RDC: des pro-Katumbi rencontrent l’ONU la veille de de son retour annoncé

Kinshasa – Des proches de l’opposant congolais Moïse Katumbi ont rencontré jeudi la cheffe de la mission de l’ONU en République démocratique du Congo (Monusco) à la veille du retour annoncé de leur chef qui risque d’être arrêté dès son arrivée à Lubumbashi, a appris l’AFP de source de l’ONU.

M. Katumbi affirme qu’il va arriver vendredi matin a l’aéroport de Lubumbashi pour déposer sa candidature a l’élection présidentielle en RDC. Le ministère des Transports affirme qu’il a reçu une demande d’autorisation d’atterrir, mais la réponse n’est pas encore parvenue à l’entourage de Katumbi.

« Nous sommes allés sensibiliser Mme Leila Zerrougui des risques sécuritaires qui entourent le processus des élections dans la perspective du retour de Moïse Katumbi et à la lumière des péripéties du retour hier de Jean-Pierre Bemba », a déclaré à l’AFP Delly Sesanga, secrétaire général de la plateforme électorale pro-Katumbi « Ensemble ».

« Il y a des risques de dégradations qui mettraient en situation périlleuse des civils et des acteurs politiques comme Katumbi », a-t-il ajouté.

« Cette rencontre entre dans le cadre des bons offices de la Monusco », a déclaré à l’AFP Florence Marchal, porte-parole de la Monusco, ajoutant que « la Monusco n’a pas pour mission d’assurer la protection des personnalités ».

« Nous avons entendu parler d’un mandat de prise de corps émis par le parquet contre Katumbi. Mais ce serait de l’arbitraire comme on en a l’habitude depuis un temps dans notre pays », a déclaré à l’AFP Me Joseph Mukendi, avocat de M. Katumbi.

« Tout ça vise à l’empêcher de déposer sa candidature », a-t-il indiqué.

Le ministre de la Justice est invité à « cesser les pressions politiques » qu’il exerce sur le parquet « pour qu’il arrête arbitrairement l’opposant Moïse Katumbi », écrit dans un communiqué l’Association congolaise pour l’accès à la justice (ACAJ, une ONG congolaise).

L’ACAJ a exhorté les autorités à appliquer des « mesures de décrispation politique » prévues dans un accord politique signé le 31 décembre 2016.

Ex-proche du président Kabila passé à l’opposition en 2015, M. Katumbi a été condamné à trois ans de prison dans une affaire de spoliation immobilière.

Il est également poursuivi pour recrutement de mercenaires (procès renvoyé au 10 octobre).

« Des farces judiciaires », a déclaré récemment son avocat parisien Éric Dupond-Moretti, qui balaie aussi une troisième accusation (la nationalité italienne), concluant que « rien n’interdit qu’il rentre en RDC ».

Romandie.com avec(©AFP / 02 août 2018 17h23)                                                        

Étiquettes : , , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :