Zimbabwe: l’écrivaine Tsitsi Dangarembga libérée sous caution

 

Tsitsi Dangarembga a été remise en liberté sous caution samedi, au lendemain de son arrestation à Harare lors d’une manifestation contre la corruption, a constaté un journaliste de l’AFP.

L’écrivaine du Zimbabwe, inculpée d’incitation à commettre des violences et d’avoir violé les mesures restrictives prises pour lutter contre le coronavirus, notamment l’interdiction des rassemblements, a été libérée contre paiement d’une caution de 65 dollars.

L’écrivaine et romancière zimbabwéenne Tsitsi Dangarembga, 61 ans, qui a connu le succès avec son roman The Book of Not, avait été arrêtée vendredi et emmenée dans un camion de police alors qu’elle manifestait dans le quartier huppé de Borrowdale dans la capitale zimbabwéenne, Harare.

«Arrêtée! À Borrowdale. Espère que ça ira», avait-t-elle tweeté peu après son arrestation. Son mari Olaf Koschke avait confirmé à l’AFP son arrestation.

Interdiction des manifestations

Arrêtée avec un autre manifestant, elle portait des pancartes appelant notamment à la libération du journaliste et lanceur d’alerte Hopewell Chin’ono. Hopewell Chin’ono avait révélé récemment des scandales de corruption dans le cadre de la lutte contre la pandémie de Covid-19 au Zimbabwe qui avaient conduit au limogeage, début juillet, du ministre de la Santé Obadiah Moyo. Sur les réseaux sociaux, il avait appelé à manifester vendredi. Il avait été arrêté la semaine dernière, pour incitation publique à la violence et accusé de tentative de coup d’État.

Les autorités avaient interdit les manifestations de vendredi lancées à l’appel d’un parti d’opposition, pour protester contre la corruption et la crise économique. Depuis la veille, les forces de sécurité étaient en état d’alerte dans les rues de la capitale Harare.

Quelques jours avant l’arrestation de Tsitsi Dangarembga, son livre This Mournable Body, dernier d’une trilogie, a été sélectionné pour le Booker Prize, prestigieux prix littéraire britannique.

Saluée comme une voix féministe, Tsitsi Dangarembga est devenue célèbre en 1988 avec Nervous Conditions («À fleur de peau» dans la version française), puis une suite intitulée The Book of Not, qui racontent le parcours d’une jeune fille au Zimbabwe.

Par Le Figaro avec AFP

Étiquettes : , , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :