France/« Il existe mille formes d’emprise » : Anne Sinclair revient sur sa relation avec DSK

Dans le portrait de la semaine réalisé par Audrey Crespo-Mara pour « Sept à huit », la journaliste évoque sa « hantise du désaccord » avec son ex-mari.

Entre les années 1980 et 1990, Anne Sinclair était la star de l’info sur TF1. Les politiques ont défilé sur le plateau de la journaliste, réputée pour ses grands entretiens. En privé, la native de New York était en couple avec Dominique Strauss-Kahn, alors député, rencontré lors d’un tournage de Questions à domicile en 1988. Dans le portrait de la semaine réalisé par Audrey Crespo-Mara pour Sept à huit, diffusé ce dimanche 30 mai, la journaliste de 72 ans est revenue sur la prise de fonction de son ex-mari à Bercy, entraînant son retrait de l’antenne de 7 sur 7, et sur sa relation sous « emprise » avec l’ancien patron du FMI.

Dans ses mémoires, Passé composé (Grasset), Anne Sinclair revient sur sa relation avec Dominique Strauss-Kahn, tombé en disgrâce après l’affaire du Sofitel de New York, en 2011. Aux côtés de son mari de l’époque, alors patron du Fonds monétaire international (FMI) et accusé de viol par Nafissatou Diallo, la journaliste a affronté la tempête judiciaire, les rumeurs sur son couple, le battage médiatique autour des mœurs de l’ancien ministre. Dix ans plus tard, la compagne de Pierre Nora évoque « l’emprise » de son ex-époux. « C’est de mon fait et pas que du sien. J’ai été, comme avec ma mère, dans la hantise du désaccord et j’ai mis du temps à m’apercevoir qu’on peut avoir une relation en étant d’avis différents », explique-t-elle, en évoquant les « mille formes d’emprise ».

Anne Sinclair n’a « jamais regretté » sa mise à l’écart

Auparavant présentatrice et directrice adjointe de l’information, Anne Sinclair gérait tambour battant sa carrière à TF1 et sa vie privée. Si l’intervieweuse cuisinait « les puissants » sur la Une, elle gérait aussi la famille, ses finances, ses deux enfants nés d’une précédente union avec Ivan Levaï. « Affectivement », on est quelquefois « sinon dominée, au moins un peu mise de côté », selon la principale intéressée.

Vedette de l’entretien politique, Anne Sinclair a dû renoncer à la présentation de 7 sur 7, en 1997. En cause : la nomination de Dominique Strauss-Kahn à Bercy. Une mise à l’écart que la journaliste n’a « jamais » regrettée. « Au tout début, je me suis peut-être trouvée un peu désœuvrée. Beaucoup de gens ont pensé que c’était une soumission des femmes par rapport à la carrière de leur mari, mais ça n’a rien à voir », affirme-t-elle sur TF1. Pour Anne Sinclair, son retrait du magazine était la solution pour éviter un conflit d’intérêts, alors que son ex-mari était nommé au poste clé de ministre de l’Économie et des Finances. « Quand vous devenez la femme d’un des personnages les plus importants de l’État, on ne vous voit plus de la même manière », ajoute-t-elle, reconnaissant que sa liberté aurait été « entravée ».

Par Le Point

Étiquettes : , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :