis la prise de contrôle de la capitale par l’armée mercredi, se disent «prêts à mourir», a déclaré samedi son neveu Patrick Zhuwao, alors que des milliers de manifestants défilent dans Harare pour obtenir la démission du chef de l’État, âgé de 93 ans, et aux commandes du pays depuis 35 ans.

D’après Patrick Zhuwao, les militaires sont à l’origine des protestations populaires qui ont lieu dans la capitale.

Dans la nuit de mardi à mercredi, l’armée a pris le contrôle du pays en soutien à Emmerson Mnangagwa, le vice-président limogé la semaine dernière par le chef de l’État à la suite d’une intense campagne de son épouse, Grace Mugabe. Des tractations ont débuté jeudi entre l’armée et le président, qui s’accroche pour l’instant au pouvoir.

Des milliers de manifestants ont défilé ce samedi pour obtenir la démission du président Mugabe.
Des milliers de manifestants ont défilé ce samedi pour obtenir la démission du président Mugabe. AFP PHOTO / ZINYANGE AUNTONY

Vendredi soir, l’armée a publié un communiqué où elle affirmait «soutenir pleinement» les manifestations anti-Mugabe prévues samedi, à condition qu’elles restent pacifiques.

Les milliers de manifestants qui défilent depuis ce matin dans Harare ont été stoppés par des militaires lourdement armés à 200 mètres du palais présidentiel. «Allons maintenant dire au grand-père Mugabe et à sa dactylo qu’ils doivent rentrer chez eux» a déclaré le secrétaire général des vétérans de la guerre Victor Matemadanda, lors d’un rassemblement anti-Magabe dans le quartier de Highfield, à Harare.

Les manifestants se sont assis sur la chaussée en signe de protestation. Des soldats, le visage camouflé par des masques, montaient la garde, pendant que des hélicoptères survolaient la scène.

Parallèlement, des milliers de manifestants se dirigeaient vers la résidence privée de Robert Mugabe, située dans la banlieue d’Harare, a constaté une autre journaliste de l’AFP.

Le Figaro.fr avec agences

Étiquettes : ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :