France/Attentat islamiste à Nice : «C’est la France qui est attaquée», dénonce Emmanuel Macron

Des policiers gardent la rue menant à la basilique Notre-Dame de l’Assomption, à Nice.

Selon une source policière au Figaro, une première femme, âgée et venue prier de bon matin, a été retrouvée égorgée et «quasiment décapitée» près du bénitier dans l’édifice religieux. Un homme, le sacristain, a également été retrouvé égorgé dans l’église. Une seconde femme, qui avait réussi à se réfugier dans un café voisin, y a perdu la vie, le corps lardé de plusieurs coups de couteaux. L’attaque a également fait plusieurs blessés.

La police municipale a interpellé l’auteur des faits, qui a été transporté à l’hôpital à la suite d’une blessure par balle. Il s’agirait d’un Tunisien de 21 ans qui se nomme Brahim Aouissaoui. Non demandeur d’asile en France, il serait arrivé par Lampedusa fin septembre. Il aurait déclaré avoir agi seul et revendiquerait les faits, sans plus de précisions à l’heure actuelle.

Le président Emmanuel Macron s’est rendu sur place. Devant la basilique Notre-Dame, il a dénoncé une « attaque terroriste islamiste ». Une réunion de crise a par ailleurs été ouverte à l’Intérieur, présidée par le ministre Gérald Darmanin. Le premier ministre Jean Castex a de même quitté l’Assemblée pour participer à la réunion.

Le parquet antiterroriste a ouvert immédiatement une enquête pour «assassinat et tentative d’assassinat en relation avec une entreprise terroriste» et «association de malfaiteurs terroriste criminelle». Le procureur antiterroriste Jean-François Ricard s’est rendu sur place.

Jean-Yves Le Drian lance « un message de paix au monde musulman »

Le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian a lancé un «message de paix au monde musulman», en soulignant que la France était le «pays de la tolérance», pas du «mépris ou du rejet».

«N’écoutez pas les voix qui cherchent à attiser la défiance. Ne nous laissons pas enfermer dans les outrances d’une minorité de manipulateurs», a-t-il déclaré lors de l’examen du budget de son ministère à l’Assemblée nationale.

L’assaillant est un Tunisien de 21 ans arrivé par Lampedusa

L’attaquant au couteau est un Tunisien de 21 ans qui se nomme Brahim Aouissaoui. Non demandeur d’asile en France, il était arrivé en Europe par Lampedusa fin septembre, où il avait été mis en quarantaine par les autorités italiennes avant d’être visé par une obligation de quitter le territoire italien et laissé libre, a ajouté cette source. Il est sur le territoire français depuis le début du mois d’octobre.

Selon certaines sources judiciaires, son identité n’est pas encore formellement confirmée. Les enquêteurs ne disposeraient pour l’instant que d’un document de la Croix rouge italienne correspondant à l’identité de Brahim Aouissaoui.

«Fermeté et unité, telle est la ligne que nous devons suivre», insiste Macron

Le chef de l’État, devant la basilique Notre-Dame de Nice, a ensuite appelé les Français à «l’unité de tous» et à «ne rien céder à l’esprit de division». «Fermeté et unité, telle est la ligne que nous devons suivre», a-t-il insisté avant de clore son allocution.
Des policiers surveillent les abords de la basilique Notre-Dame de l’Assomption à Nice, quelques heures après l’attentat terroriste islamiste.

Macron : «Je veux dire le soutien de la nation tout entière aux catholiques»

Lors de son allocution à la presse, devant la basilique Notre-Dame de Nice, le président Emmanuel Macron a souhaité avant tout «dire le soutien de la nation tout entière aux catholiques de France et d’ailleurs».

Le président français parle aux médias à Nice.
«Après l’assassinat du père Hamel à l’été 2016, c’est une nouvelle fois les catholiques qui sont attaqués dans notre pays, menacés», a ajouté le chef de l’État, se référant à l’assassinat du père Jacques Hamel, égorgé dans son église par des terroristes islamistes le 26 juillet 2016 à Saint-Étienne-du-Rouvray.

«La nation tout entière se tient à leurs côtés et se tiendra pour que la religion puisse continuer de s’exercer librement dans notre pays», a poursuivi le chef de l’État.

«Très clairement, c’est la France qui est attaquée», a poursuivi Emmanuel Macron, notamment accompagné du ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin, du ministre de la Justice Éric Dupond-Moretti, du maire de Nice Christian Estrosi et du président des évêques de France Mgr Éric de Moulins-Beaufort.

Au même moment, un site consulaire français était attaqué en Arabie-Saoudite à Jeddah, a rappelé le chef de l’État – un vigile du consulat français à Jeddah a en effet été blessé au couteau ce jeudi matin. Et «au même moment, des interpellations sur notre territoire se faisaient», a continué le président.

«Si nous sommes attaqués (…) c’est pour les valeurs qui sont les nôtres, pour notre goût de la liberté, pour cette possibilité sur notre sol de croire librement (…). Nous n’y céderons rien», a poursuivi Emmanuel Macron devant la presse, à Nice. Le président a également annoncé le passage de 3000 à 7000 militaires pour l’opération Sentinelle.

Lors de son déplacement à Nice, le président de la République a dénoncé, lors d’un point presse, «une attaque terroriste islamiste».
Emmanuel Macron lors d’un point presse, à Nice, ce jeudi. AFP

De nombreuses églises viennent de sonner le glas à 15 heures, à Strasbourg, Mulhouse, La Rochelle, Nantes, Lourdes et Paris.

Cette décision survient après un appel de la conférence des évêques de France (CEF), qui a invité dans un communiqué les catholiques à prier pour les victimes : «Malgré la douleur qui les étreint, les catholiques refusent de céder à la peur (…) Partout où cela sera possible, le glas des églises de France sonnera aujourd’hui à 15h. Les catholiques seront invités à une prière pour les personnes victimes».

Dans la capitale, le glas de la cathédrale Notre-Dame de Paris, toujours en travaux, a retenti à 15h. Plusieurs passants se sont alors recueillis sur le parvis, tandis que des policiers surveillaient leurs alentours, rapporte notre journaliste Alban Barthélémy sur place :

Le glas de Notre-Dame est sonné par les compagnons et architectes en chef du chantier de sécurisation de la cathédrale, précise une journaliste de Paris Notre Dame, le journal du diocèse de Paris.

À Nantes, l’église Sainte-Croix a également sonné le glas, rapporte un journaliste sur place :

Le glas a également été sonné à Lourdes, tandis que le rosaire était récité pour les victimes de l’attentat.

En janvier 2015, après l’attentat contre le pourtant très anticlérical hebdomadaire Charlie Hebdo, les cloches des églises de France avaient déjà sonné le glas. Après les attentats du 13 novembre 2015, c’est le glas de Notre-Dame de Paris qui avait retenti.

«À la suite de l’attentat de ce matin à la basilique Notre-Dame de Nice, l’archevêque de Paris, Mgr Michel Aupetit, présidera une messe à l’intention des victimes à 15h15 à Saint-Sulpice, après la sonnerie du glas», a annoncé le diocèse de la capitale dans un communiqué.

À 20h30, Mgr Michel Aupetit rencontrera le premier ministre Jean Castex à Matignon. Il donnera une conférence de presse à l’issue de sa rencontre, précise le diocèse.

Selon nos informations, l’individu, né en 1994 et connu des services de renseignements, était vêtu d’une djellaba et d’une veste de treillis. Son arrestation a semble-t-il permis d’éviter une nouvelle tragédie.

L’Arabie saoudite a «condamné avec force» l’attentat survenu à Nice dans la matinée. «Nous condamnons avec force et dénonçons l’attaque terroriste qui a fait des morts et des blessés (…) à Nice, en France», a indiqué le ministère saoudien des Affaires étrangères sur Twitter. «Nous réitérons le rejet catégorique du royaume à de tels actes extrémistes qui sont contraires à toutes les religions, les croyances et le bon sens», ajoute le texte.

Il appelle en outre à «rejeter les pratiques qui entraînent la haine, la violence et l’extrémisme».

Trois personnes ont été tuées ce matin. La première des victimes était une femme âgée d’environ 70 ans. La deuxième victime, une trentenaire, a succombé aux nombreux coups de couteau donnés par l’assaillant. Enfin, la troisième victime n’était autre que le sacristain de l’église, Vincent, père de deux filles.

Emmanuel Macron est arrivé à Nice, en compagnie notamment du ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin. Le député des Alpes-Maritimes Éric Ciotti est à ses côtés, ainsi que Christian Estrosi, le maire de la ville.
Éric Dupond-Moretti, Gérald Darmanin, Emmanuel Macron et Christian Estrosi, ce jeudi, à Nice. AFP

La président de la République est actuellement en train de discuter avec des forces de l’ordre présentes sur place. Les policiers municipaux ont effectivement contribué à l’interpellation de l’auteur des faits ce matin.

Le grand imam de la mosquée et université Al-Azhar, l’un des plus hauts dignitaires de l’islam sunnite, a condamné et dénoncé dans un tweet «cet abominable attentat terroriste». «Il n’y a aucune justification pour ces actes terroristes haineux qui contredisent les enseignements tolérants de l’islam et de toutes les religions divines», a-t-il poursuivi. Il met également en garde contre «l’escalade de la rhétorique de la violence et de la haine» et appelle à «la prédominance de la voix de la sagesse».

Les anciens présidents Nicolas Sarkozy et François Hollande ont tous deux dénoncé un acte de «barbarie», Nicolas Sarkozy appelant la France à «faire preuve d’une détermination sans faille» contre «les ennemis de la démocratie», François Hollande affirmant que «la démocratie est notre arme» face au «terrorisme islamiste».

«Je suis proche de la communauté catholique de Nice, en deuil après l’attaque qui a semé la mort dans un lieu de prière et de consolation. Je prie pour les victimes, pour leurs familles et pour le bien-aimé peuple français, afin qu’il puisse réagir au mal par le bien», a réagi officiellement le pape François sur son compte Twitter.

«Dès la nouvelle de cet attentat à Nice, la responsable de la sécurité de la cathédrale pour l’État est d’ailleurs venue me trouver pour voir si nous ne devions pas renforcer notre dispositifconfie à La Vie l’archevêque de Rouen, Mgr Dominique Lebrun, qui avait été confronté en 2016 à l’assassinat islamiste du père Hamel. Mais nous ne devons pas céder devant la peur. Nous ne devons pas fermer nos églises.»

« C’est un moment de tristesse, dans un moment de confusion. Le terrorisme et la violence ne peuvent jamais être acceptés », a déclaré Matteo Bruni, directeur de la salle de presse du Vatican, ce 29 octobre , rapporte l’agence de presse romaine I.Media. «L’attentat d’aujourd’hui a semé la mort dans un lieu d’amour et de consolation, comme la maison du Seigneur », ajoute-t-il. Le pape selon lui est informé de la situation et se fait proche de la communauté catholique en deuil. «Il prie pour les victimes et leurs proches, pour que la violence cesse, pour qu’on recommence à se regarder comme frères et soeurs et non comme des ennemis, pour que le peuple français puisse réagir uni contre le mal, avec le bien.»La chancelière allemande Angela Merkel a exprimé la «solidarité» de l’Allemagne avec la France. «Je suis profondément bouleversée par les meurtres cruels dans une église à Nice», a déclaré la dirigeante citée sur le compte Twitter du porte-parole du gouvernement allemand. «Dans ces heures difficiles, l’Allemagne adresse sa solidarité à la nation française», a-t-elle ajouté.

La Turquie a «fermement» condamné l’attaque «sauvage» au couteau de Nice, mettant de côté les vives tensions entre Ankara et Paris pour exprimer sa «solidarité».

«Nous condamnons fermement l’attaque qui a été commise aujourd’hui à l’intérieur de l’église Notre-Dame de Nice (…) et présentons nos condoléances aux proches des victimes», a déclaré le ministère turc des Affaires étrangères dans un communiqué.

«Il est clair que ceux qui ont commis une telle attaque sauvage dans un lieu de culte sacré ne peuvent s’inspirer de quelque valeur religieuse, humaine ou morale que ce soit», a ajouté le ministère, exprimant sa «solidarité avec le peuple français face au terrorisme et à la violence».

Le premier ministre britannique Boris Johnson s’est dit, dans un tweet en français, «sous le choc» après «l’attaque barbare» qui a fait au moins trois morts dans une église de Nice, dans le sud-est de la France.

«Je suis sous le choc d’apprendre la nouvelle de l’attaque barbare au sein de la basilique Notre-Dame à Nice. Nos pensées vont aux victimes et à leurs familles, et le Royaume-Uni est aux côtés de la France pour lutter contre la terreur et l’intolérance», a-t-il écrit.

L’auteur de l’attaque au couteau a crié «Allah Akbar» en accomplissant son geste, selon une source proche de l’enquête citée par l’AFP.

Le plan vigipirate est porté au niveau «urgence attentat» sur l’ensemble du territoire national après l’attentat de Nice, vient d’annoncer devant l’Assemblée nationale Jean Castex, précisant qu’un conseil de défense aurait lieu vendredi matin.

Le premier ministre a également dénoncé une «attaque aussi lâche que barbare qui endeuille le pays tout entier».

Deux fidèles, qui connaissaient le sacristain assassiné, témoignent, bouleversées, devant un journaliste de Nice Matin: «C’était un homme calme, très calme. Il ne disait rien, il servait l’église. Il était tout le temps à l’écoute (…).»«Il est urgent que cette gangrène soit stoppée comme il est urgent que nous retrouvions l’indispensable fraternité qui nous tiendra tous debout face à ces menaces», ajoutent les évêques dans leur communiqué.«C’est parce qu’elles se trouvaient dans la Basilique que ces personnes ont été attaquées, assassinées. Elles représentaient un symbole à abattre»commente la CEF dans un communiqué«Ces assassinats nous rappellent le martyre du Père Jacques Hamel. À travers ces actes horribles, c’est tout notre pays qui est touché. Ce terrorisme vise à installer l’angoisse dans toute notre société.» 

La conférence des évêques de France (CEF) a appelé dans un communiqué à un hommage à 15h, invitant les catholiques à prier pour les victimes et toutes les églises du territoire national à faire sonner le glas : «Malgré la douleur qui les étreint, les catholiques refusent de céder à la peur (…) Partout où cela sera possible, le glas des églises de France sonnera aujourd’hui à 15h. Les catholiques seront invités à une prière pour les personnes victimes».

À Rome, les cloches de l’église Saint-Louis-des-Français sonneront également le glas à 15h.Après les départs à Nice d’Emmanuel Macron, Gérald Darmanin (Intérieur) et Éric Dupond-Moretti (Justice), et Jean Castex à l’Assemblée nationale, la ministre déléguée à la Citoyenneté, Marlène Schiappa, assure la présidence de la cellule interministérielle de crise à Beauvau, a indiqué le ministère de l’Intérieur dans un communiqué.

Le président de la République se rendra à la basilique Notre-Dame de Nice en début d’après-midi, a indiqué l’Élysée à la mi-journée. Il sera accompagné du ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, du ministre de la Justice Éric Dupont-Moretti, de Jean François Ricard, chef du parquet national antiterroriste ainsi que de Mgr de Moulin Beaufort, président de la Conférence des évêques de France, précise l’Élysée dans un communiqué. Emmanuel Macron échangera avec les forces de sécurité et secours mobilisées sur place. Il rencontrera sur place le maire de Nice, Christian Estrosi ainsi que les députés Cédric Roussel et Eric Ciotti.

Selon des sources policières du Figaro, deux heures après l’attaque de la basilique de Notre-Dame de Nice, un homme a tenté d’attaquer des policiers à Avignon, dans le quartier de Montfavet. Il a été abattu par les forces de l’ordre vers 11h15.

«Ma tristesse est infinie en temps qu’humain devant ce que d’autres êtres, dits humains, peuvent commettre», a réagi Mgr André Marceau, évêque de Nice, dans un communiqué ce jeudi en fin de matinée. «À cet instant, toutes les églises de Nice sont fermées jusqu’à nouvel ordre, et placées sous protection policière», indique-t-il.

«Toutes mes prières rejoignent les victimes, leurs proches, les forces de l’ordre en première ligne de cette tragédie, prêtres et fidèles meurtris dans leur foi et leur espérance, ajoute Mgr Marceau. Que l’esprit de pardon du Christ prévale face à ces actes barbares.»

«Je suis profondément choqué et attristé par la nouvelle de l’horrible attentat de Nice. Cette douleur est ressentie par nous tous en Europe, a réagi David Sassoli, président du Parlement européen, sur son compte Twitter. Nous avons le devoir de nous unir contre la violence et ceux qui cherchent à inciter et à répandre la haine.»

«Solidarité avec les famillles des victimes et tous les habitants de Nice, une nouvelle fois frappée au coeur. Restons unis et déterminés de toutes nos forces pour faire face à la menace du terrorisme islamiste sur notre pays», a réagi l’ancien premier ministre et ministre des Affaires étrangères Jean-Marc Ayrault.

«Pensée de compassion affligée pour les victimes de l’attentat de Nice. Solidarité émue avec les catholiques de France», a réagit ce matin le leader de la France insoumise Jean-Luc Mélenchon sur Twitter.
Interrogée par un reporter de Nice Matin, une Niçoise témoigne : «souvent, je passe le matin (dans la basilique), pour mettre un cierge. Cela aurait pu être moi».

Une autre femme, à quelques mètres du drame, s’indigne et crie sa rage, à quelques mètres du drame, rapporte encore Nice Matin. 

Les premières images des agences de presse montrent les forces de l’ordre continuer de boucler le secteur de la basilique Notre-Dame et des riverains sous le choc, après l’attentat terroriste ayant causé la mort de trois personnes.

Les forces spéciales du Raid, unité d’élite de la police nationale du Raid, ont investi la basilique.

«Drame à Nice. Ma prière pour les victimes et leurs proches. Dimanche, pour la Toussaint, nous entendrons le Seigneur : Heureux les artisans de paix, ils seront appelés fils de Dieu. Heureux si l’on vous persécute à cause de moi. Car votre récompense sera grande dans les cieux», écrit l’archevêque du diocèse de Reims et président de la Conférence des évêques de France, Mgr de Moulins-Beaufort, dans un tweet en hommage aux victimes.

«Ma prière toute spéciale encore pour les diocésains de Nice et Mgr Marceau, leur évêque. Qu’ils sachent se soutenir dans cette épreuve et soutenir ceux qui sont éprouvés dans leur chair», a-t-il ajouté.Prêtre à Versailles, blogueur influent et régulièrement invité sur les plateaux télévisés, l’abbé Pierre-Hervé Grosjean a réagi ce matin sur Twitter à l’attaque survenue dans le secteur de la basilique Notre-Dame de Nice : « Immense peine après l’attentat dans l’église Notre Dame de Nice. Communion avec les prêtres, les paroissiens, le diocèse. Prière pour les défunts, tués parce qu’ils étaient chrétiens. Prière et… immense colère contre ces barbares islamistes, qui viennent nous attaquer si lâchement», a-t-il écrit.

«Les fleurs et les bougies ne suffiront pas», a-t-il poursuivi dans un second tweet. « Nous croyants, nous prierons pour les défunts et leurs proches, pour la conversion du coeur des barbares… mais la mission des politiques, ce n’est pas les fleurs ni les bougies. C’est de nous protéger contre cet ennemi et de le vaincre», a-t-il insisté.

«Aujourd’hui, nous sommes en train de payer un tribut beaucoup trop lourd en étant une fois de plus victimes de l’islamo-fascisme (…) Cela ne fait aucun doute, (…) il n’a cessé de répéter ‘Allah akbar’», a précisé à la presse Christian Estrosi.
«Je condamne avec force l’attentat terroriste qui s’est produit près de la basilique Notre-Dame de Nice. En signe de deuil et de solidarité avec les victimes et leurs proches, j’appelle les musulmans de France à annuler toutes les festivités de la fête du Mawlid», commémoration de la naissance du prophète Mahomet, a réagi jeudi matin sur Twitter le Conseil français du culte musulman (CFCM).

«Mes premiers mots sont des mots de compassion à l’égard des proches et des familles des victimes, ainsi que pour tous ceux de la communauté paroissiale de la basilique Notre-Dame de Nice», a déclaré à la presse le maire de la ville. Il s’est également adressé à «tous les Niçois qui sont sous le coup de l’émotion», et a rendu «hommage aux forces de l’ordre».

Avec Lefigaro par Bénedicte Lutaud, Margaux d’Adhémar, Christophe Cornevin et Steve Tenré

Étiquettes : , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :