Canada: Doug Ford, en larmes, présente ses excuses aux Ontariens

Le premier ministre de l’Ontario, Doug Ford, a présenté ses excuses aux Ontariens pour ses décisions impopulaires des derniers jours. Il a tenu jeudi une première conférence de presse depuis la levée de boucliers qui a suivi l’introduction des dernières restrictions contre la COVID-19.

Le premier ministre de l'Ontario, Doug Ford (archives)

© Nathan Denette/La Presse canadienne Le premier ministre de l’Ontario, Doug Ford (archives)

Certaines de ces restrictions n’étaient pas recommandées par les experts de la santé et ont ensuite été annulées.

«Nous sommes allés trop vite. J’admets que certaines des mesures que nous avons annoncées sont allées trop loin. Nous nous sommes trompés. Nous avons fait une erreur. Ces décisions ont laissé beaucoup de gens inquiets, en colère et bouleversés. Je suis désolé, je m’excuse sincèrement», a dit le premier ministre de l’Ontario, au bord des larmes.

Il faisait notamment référence à la fermeture annoncée des structures de jeux pour enfants et des pouvoirs spéciaux accordés à la police, deux mesures qui ont soulevé la grogne des Ontariens et sur lesquelles le gouvernement a reculé en moins de 24 h.

M. Ford s’est adressé aux Ontariens de la cour arrière de la maison de sa défunte mère à Etobicoke. Il est actuellement en isolement préventif après qu’un membre de son personnel eut reçu un résultat positif après avoir subi un test de dépistage de la COVID-19. «Je réalise pleinement le privilège que j’ai de pouvoir m’isoler de manière sécuritaire.»

Le premier ministre s’est défendu, toutefois, d’être responsable de la situation sanitaire désastreuse dans laquelle se trouve l’Ontario. «Ce n’est pas moi qui ai gardé les frontières ouvertes ou qui n’ai pas obtenu assez de vaccins.»

Quant aux appels à sa démission, lancés par le chef libéral Steven Del Duca et plusieurs commentateurs politiques ontariens, Doug Ford n’a pas l’intention d’y donner suite. «Les chroniqueurs et les médias ont le droit de dire ce qu’ils veulent, a-t-il affirmé. Je vais nous sortir de cette pandémie. Je ne vais pas reculer. »

Le député libéral d’Ottawa-Sud John Fraser est quant à lui revenu à la charge en demandant à nouveau la démission du premier ministre ontarien jeudi. «Je sympathise avec lui. C’est clair qu’il travaille fort, mais il travaille mal», a-t-il mentionné en conférence de presse. «Il doit faire la bonne chose et démissionner.»

M. Fraser considère que Doug Ford agit trop lentement et écoute les mauvaises personnes en ne privilégiant pas la science dans sa gestion de la crise sanitaire en Ontario.

Des congés de maladie payés

Le premier ministre Ford a aussi confirmé l’engagement de son gouvernement, annoncé plus tôt cette semaine par ses ministres, de légiférer pour garantir des congés de maladie payés aux travailleurs essentiels. Jusqu’ici, Doug Ford rejetait pourtant l’idée avec véhémence en disant que le programme fédéral était suffisant.

Mais aucun échéancier n’a été présenté jeudi pour la mise en place de ce programme réclamé depuis des mois par les partis d’opposition et les intervenants du milieu de la santé. Pour le moment, Doug Ford se contente d’affirmer qu’il s’agira «du meilleur programme en Amérique du Nord».

Plus tôt cette semaine, le Groupe pour le consensus en matière de modélisation et de conseils scientifiques de l’Ontario, qui conseille le gouvernement ontarien sur les questions liées à la pandémie, réclamait de nouvelles mesures visant l’accélération de la vaccination des travailleurs essentiels et l’offre de congés de maladie payés.

Des excuses vides

La chef de l’opposition officielle de l’Ontario, la néo-démocrate Andrea Horwath, est restée sur sa faim après le mea-culpa public de Doug Ford jeudi matin. «Ce dont nous avions besoin aujourd’hui de la part de notre premier ministre et de son gouvernement était des actions pour sauver des vies», a-t-elle déclaré en conférence de presse. «Et nous n’avons rien eu de cela.»

Selon elle, la province aurait dû annoncer des mesures concrètes concernant entre autres les congés de maladie payés, la fermeture des entreprises non essentielles et la vaccination des milieux jugés à haut risque de transmission de la COVID-19. «Ce gouvernement n’a jamais compris l’urgence d’agir pour aider l’Ontario à traverser cette pandémie mondiale», a indiqué Mme Horwath.

La chef néo-démocrate se dit particulièrement troublée par l’état de la crise actuellement et accuse le premier ministre Ford de ne prendre «aucune responsabilité quant à la gravité de la situation dans laquelle il a plongé [la province].»

Selon le chef du Parti vert de l’Ontario, Mike Schreiner, la résistance et l’inaction du premier ministre Ford dans le dossier des congés de maladie payés ont déjà coûté la vie de nombreux Ontariens.

«Le fait qu’il ait fallu des milliers de décès et une crise qui fait rage en Ontario pour que le premier ministre s’en rende compte est consternant», fait-il valoir.

Le chef des verts demande au gouvernement Ford de légiférer immédiatement sur des congés de maladie payés «accessibles», «permanents» et «uniformes», ainsi que sur des congés payés pour permettre aux travailleurs de se faire vacciner.

D’après un récent sondage du syndicat Unifor, la grande majorité des Ontariens souhaite l’adoption d’une loi pour garantir des congés de maladie payés par l’employeur.

Avec  CBC/Radio-Canada 

Étiquettes : , , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :