Togo : un enfant tué au cours d’affrontements entre manifestants et forces de l’ordre

Lomé – Au moins une personne, un enfant, a été tuée par balle samedi au cours d’affrontements entre manifestants et forces de l’ordre dans certains quartiers de Lomé notamment à Agoè, banlieue nord de la capitale, a indiqué le ministre de la sécurité.

« Il s’agit d’un enfant tué par balle par des individus à bord d’un véhicule 4X4, sans plaque. Des recherches sont actuellement en cours, pour retrouver le véhicule et les auteurs », a déclaré à l’AFP, le général Yark Damehane.

L’enfant avait d’environ 8 ans, a-t-il ajouté.

Il y aurait « un autre décès. Nous n’avons pas encore la confirmation. Un communiqué sera publié dans la soirée », a-t-il poursuivi.

La principale coalition de l’opposition qui n’a pas présenté de listes pour les élections législatives du 20 décembre, dénonçant des « irrégularités », a appelé à de nouvelles manifestations, pendant une dizaine de jours à partir de ce samedi pour exiger l’arrêt du processus électoral.

Ces manifestations sont interdites par le gouvernement qui a évoqué le « risque très élevé de troubles graves à l’ordre public », alors que la campagne électorale a démarré depuis mardi.

Dans certains quartiers, notamment à Agoè, des jeunes ont dressé des barricades et brûlé de pneus. Les forces de l’ordre ont réagi, faisant usage de gaz lacrymogènes, avec des courses poursuites dans la zone.

Dans certaines villes à l’intérieur du pays notamment à Sokodé et à Bafilo, des jeunes qui tentaient de se rassembler, ont été également dispersés à coups de gaz lacrymogènes

.La coalition réclame notamment des réformes constitutionnelles pour permettre la limitation des mandats présidentiels et, pour ce qui est des législatives, la recomposition du bureau de la Commission électorale nationale indépendante (Céni) et la reprise de toutes les activités déjà menées par cette institution.

Le pays traverse une grave crise politique depuis plus d’un an, avec des manifestations massives pour réclamer la démission du président Faure Gnassingbé. Ce dernier a succédé en 2005 à son père qui avait dirigé le Togo d’une main de fer pendant 38 ans.

Les Eglises évangéliques, presbytériennes et méthodistes du Togo ont appelé mercredi à un « report de quelques mois » de ces élections, dénonçant « les conditions non consensuelles » dans lesquelles est organisé le scrutin.

Vendredi soir, les « cadres musulmans » du Togo ont également appelé à un « report » de ces élections.

Romandie.com avec(©AFP / 08 décembre 2018 15h27)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :