Inquiets du Brexit, les Anglais se précipitent pour vendre leur logement

Boris

Les prix de l’immobilier à Londres ont chuté de plus de 4% sur les cinq premiers mois de l’année Crédits photo : ZGPhotography/Shutterstock

– Alors que la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne se précise, le nombre de ventes immobilières outre-Manche s’envole de plus de 6% sur un an. Du jamais vu depuis 2015.

Le nouveau premier ministre britannique Boris Johnson l’a assuré: le Royaume-Uni quittera l’Union européenne le 31 octobre. Une échéance qui inquiète les propriétaires immobiliers qui ne savent pas à quoi ressemblera le marché après le Brexit. Conséquence: le nombre de ventes s’accélère en août, selon une récente étude du plus grand portail immobilier du pays, Rightmove. Une hausse de 6,1% a ainsi été enregistrée par rapport à août 2018. Du jamais vu depuis 2015 pour un mois d’août, une période habituellement creuse en raison des grandes vacances.

Pour Rightmove, l’explication est claire: certes, la perspective du Brexit n’est une surprise pour personne. Mais désormais, la date de sortie du Royaume-Uni est connue. Dès lors, beaucoup de vendeurs, anticipant une baisse des prix de l’immobilier, se précipitent pour vendre au mieux leur bien. De leur côté, les acheteurs se frottent les mains. Avec une livre qui a perdu 20% de sa valeur face à l’euro en trois ans, les étrangers ont aussi de bonnes affaires à réaliser. «De plus en plus d’acheteurs ont compris que la période était propice aux achats. En règle générale, les acheteurs sont peu nombreux en août. Mais étant donné le contexte actuel, la concurrence est plus forte car les vendeurs sont plus disposés à accepter de baisser leur prix», explique Miles Shipside, analyste du marché immobilier de Rightmove

Même si l’affolement est rarement gage de succès, le marché immobilier britannique perd assurément de sa superbe. Les prix ne progressent quasiment plus: leur hausse est restée inférieure à 1% en juillet (+0,3%) pour le huitième mois consécutif, selon la banque mutualiste Nationwide. Pour s’offrir un logement au Royaume-Uni, vous devez débourser un peu moins de 218.000 livres (plus de 237.000 euros). À titre de comparaison, un logement coûte en moyenne 220.000 euros en France.

Ce ralentissement des prix est une aubaine pour les acheteurs et forcément moins pour les vendeurs. Conséquence: le nombre de propriétés qui changent de mains ne représente que 5% du total de maisons au Royaume-Uni, selon Nationwide. Un taux de rotation nettement inférieur à celui enregistré avant la crise (autour de 8%). Pire: à Londres, les prix ont reculé de plus de 4% sur les cinq premiers mois de l’année, selon les chiffres de l’Office for National Statistics. La plus forte baisse enregistrée depuis 2009.

 

Le Figaro.fr par Guillaume Errard

Étiquettes : , , , ,

Une Réponse to “Inquiets du Brexit, les Anglais se précipitent pour vendre leur logement”

  1. Bouesso Says:

    Une inquiétude justifiée

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :