Génocide au Rwanda : Emmanuel Macron reconnaît « l’ampleur des responsabilités » françaises

Emmanuel Macron, au Mémorial Gisozi de Kigali, le 27 mai 2021.

Arrivé à Kigali ce 27 mai, le président français Emmanuel Macron a indiqué que la France a le « devoir de regarder l’histoire en face et de reconnaître la part de souffrance qu’elle a infligée » aux Rwandais.

Arrivé à Kigali ce 27 mai, le président français Emmanuel Macron a débuté sa visite officielle au mémorial du génocide de Gisozi, à Kigali, dont il a signé le livre d’or. Accompagné d’une délégation où figurent notamment la rescapée Annick Kayitesi-Jozan et l’écrivaine Scholastique Mukasonga, il a livré un discours dans lequel il a notamment reconnu les « responsabilités » de la France dans l’histoire qui a conduit au génocide, tout en appelant à nouer de nouvelles relations entre les deux pays.

Comme cela était prévisible, le président français a écarté le mot tabou de « complicité ». « Les tueurs qui hantaient les marais, les collines, les églises n’avaient pas le visage de la France, a-t-il ainsi déclaré. Elle n’a pas été complice. Le sang qui a coulé n’a pas déshonoré ses armes ni les mains de ses soldats, qui ont eux aussi vu de leurs yeux l’innommable, pansé des blessures, et étouffé leurs larmes ».

Emmanuel Macron a toutefois reconnu « l’ampleur de nos responsabilités » entre 1990 et 1994, appelant « ceux qui ont traversé la nuit [à] nous faire le don de nous pardonner », afin de « bâti[r] ensemble de nouveaux lendemains ».

« Un rôle, une histoire et une responsabilité »

« La France a un rôle, une histoire et une responsabilité politique au Rwanda, a ainsi déclaré le président français. Et elle a un devoir : celui de regarder l’histoire en face et de reconnaître la part de souffrance qu’elle a infligée au peuple rwandais en faisant trop longtemps prévaloir le silence sur l’examen de vérité. »

LA FRANCE N’A PAS COMPRIS QUE, EN VOULANT FAIRE OBSTACLE À UN CONFLIT RÉGIONAL OU UNE GUERRE CIVILE, ELLE RESTAIT DE FAIT AUX CÔTÉS D’UN RÉGIME GÉNOCIDAIRE

« En s’engageant dès 1990 dans un conflit dans lequel elle n’avait aucune antériorité, la France n’a pas su entendre la voix de ceux qui l’avaient mise en garde, ou bien a-t-elle surestimé sa force en pensant pouvoir arrêter le pire », a-t-il ajouté.

« La France n’a pas compris que, en voulant faire obstacle à un conflit régional ou une guerre civile, elle restait de fait aux côtés d’un régime génocidaire. En ignorant les alertes des plus lucides observateurs, la France endossait une responsabilité accablante dans un engrenage qui a abouti au pire, alors même qu’elle cherchait précisément à l’éviter. »

La visite d’Emmanuel Macron est la première d’un président français au Rwanda depuis celle qu’avait effectuée Nicolas Sarkozy en février 2010.

Avec Jeune Afrique par Medhi Ba

Étiquettes : , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :