Canada-Toronto: Encourager les communautés noires à se faire vacciner contre la COVID-19

Le Dr Akwatu Khenti mène un groupe de travail qui veut s'attaquer à la méfiance envers les vaccins dans les communautés noires.

© Adam Coish/Université de Toronto Le Dr Akwatu Khenti mène un groupe de travail qui veut s’attaquer à la méfiance envers les vaccins dans les communautés noires.

Une équipe d’experts en santé de Toronto s’est donné pour mission de persuader un plus grand nombre de citoyens Noirs de se faire vacciner contre la COVID-19. Elle organise samedi une assemblée virtuelle.

Le Groupe de travail des scientifiques noirs de Toronto sur l’équité en matière de vaccins (Toronto’s Black Scientists’ Task Force on Vaccine Equity) veut réparer des dommages qui remontent à plusieurs générations et qui ont causé une méfiance des communautés noires envers les vaccins.

L’équipe regroupe des immunologistes, médecins de famille, naturopathes, infirmières et experts en santé mentale.

«Les professionnels noirs, en particulier les scientifiques noirs, peuvent aussi parler en tant que victimes. Nous aussi, nous sommes passés par là», souligne le Dr Akwatu Khenti, président du groupe de travail.

La méfiance des Noirs envers les vaccins et les professionnels de la santé en général trouve ses racines dans des événements historiques : par exemple, l’Étude de Tuskegee sur la syphilis en Alabama, lors de laquelle des hommes noirs ont été soumis à leur insu à une expérience médicale non éthique, menée par des médecins blancs.

Des chercheurs, activistes et patients ont aussi maintes fois dénoncé le racisme anti-Noirs dans le système de santé canadien.

Les personnes noires sont donc parmi les plus susceptibles de rejeter la vaccination, selon des experts. Le bureau de santé publique de Toronto a évalué que les résidents noirs de descendance africaine et caribéenne présentent, d’une part, les taux les plus élevés d’infection à la COVID-19, et d’autre part, les taux les plus élevés d’hésitation par rapport à la vaccination.

«C’est en grande partie lié à l’érosion de la confiance, en raison d’agissements et de mauvaises expériences dans le passé », a déclaré le maire John Tory la semaine dernière, alors qu’il annonçait une stratégie pour mieux protéger les populations noires de Toronto face à la COVID-19.

Cinq réunions à venir

L’assemblée virtuelle de samedi – la première d’une série de cinq – abordera donc les «problèmes de confiance historiques et contemporains » autour des vaccins. Lors des prochaines réunions, le groupe de travail compte parler de sujets comme le fonctionnement des vaccins, la désinformation et les théories du complot.

Selon un sondage réalisé en novembre par la santé publique de Toronto, 16 % des résidents de la ville disaient qu’ils n’avaient pas l’intention de prendre le vaccin de la COVID-19, et 11 % étaient indécis.

Toronto n’a pas encore récolté de données raciales sur l’hésitation des citoyens par rapport aux vaccins, mais la Dre Vinita Dubey, médecin hygiéniste adjointe, déclare dans un courriel à CBC que la Ville mènera bientôt «de plus amples recherches sur cet enjeu important».

Des experts soulignent que des théories du complot au sujet des vaccins circulent en ce moment.

© Amir Cohen/Reuters Des experts soulignent que des théories du complot au sujet des vaccins circulent en ce moment.

Le Dr Akwatu Khenti, qui est aussi professeur adjoint à l’École de santé publique Dalla Lana de l’Université de Toronto, dit qu’il a lui-même rencontré un nombre surprenant de Noirs qui lui ont dit qu’il ne prévoyaient pas de se faire vacciner.

D’autres experts en santé publique ont aussi exprimé leur inquiétude face aux théories du complot qui circulent sur les médias sociaux, au sujet du vaccin et des étapes de développement.

Le Dr Khenti s’inquiète surtout de rumeurs selon lesquelles le vaccin modifierait l’ADN du receveur ou l’infecterait avec de petites doses du nouveau coronavirus ou du VIH.

Il dit que pour lutter contre la méfiance et la désinformation, il faut passer par l’empathie et établir un lien de confiance, en plus d’exposer les faits et la science.

Le groupe de travail s’appuiera sur l’utilisation de métaphores et d’expressions culturellement appropriées et sur la reconnaissance des expériences historiques de différents groupes.

Il souligne qu’il faut aussi s’adapter d’une personne à l’autre, selon ses origines et sa situation.

 CBC/Radio-Canada avec les informations de Nick Boisvert

Étiquettes : , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :