Congo-Diaspora: Hommage d’un aîné à son petit frère Marc Mapingou

Photo de BrazzaNews.

Premier anniversaire du décès de mon cher cadet Marc Mapingou

Mon très cher frère,

Il y a un an, le 5 mai 2020, aux aurores, tu tirais ta révérence à la Clinique Ambroise Paré de Neuilly-sur-Seine, ville où tu as vécu durant plusieurs années avec ton épouse Lucile, tes enfants – Thierry-Guillaume, Pascale, Marc-Aurèle et Louis-Marty. Tu habitais un appartement superbe où trônaient de magnifiques tableaux de maîtres, de remarquables photos te montrant avec des grands de ce monde: Nelson Mandela, Jacques Chirac, Pascal Lissouba, Omar Bongo et bien d’autres.
Une demeure sympathique que tu souhaitais ouverte à tous. Ton esprit cosmopolite, ta bonté, ta disponibilité et surtout ton humilité ont égayé les nombreux parents et amis durant ce court mais intense moment que tu as passé sur cette terre des hommes. Même tes adversaires ont reconnu ces qualités que tu avais chevillées au corps.
Sur le plan politique, tu ne t’es jamais départi de ton élégance et de ta courtoisie, qualités fondamentales pour tous les grands hommes en dépit des trahisons et des coups tordus.

Tolérant, ouvert sur l’universel, tu as été ma fierté, la fierté de toute la famille, de tes amis, de tous ceux et celles qui t’ont connu et aimé. Nos lectures, nos musiques, nos échanges se sont hélas brutalement arrêtés…

Je pense à nos auteurs préférés, particulièrement à Stefan Zweig que nous citions dans nos moments de doute: « Malgré ce que moi-même et mes innombrables compagnons d’infortune avons souffert d’humiliations et d’épreuves, il ne m’est pas possible de renier sans recours la foi de ma jeunesse et de désespérer d’un relèvement et d’une nouvelle renaissance. De l’abîme, de terreur où nous marchons à tâtons comme des aveugles. L’âme bouleversée et le coeur brisé, je jette encore un regard vers ses anciennes constellations qui resplendissaient sur ma jeunesse et me consolent avec la confiance héréditaire que cette décadence ne paraîtra qu’une interruption momentanée dans le rythme éternel de l’irrésistible progrès ».
Ces mots nous rassuraient sur la volonté de ne jamais désespérer. Tels furent les fondamentaux de ta rectitude et de ton engagement. Tout comme cet autre écrivain, Thomas Mann, pourchassé par les Nazis, dépité, mélancolique et désespéré, qui écrivait ceci: « J’éprouve comme une horreur irrationnelle à l’idée de reposer un jour en terre allemande, l’Allemagne ne m’a rien demandé, ni rien donné, l’Allemagne m’est devenue totalement étrangère ».

Toi mon frère, je te le promets, tu retrouveras ta terre natale, Zanaga, au Congo-Brazzaville, notre pays. Tu y reposeras aux côtés des siens, de ton père, Basile Jacques Mapingou, le premier député de Zanaga, avant que moi et bien d’autres vous rejoignent.
La musique, le concert du 1er janvier auquel tu voulais me convier, début 2021, parce que la musique de Johann Strauss père et fils nous séduisait. Nous l’écoutions, tous les débuts d’année, depuis 1982, sur la chaîne de télévision française Antenne 2. Trop de souvenirs cognent aujourd’hui ma tête, je ne puis tous les énumérer dans cette lettre. Je m’engage, avant de te rejoindre, à les évoquer à chaque anniversaire de ta mort. Maman est plus que jamais inconsolable, ainsi que tes frères, tes soeurs, tes amis. Je pense particulièrement à Victor Philippe Mpara, à Noël Magloire Ndoba qui ont fait des témoignages d’une forte émotion fraternelle.
Nous t’aimons et t’aimerons toujours.

Ton frère aîné Paul Alexandre Mapingou.

Avec Brazzanews

Étiquettes : ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :