Mauricie et au Centre-du-Québec: Une semaine déterminante pour éviter de basculer en zone rouge

La région reviendra-t-elle en zone rouge? La question est sur toutes les lèvres depuis que le nombre de cas est reparti à la hausse au cours des derniers jours en Mauricie et au Centre-du-Québec atteignant la moyenne des 50 cas quotidiens. Pendant ce temps, le casse-tête se poursuit dans les écoles qui doivent composer avec des cas de variants.

 Ce sont 31 nouveaux cas de COVID-19 qui ont été enregistrés, dimanche, en Mauricie et au Centre-du-Québec.

© undefined Ce sont 31 nouveaux cas de COVID-19 qui ont été enregistrés, dimanche, en Mauricie et au Centre-du-Québec.

Le nombre d’hospitalisations sera également à surveiller, alors que celui-ci a doublé au cours des derniers jours, passant d’une dizaine à une vingtaine de patients traités pour la COVID-19. Avec les nouveaux cas qui se sont ajoutés au cours de la dernière semaine, les prochains jours devraient être déterminants à ce chapitre puisqu’il faut généralement un certain temps avant que les gens se retrouvent à l’hôpital.

«Si ça continue comme ça, on n’aura pas le choix, mais si les gens font attention et que le nombre de cas freine, on devrait être correct», croit le Dr Frédéric Picotte, un médecin de famille qui fait également de l’urgence, à Shawinigan, et qui fait partie des personnalités et des experts de la région qui se sont joints à la campagne «Comptez-sur moi» pour encourager la vaccination.

«Par contre, si on continue de se voir et qu’on suit plus ou moins les mesures parce qu’on est fatigué, on risque de voir le nombre d’hospitalisations augmenter de manière proportionnelle, c’est mathématique, continue-t-il. C’est vraiment au cours de la prochaine semaine que l’on va voir si ça augmente encore. Elle sera déterminante pour savoir si on se ramasse en zone rouge.»

«On voit ce qui se passe en Ontario et à Québec. On sait que quand le nombre de variants prédomine, le nombre de cas augmente. C’est un signe pour nous en Mauricie qu’il faut continuer d’appuyer les mesures, le temps qu’on vaccine le plus grand nombre de personnes, poursuit-il. Notre meilleure protection pour prévenir un nouveau variant encore plus contagieux, c’est la vaccination.»

Celui-ci se réjouit d’ailleurs de l’engouement que l’on a pu observer au cours des dernières semaines pour la vaccination, notamment avec les files d’attente que l’on a pu voir un peu partout dans la région pour recevoir une première dose d’AstraZeneca.

«Ce qui me motive beaucoup, ce sont les données scientifiques. C’est de voir que les pays qui ont mis ça à l’avant-plan et qui ont réussi à vacciner massivement leur population, ils n’ont pas eu de troisième vague. Si on regarde l’Angleterre, on voit dans les chiffres que ça fait une grosse différence, rappelle-t-il. C’est la meilleure façon de retrouver notre liberté et j’ai bien hâte que l’on retrouve une vie normale. Oui c’est important de continuer d’appliquer les mesures en attendant, mais c’est le vaccin qui va faire une différence.»

Deux fois moins de cas que la veille dans la région

Il y avait d’ailleurs quelques nouvelles encourageantes en ce qui concerne le portrait de la COVID-19 en Mauricie et au Centre-du-Québec, dimanche, alors que le nombre de nouveaux cas déclarés était deux fois moins élevé que la veille et que les hospitalisations étaient reparties à la baisse. 

Après plusieurs journées avec un nombre de cas qui demeurait élevé, le CIUSSS de la Mauricie et du Centre-du-Québec a en effet déclaré 31 nouveaux cas, dimanche, soit 17 en Mauricie et 14 au Centre-du-Québec. Les nouveaux cas étaient répartis entre Drummond (5), Arthabaska (5), Shawinigan (5), Trois-Rivières (4), Maskinongé (3), Mékinac (3), des Chenaux (2), Nicolet-Yamaska (2), Bécancour (1) et L’Érable (1).[object Object]

Avec 30 nouvelles personnes qui se sont rétablies de la maladie, c’est seulement un cas actif de plus qui s’est ajouté pour un total de 370, soit 161 en Mauricie et 209 au Centre-du-Québec. La tendance de la dernière semaine avait tout de même eu une incidence sur le taux de cas actifs qui s’élève à 70,9 par 100 000 habitants. Ce qui se rapproche de l’Estrie (75,9) et du Saguenay-Lac-Saint-Jean (79,0).

Pour ce qui est des hospitalisations, on comptait 17 personnes hospitalisées, dont seulement deux se trouvaient aux soins intensifs. C’est une baisse marquée par rapport à vendredi, alors que sept patients occupaient l’un des dix lits disponibles aux soins intensifs du CHAUR de Trois-Rivières.

Le nombre de variants est toutefois beaucoup plus élevé que la veille. Ce sont en effet 404 cas présomptifs qui avaient été déclarés positifs au criblage dans la région, dimanche, ce qui représente une augmentation de 60 par rapport à samedi. Le nombre de cas confirmés comme étant de la souche britannique demeurait toutefois toujours à six, selon les données de l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ).

Pour ce qui est de la vaccination, ce sont 141 499 doses qui ont été administrées en Mauricie et au Centre-du-Québec. C’est 3517 de plus que ce qui avait été déclaré, la veille, sur le site du gouvernement du Québec.

Rappelons qu’après une pause, en fin de semaine, la vaccination sans rendez-vous avec les doses d’AstraZeneca reprendra lundi. Des cliniques auront lieu à Sainte-Tite, de 8h30 à 16h, et à Nicolet, de 12h à 19h.

Par ailleurs, pour une deuxième nuit consécutive, la police de Trois-Rivières indiquait ne pas avoir remis de constat d’infraction en lien avec le non-respect du couvre-feu, dans la nuit de samedi à dimanche.

Des cas de variants à la Riveraine

Le centre de services scolaire de la Riveraine a également fait savoir, dimanche, que des cas de variants dans certains établissements entraînent la rupture de certains parcours du transport scolaire pour une période indéterminée.

Le CSS rapporte un cas de variant à l’école primaire Jean-XXIII, à Saint-Wenceslas, ce qui implique l’isolement à la maison d’un groupe classe et de plusieurs membres du personnel jusqu’au 28 avril. Cela occasionne aussi la fermeture du service de garde pour une période indéterminée en raison d’un manque de personnel.

Un cas de variant à l’école secondaire la Découverte, à Saint-Léonard-d’Aston, oblige aussi la fermeture de tous les groupes du premier cycle (1re et 2e secondaire) du 19 au 30 avril inclusivement. 

Il y a aussi les élèves de 5e secondaire du Séminaire Saint-Joseph qui devront faire l’école à distance jusqu’au 30 avril. Selon ce qu’indiquait Radio-Canada Mauricie, dimanche, neuf enseignants doivent se placer en isolement après avoir été en contact avec un élève ayant contracté la COVID-19.

Avec  Sébastien Lacroix – Le Nouvelliste 

Étiquettes : , ,

Une Réponse to “Mauricie et au Centre-du-Québec: Une semaine déterminante pour éviter de basculer en zone rouge”

  1. Bouesso Says:

    Des signes à surveiller !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :