Congo: Monuments historiques : bientôt l’implantation d’un buste du sergent Malamine Camara à Brazzaville

L’annonce a été faite, le 13 novembre, par le ministre de la Culture du Sénégal, Abdoulaye Diop, lors de sa visite au Mémorial Pierre-Savorgnan-de-Brazza, lieu choisie pour édifier ce buste.

Photo 1 : Belinda Ayessa remettant la photographie du sergent Malamine Camara au ministre Abdoulaye Diop (crédit photo/ Adiac)

« Avec madame l’ambassadeur, nous sommes en train de voir comment apporter le buste du sergent Malamine Camara qui a joué un rôle important dans l’histoire ici au Mémorial Pierre-Savorgnan-de-Brazza. Nous sommes aussi en train de réfléchir comment avec nos écrivains et artistes avoir un peu plus de documentation sur lui pour avoir une déclinaison théâtrale sur la vie et l’œuvre de ce brave sergent ici à Brazzaville. Mais au-delà de cela, on va continuer à travailler dans le cadre de la commission mixte entre les deux parties », a indiqué le ministre à l’issue de sa visite.

Appréciant l’espace qu’il a visité qui reprend l’histoire de la ville de Brazzaville, Abdoulaye Diop a souligné également qu’il n’y a pas que l’histoire de Pierre Savorgnan de Brazza qui est relatée, mais aussi celle de leur compatriote, le sergent Malamine Camara. «Nous devons tous continuer à magnifier cette belle histoire qui doit continuer à instruire nos populations. Merci pour la chaleur de l’accueil et merci pour le contenu de l’histoire. »

Photo 2 : Le ministre Abdoulaye Diop et sa délégation posant pour la postérité avec Belinda Ayessa (crédit photo/ Adiac)

En effet, l’histoire de Pierre Savorgnan de Brazza est indissociable de celle du sergent Malamine Camara qui, sans sa bravoure, Brazzaville, sinon la République Congo, serait la continuité de Kinshasa ou mieux du Congo-Léopoldville. C’est le sergent Malamine Camara qui a tenu tête devant Stanley et son équipe. « Très jeune à cette époque-là, avoir ce courage, avoir cette vision très claire, c’est ça qui fait l’intérêt de l’Afrique  parce que nous avons des dignes fils partout qui sont très utiles. Je crois qu’aujourd’hui, ça prouve, à partir de tous les témoignages faits par les compatriotes, que Malamine est un enfant de l’Afrique », a déclaré le ministre Abdoulaye Diop.

Bien auparavant, le ministre sénégalais de la Culture a bénéficié de la visite guidée. Avant de se séparer de son hôte de marque, la directrice générale du Mémorial Pierre Savorgnan-de-Brazza, Belinda Ayessa, lui a offert un présent constitué de la photographie du sergent Malamine Camara.

Avec Adiac-Congo par Bruno Okokana

Étiquettes : , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :