France: Mélenchon fait l’éloge de Philippe «l’élégant» pour mieux critiquer Macron «le bandit»

Dans un entretien à La Tribune de Genève, le chef des Insoumis a salué les performances oratoires d’Édouard Philippe, regrettant qu’il soit contraint d’obéir à Emmanuel Macron.

Jean-Luc Mélenchon et Edouard Philippe à l'Assemblée, le 3 mars
Jean-Luc Mélenchon et Edouard Philippe à l’Assemblée, le 3 mars AFP

Constatant que la tension monte, en coulisses, entre Emmanuel Macron et son premier ministre sur la gestion de la crise, Jean-Luc Mélenchon a jugé bon d’aller apporter son petit grain de sel. Dans un entretien à La Tribune de Genève ce mercredi, le chef de file de La France Insoumise a défendu Edouard Philippe. «Tout le monde sait que c’est le président qui a choisi le 11 mai (la date du déconfinement, ndlr), seul et contre tout le monde. L’autre il obéit», a-t-il certifié. «Pourquoi douter de sa bonne volonté personnelle?», a interrogé l’ancien candidat à la présidentielle.

«Regardez le faire!»

Jean-Luc Mélenchon en a même profité – une fois n’est pas coutume – pour faire un long éloge du premier ministre. «Edouard Philippe est de droite et n’a jamais prétendu autre chose. C’est un homme élégant, d’un côtoiement agréable, un libéral assumé et qui le dit clairement», a assuré le chef de LFI. Avant d’embrayer sur la passion du locataire de Matignon pour la boxe : «Savoir le sport qu’il pratique aide à comprendre un homme politique. Lui, c’est la boxe. Regardez le faire! Quand il répond, il tourne et danse sur le ring le temps qu’il faut pour que vous baissiez la garde. À ce moment-là, il choisit le point où frapper : c’est un mot qu’il a pris dans votre discours, et il en fait ce qu’il veut, pan!», raconte-t-il. Reconnu pour ses joutes oratoires, Jean-Luc Mélenchon ajoute : «On peut aussi faire un peu d’esthétique en politique, j’y tiens».

Mélenchon n’épargne pas Macron

S’il se montre donc, à la surprise générale, grand défenseur d’Édouard Philippe, l’Insoumis ne mâche pas ses mots à l’encontre du chef de l’État. Emmanuel Macron serait, selon lui, «un bandit de grand chemin». «Lui-même dit qu’il a fait un hold-up sur le pouvoir!», rappelle Jean-Luc Mélenchon. «Il a trompé tout le monde; Il est sans foi ni loi, capable d’entrer, grâce à nous, les gens de gauche, dans la présidence de M. Hollande. Puis d’en sortir en disant qu’il n’est ni de droite ni de gauche, puis de devenir chef de la droite», déplore-t-il.

Jean-Luc Mélenchon défend par ailleurs toujours la thèse qui affirme que le président de la République aurait été à l’initiative des perquisitions au siège de La France Insoumise à l’automne 2018. À l’époque, le député de Marseille avait perdu ses nerfs devant les forces de l’ordre. Un dérapage qui l’a condamné à trois mois de prison avec sursis et 8000 euros d’amende par le tribunal correctionnel de Bobigny fin 2019. «Un libéral qui fait perquisitionner ses rivaux! C’est insupportable, cet opportunisme», conclut-il.

Avec Le Figaro par Pierre Lepelletier

Étiquettes : , , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :