Accident d’hélicoptère en Argentine: une société de production française condamnée

Nanterre – C’est la première décision de la justice française dans l’accident mortel d’hélicoptères survenu lors d’un tournage en Argentine en 2015: la société de production de l’émission de télé-réalité française « Dropped » a été condamnée pour « faute inexcusable » à indemniser la famille d’une victime.

Survenue le 9 mars 2015 sur le tournage de l’émission diffusée par la chaîne TF1, la collision accidentelle entre deux hélicoptères avait coûté la vie à dix personnes dont trois sportifs français de haut niveau, la navigatrice Florence Arthaud, le boxeur Alexis Vastine et la nageuse Camille Muffat. Le drame avait provoqué une vive émotion en France.

La mère, l’épouse et les deux enfants du caméraman Laurent Sbasnik, mort à 40 ans dans la collision, avaient saisi la justice française en réclamant d’importants dommages et intérêts à son employeur, la société de production SAS Adventure Line Productions (ALP).

Dans sa décision datée du 20 avril, la justice française a estimé « que l’accident du travail dont a été victime » Laurent Sbasnik « est dû à une faute inexcusable de la SAS Adventure Line Productions ». Il l’a condamnée en conséquence à verser à la famille des dommages et intérêts d’un montant de 120.000 euros.

L’émission « Dropped » devait être diffusée durant l’été 2015 sur TF1. Les sportifs français devaient être largués dans des zones isolées et mis au défi de retrouver la « civilisation » en moins de 72 heures.

Laurent Sbasnik était chargé de filmer « portes ouvertes, harnaché et dans une configuration de vol dangereuse », ces deux hélicoptères évoluant « en formation rapprochée », précise le tribunal.

Cela comportait « des risques particuliers » sans qu’il ait « obtenu l’information et/ou la formation appropriée », souligne le tribunal, se fondant notamment sur les conclusions du rapport d’enquête administrative rendu en décembre 2015 par le Jiaac argentin, bureau d’enquête pour la sécurité de l’aviation civile.

Pour Me Solenn Le Tutour, qui défend les intérêts de la famille de la victime, cette décision « rappelle vigoureusement qu’ALP avait à l’égard de ses salariés une obligation de sécurité ».

L’avocate a ajouté que le tribunal a retenu le fait « que le vol rapproché avec des passagers à bord est une manoeuvre interdite par la réglementation argentine ».

A l’audience le 27 novembre 2017, elle avait dénoncé « l’amateurisme dans l’organisation de cette émission » et un « enchaînement de négligences » de la part d’ALP.

La société de production, dont l’avocat n’a pu être joint, avait assuré avoir « pris toutes les dispositions pour qu’à tout moment la sécurité de ses salariés soit respectée ».

Parallèlement à ce jugement civil, une procédure pénale est toujours en cours à Paris concernant la plainte de la famille de la journaliste Lucie Mei-Dalby, décédée lors du même accident. ALP et son directeur de production ont été placés sous le statut de témoin assisté, échappant pour l’heure à des poursuites.

Une autre procédure pénale est en cours d’instruction en Argentine.

(©AFP / 25 avril 2018 12h57)

Étiquettes : , ,

3 Réponses to “Accident d’hélicoptère en Argentine: une société de production française condamnée”

  1. La petite revue de Claire Says:

    J’ai toujours pensé qu’il y avait eu des soucis de sécurité sur ce tournage.
    C’est une belle décision de la justice française

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :