Russie: la porte-parole de la diplomatie russe dit avoir été harcelée sexuellement

La porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, le 15 janvier 2018 à Moscou / © AFP/Archives / Yuri KADOBNOV

La porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, a révélé samedi avoir été harcelée sexuellement par le député Léonid Sloutski, déjà accusé des mêmes faits par plusieurs journalistes russes.

A Saint-Pétersbourg, dans le nord-ouest de la Russie, « Léonid a commencé à dire au restaurant des choses que je n’ai vraiment pas trouvé agréables », a-t-elle répondu sur la chaîne de télévision russe NTV après avoir été interrogée sur les accusations de harcèlement sexuel visant ce député.

« J’ai été surprise de voir que ceux qui étaient présents (…) n’ont rien dit à ce moment-là et ne m’ont pas soutenue », a poursuivi Mme Zakharova, précisant que les faits remontent à cinq ans, « lorsqu'(elle) n’était pas une personne connue ».

« Je m’oppose absolument à ceux qui disent que, enfin voyons, elle invente, c’est ce genre de fille, elle ne s’habille pas comme il faut, tout ça ce sont des inventions », a-t-elle ajouté, appelant les femmes victimes de harcèlement sexuel à « parler maintenant et ici ».

Quatre journalistes, dont trois à visage découvert, ont accusé au cours des dernières semaines le député Léonid Sloutski, à la tête de la Commission des Affaires internationales, de les avoir harcelées sexuellement, notamment en faisant des commentaires à connotation sexuelle ou en voulant les forcer à l’embrasser.

Après avoir dénoncé « une vile et basse provocation » puis s’être félicité que ces accusations « renforcent (son) autorité », Léonid Sloutski, 50 ans, a pour la première fois présenté jeudi ses excuses aux victimes présumées.

« A celles d’entre vous à qui j’ai causé volontairement ou involontairement des soucis, je voudrais demander de me pardonner. Croyez-moi, je ne le faisais pas par méchanceté », a-t-il écrit sur Facebook.

Jusqu’à présent, M. Sloutski a été largement soutenu par ses collègues, dont le chef de file du mouvement nationaliste LDPR Vladimir Jirinovski, qui a accusé les victimes présumées d’avoir « reçu des ordres de l’Occident ».

« Vous avez peur de travailler à la Douma ? Si c’est le cas, changez de travail », a également lancé mercredi à une journaliste le président de la chambre basse du Parlement, Viatcheslav Volodine.

Romandie.com avec(©AFP / 10 mars 2018 20h19)                

Étiquettes : , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :