[Tribune] – Pour une intervention des institutions africaines au Sahel

Au Mali, patrouillent conjointement les soldats francais de la force Barkhane et ceux des forces armées maliennes du G5 Sahel

Le Burkina Faso, le Mali et le Niger connaissent une crise profonde qui ne trouve aucune solution dans les actions antiterroristes mises en place. Il est temps que d’autres acteurs africains prennent leurs responsabilités.

La crise au Sahel central est l’une des plus importantes au monde, avec 14 millions de personnes ayant besoin d’une aide d’urgence au Burkina Faso, au Mali et au Niger. En 2020, plus de civils ont été tués par des soldats censés les protéger que par des groupes armés non étatiques. Pourtant, aucun soldat burkinabé, malien, nigérien ou chef de milice impliqué dans des violations des droits de l’homme n’a encore été traduit en justice.

Stratégies défaillantes

En ma qualité d’expert indépendant des Nations unies sur la situation des droits humains au Mali, j’ai constaté que les souffrances et l’instabilité ont été d’une telle ampleur qu’on pourrait penser que ce conflit aurait fait l’objet d’une médiatisation globale et aurait été la priorité de l’attention mondiale. Toutefois, cela n’a pas été le cas, comme en témoigne le fait que, sur les plans d’intervention humanitaire de 2020, seuls 48 % ont été financés au Mali, 60 % au Burkina Faso et 61 % au Niger.

Malgré toutes les informations disponibles sur le conflit, les gouvernements sahéliens et leurs partenaires internationaux ont réagi à la crise principalement par une optique antiterroriste qui ne s’attaque pas suffisamment aux causes profondes de la crise, ni met la protection des civils au cœur de leur réflexion. Les défaillances de gouvernance stratégique , la corruption et l’impunité ne sont toujours pas résolues, ce qui a permis à la crise de progresser et de perdurer.

Un récent rapport de la Coalition citoyenne pour le Sahel intitulé « Sahel: ce qui doit changer » fait valoir que les attaques des groupes djihadistes continuent et doublent chaque année depuis 2016. L’augmentation spectaculaire des morts civils aux mains des forces de sécurité de l’État illustrent clairement que l’accent mis sur une approche antiterroriste au Sahel central ne fonctionne pas.

La France et d’autres membres de la communauté internationale ont une responsabilité à endosser afin de résoudre les conflits dans la région à plus long terme, en particulier dans le contexte du colonialisme.
Ce n’est un secret pour personne qu’au cœur de la crise de gouvernance au Sahel central se trouve l’échec de la construction de l’État-nation. Plus précisément, l’incapacité de briser le modèle hérité des politiques coloniales en vertu desquelles chaque colonie était gouvernée séparément en fonction de son utilité individuelle.

SOLUTIONS AFRICAINES AUX PROBLÈMES AFRICAINS

Le colonialisme a eu pour conséquence directe le manque d’intégration au niveau national et sous-régional, remettant en question la cohésion nationale dans les trois États sahéliens centraux, et les prédisposant au cycle répété de la polarisation, de la radicalisation et des conflits. Néanmoins, ces liens historiques n’exonèrent pas les États africains de leur responsabilité et de leur rôle de leadership. Les gouvernements sahéliens, avec le soutien de l’Union africaine, ont l’obligation d’entendre et d’agir par rapport aux aspirations de leurs citoyens. Notre orientation politique ne peut plus être éclairée par des sommets convoqués à la hâte par des puissances extérieures – cela va à l’encontre de toute notion d’autodétermination et de « solutions africaines aux problèmes africains ».

Les pays sahéliens doivent répondre à la crise en donnant la priorité à la protection de leurs citoyens, en particulier des civils. Les principes de bonne gouvernance exigent une meilleure gestion de la diversité, du dynamisme ethnoculturel et territorial, ainsi que la gestion des ressources naturelles, y compris la dynamique concernant les conflits agriculteurs-éleveurs. Ces règles ont des répercussions sur l’étendue de la représentation des citoyens dans le processus politique. Une bonne gouvernance responsable exige que les gouvernements centraux et leurs autorités locales fournissent des services essentiels, efficaces et efficients à tous les citoyens, et sans discrimination.

Le changement est maintenant urgent. Les inégalités qui se reflètent dans les déséquilibres persistants entre les zones urbaines et rurales dans l’investissement public ne peuvent pas perdurer, pas plus que la corruption dans la gestion des budgets du secteur de la défense et l’impunité des forces armées qui commettent des actes de violence contre les civils qu’elles sont chargées de protéger.

La Coalition citoyenne pour le Sahel est cette union relativement jeune d’organisations de la région sahélienne, du continent africain et de partenaires du monde entier. Elle a utilisé, avec succès, le pouvoir d’une voix unie pour proposer audacieusement de nouvelles solutions mesurables et mettre à nu  le décalage entre les défaillances de gouvernance, leur contribution à l’escalade du conflit et le coût d’une insistante réponse militarisée générant une surabondance de morts parmi les civils.

Les réactions des représentants de l’Union africaine, de la France et de l’Allemagne ont été vues. Leur appui explicite à la nouvelle approche envisagée prouve que les efforts militaires ne peuvent, à eux seuls, résoudre les crises profondément enracinées du Sahel, ni protéger les civils. Cela indique que le changement au Sahel pourrait effectivement être en vue. Toutefois, des mesures concrètes sont encore nécessaires pour transformer des déclarations une réalité.
Les Sahéliens doivent maintenant tenir pour responsable leurs dirigeants, la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest, l’Union africaine et les partenaires internationaux afin de placer les populations au centre de la réponse et de mettre fin à leurs souffrances en s’attaquant, d’abord et avant tout, aux causes profondes du conflit.

Je crois que la ténacité, l’activisme et la créativité qui résident dans le peuple sahélien ne permettront plus aux dirigeants, dans la région et au-delà, de se reposer sans donner la priorité aux populations civiles.

Par  Alioune Tine

Expert indépendant des Nations Unies sur la situation des droits humains au Mali, Fondateur du think tank AfrikaJom.

Étiquettes : , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :