Congo: devoir de mémoire au Lieutenant Jean-Baptiste IKOKO

Photo de BrazzaNews.Force et honneur au brave et légendaire sous-lieutenant Jean Baptiste IKOKO.

Le Sous lieutenant Jean-Baptiste Ikoko est Né en avril 1944 , ce dernier a fait ses études primaires à Makoua, puis à Owando. Études secondaires au Collège Champagnat puis au Séminaire de Makoua. En 1963-1965, il séjourne aux États- Unis, et d’après nos enquêtes, il fut même un membre des Blacks panthers. Formation terminée, il rentre au pays comme professeur d’anglais. Il intègre la Défense Civile. puis l’armée. Il sera l’un des principaux acteurs des événements de février 1972.

Jean Baptiste Ikoko était un homme du peuple, il croyait a la nation et non a l’ethnie. Très intelligent, élégant, mignon et homme de principe, le soldat du peuple a combattu le tribalisme jusqu’à son dernier souffle au côté du M22, un mouvement révolutionnaire, qui tire son nom du putsch manqué le 22 février 1972, contre l’Oligarchie Bureaucratique Militaire et Tribale au pouvoir au Congo-Brazzaville communément appelé sous le nom de OBUMITRI .

Après l’échec de leur action du 22 février 1972, tendant à renverser le pouvoir, Jean Baptiste IKOKO et ses compagnons Anges Édouard Diawara (leader du mouvement ), Jean-Claude Bakékolo et Jean-Pierre Olouka se réfugient dans la campagne au sud de Brazzaville dans le Pool, plus précisément dans la forêt de Goma Tsé-Tsé .

Avec la publication du texte « Autocritique du M22 », ils vont créer depuis le maquis ouvert à Goma Tsé-tsé, un mouvement nommé « M22 » visant à consolider et à concrétiser la ligne de contestation et de rupture avec le réformisme soldée par l’échec du putsch du 22 février 1972.

Malheureusement, ils seront livrés par Kinshasa et assassinés a Brazzaville et non dans la forêt. Mais tellement que c’était un pouvoir basé dans le mensonge. Vers 5 heures du matin, l’heure à laquelle commençaient les émissions de radio Congo, celles –ci démarraient par la musique militaire. Pour le climat de l’époque, cela était annonciateur d’un grand événement généralement funeste. Il sera donc annoncé dans les langues de la radio le gros mensonge. Selon des animateurs, Ange DIAWARA et ses compagnons étaient tombés dans un traquenard tendu par les vaillants combattants de l’Armée populaire nationale. Ils avaient tous été abattus lors de leur fuite.

L’histoire a fini par révéler pendant la Conférence nationale souveraine que c’est plutôt dans les environs de Brazzaville que l’assassinat aura lieu et non à Mahitoukou.

Avant de commencer le massacre, le lieutenant IKOKO et d’autres officiers et militaires d’un certain axe du pays seront invités à fuir. Mais IKOKO déclinera cette offre et ainsi il sera assassiné sur instruction de MOUASSIPOSSO alors que les directives imposaient son retrait.

Jean Baptiste Ikoko a combattu et dénoncé le tribalisme avec son sang. Car le pouvoir étant entre les mains de son ethnie, ces derniers ont tout fait pour le dissuader de s’échapper et abandonner Diawara, Bakekolo et d’autres camarades d’un certain axe avec lesquels ils luttaient, mais le brave officier et homme de conviction et sans oublier le sergent Jean-pierre Olouka ont préféré mourir main dans la main avec Diawara et leurs compagnons.

 

Avec Brazzanews.fr

Publicités

Étiquettes : , , , , ,

Une Réponse to “Congo: devoir de mémoire au Lieutenant Jean-Baptiste IKOKO”

  1. Bouesso Says:

    Respect à son âme pour sa cause

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :