A la dernière heure du destin

 

A la dernière heure de ton destin

Quand le souffle vital de ta fin

Annonça la mort de ta personne

Des sanglots déchirèrent les montagnes

 

Devant la présence de ta chère fille

Quand on te ferma les yeux en éveil

Les pleurs solidaires de ses amies

L’accompagnaient à la ronde sur ton lit

 

Aux premières minutes de la triste nouvelle

Lorsque les réseaux se mirent en branle

Ta disparition portée à dos du vent

Traversa les cieux mais aussi les océans

 

Ô mon cher ami, ô mon cher papa

Tu es parti dans la beauté de ton visage

Au pays sans retour du paradis sans âge

Où un jour tu nous accueilleras dans tes bras

 

Bernard NKOUNKOU

 

Étiquettes : , , , , , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :