Congo-diaspora: Hommage de Guy Milex MBONZI ​à Marc MAPINGOU

 

En Afrique, la mort d’un grand homme a toujours été considérée comme une perte aussi lourde et retentissante que la chute d’un baobab. Oui, le Congo a perdu un baobab en la personne de Marc Mapingou. Que peut-on dire à son sujet ?

Marc Mapingou était un homme d’une générosité remarquable. C’était un homme toujours disponible, toujours ouvert, malgré ses occupations et son riche carnet d’adresses. Parrain politique des uns, encadreurs des autres, guide éclairé, excellent conseillé, Marc Mapingou était d’une éloquence digne d’un sage, digne d’un technicien. Pas étonnant qu’il ait côtoyé les plus grands et qu’il ait été, à l’époque, directeur de compagne de l’ancien président congolais Pascal Lissouba.

Comme il est presque inutile de le rappeler, c’est à lui (et bien d’autres personnes) que Lissouba devait, dans une large mesure, sa victoire. Le réseautage de Marc Mapingou, ses relations à l’intérieur comme à l’extérieur du pays, avait constitué un atout non négligeable dans la formation de sa carrure d’homme politique.

Mais cet homme qui savait se faire respecter et aimer – qui était une sorte de machine d’amour – avait également su gagner la confiance des Grands de ce monde dont feu Omar Bongo Ondimba.

Sur la place de Paris, Marc Mapingou était la référence et reste un modèle pour ceux qui désirent arpenter les sentiers politiques et de la communication. Et c’est précisément sur cette place que l’on s’est connu et qu’on s’est rapidement familiarisé. Marc Mapingou m’invitait très souvent à diner et discuter. Bref, nos rencontres avaient toujours été chaleureuses. Mais comme dit le proverbe, « les bonnes choses ne durent jamais. » On s’est vu pour la dernière fois, lors d’un « Vendredi du Congo », organisé par Kutana, à la gare du Nord. Marc Mapingou s’était adressé à moi en ces termes : « Mon cadet, avant que tu ne rentres à Brazzaville, on doit se voir à tout prix ; il faut qu’on parle. »

Malheureusement, je n’avais pas respecté la consigne. J’étais rentré sans même le rencontrer, ce qui est fort regrettable. D’autant plus regrettable que cela me renvoie directement à une scène vécue il y a 26 ans avec ma défunte mère. Pour la petite histoire, pendant qu’elle était agonisante, ma mère m’avait demandé de rester un moment auprès d’elle à l’hôpital parce qu’elle avait des choses à me dire. Mais ne pouvant supporter de la voir souffrir, j’avais prétexté avoir des devoirs scolaires à faire à la maison pour m’éclipser, sans savoir que c’était la dernière fois que je la voyais en vie. Convaincu qu’on se reverra, j’avais donc manqué de prendre ses derniers conseils, comme ça a été le cas avec le doyen Marc Mapingou.

La sagesse millénaire nous enseigne que chaque forme de vie est une pensée de Dieu revêtue de chair ou de matière. Étant donné que Dieu est éternel ainsi que ses pensées, la mort n’est qu’une illusion, car il n’y a de mort pour aucune de ses créatures. Perçu sous cet angle, j’estime personnellement que Marc Mapingou ne peut donc pas être mort et c’est bien et trop cruel de le considérer ainsi. Marc a juste changé d’octave, il est simplement passé d’un niveau de vie à un autre, d’un monde à un autre. Dans son corps physique, il a vécu, grandi et exécuté la tâche ou la mission qui lui avait été assignée. Puis, il a quitté son enveloppe corporelle pour changer de sphère d’existence. C’est cela mon intime conviction.

Je pense également qu’au lieu de l’aider, nos pleurs, notre chagrin, nos disputes et nos divisions l’attristent. Les sages s’accordent à dire que le pardon mutuel, l’amour, l’harmonie et l’unité des siens réchauffent le cœur du trépassé. Ainsi, seuls le manque de discernement et l’égoïsme poussent les Hommes à rappeler ici-bas, les âmes des personnes décédées.

L’homme nous a quittés, mais son image, son charisme, ses précieux conseils et son sourire demeureront gravés dans nos cœurs.
Merci doyen, pour ces instants inoubliables passés avec toi. Le mot d’ordre pour nous demeure « A l’attaque ».

Guy Milex M’BONDZI

Photo de BrazzaNews.
Avec Brazzanews

Étiquettes : ,

Une Réponse to “Congo-diaspora: Hommage de Guy Milex MBONZI ​à Marc MAPINGOU”

  1. Bouesso Says:

    Un hommage de reconnaissance !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :