Congo: vers un nouveau gouvernement d’union nationale

 

Vers un nouveau gouvernement d’union nationale sous la coalition « Pct-Frocad-Idc-Upads » pour éviter la Conférence Internationale pour le Congo-Brazzaville

VERS UN NOUVEAU GOUVERNEMENT D’UNION NATIONALE SOUS LA COALITION « PCT-FROCAD-IDC-UPADS » POUR EVITER LA CONFERENCE INTERNATIONALE

Sassou et tout son clan qui ont endetté le pays en mettant l’argent dans les paradis fiscaux, sont à Paris depuis hier 27 mai.

La raison officielle, comme on le lit ici et là sur les réseaux, est le dossier de la Libye.

Mais en réalité, Sassou et son équipe de criminels économiques sont convoqués pour la crise économique et financière du Congo qui plonge la zone CEMAC dans une tourmente qui met en danger le franc CFA.

Sassou vient discuter de la dette et des financements de la France pour aider le régime face à la crise.

Cependant la France (Elysée) pose comme conditions : la bonne gouvernance, la formation d’un gouvernement d’union nationale auquel le PCT, le FROCAD-IDC et l’aile UPADS de Tsaty-Mabiala ont déjà donné leur accord d’y participer.

Un gouvernement d’union nationale pour lequel Modeste Boukadia a été condamné, en 2014, à 30 ans aux travaux forcés et 500 millions de FCFA d’amende, sans oublier tous les membres de son parti, arrêtés, jugés et condamnés qui ne sont toujours pas libérés, malgré l’Avis du Groupe de travail des Droits de l’homme de l’ONU à ce sujet, même ceux qui ont purgé leur peine (https://blogs.mediapart.fr/jecmaus/blog/160417/proces-des-prisonniers-politiques-au-congo-brazzaville).

Sassou serait prêt à accepter toutes ces conditions pour contourner la tenue de la Conférence Internationale des Nations unies que propose Modeste Boukadia pour éviter les dossiers du génocide du Pool et celui des assassinats politiques, des conditions de l’endettement abyssal du Congo qui ont conduit le Congo à la faillite frauduleuse.

Ici, on peut comprendre pourquoi le travail d’acharnement des « TOUT, SAUF… » contre Modeste Boukadia pour la conférence internationale, car ils sont la courroie de transmission du pouvoir de Sassou Nguesso pour diviser la diaspora congolaise afin que celle-ci n’adhère pas à la Conférence Internationale des Nations unies pour le Congo, mais à un dialogue national ou une conférence nationale bis. Leur condition serait qu’ils soient membre d’un gouvernement d’union nationale.

Ceci étant, puisque M. Modeste Boukadia et les membres de son parti avaient été arrêtés, jugés et condamnés pour avoir réclamé la formation d’un gouvernement d’union nationale, devons-nous dans ces conditions mettre aux arrêts, emprisonner, juger et condamner tous ceux qui auront accepté cette idée ?

Au regard du post RÉVÉLATION DU NŒUD CORDIER de M. Arnaud Serge Oba, les anti-Conférence internationale ferraillent dur pour cette solution au niveau de l’Elysée, dans le seul but d’écarter Modeste Boukadia et son projet de Conférence Internationale sur le Congo.

Paris, le 28 mai 2018

Jean-Claude MAYIMA-MBEMBA

Président de l’Association UNION-CONGO

Ancien Rapporteur de la Commission ad hoc « Assassinats » de la Conférence Nationale Souveraine,

Ancien Représentant Permanent de l’Opposition Congolaise auprès de l’Union Européenne

Blog/Mediapart.fr avec Congonews.fr par Jecmaus, 28 mai 2018

 

Étiquettes : , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :