Canada-Québec: Un recensement de 1760 revient à Trois-Rivières

Un registre créé en 1760 à Trois-Rivières et conservé depuis 150 ans par la Société historique de Montréal vient de revenir à Trois-Rivières.

Élaine Bérubé, archiviste aux Archives nationales du Québec à Trois-Rivières.

© STÉPHANE LESSARD Élaine Bérubé, archiviste aux Archives nationales du Québec à Trois-Rivières.

Le document, riche en informations historiques précieuses, vient en effet d’être remis par don à Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ) par la Société historique de Montréal.

Le registre de 138 pages est constitué d’un recensement réalisé en 1760 et mis à jour en 1762 ainsi que de lettres et placards affichés entre 1760 et 1764.

Ces documents témoignent des activités du gouvernement militaire sur le territoire des Trois-Rivières pendant cette période.

Le registre lui-même contient deux documents. Le premier s’intitule Recensement des habitants de la Ville et Gouvernement des Trois-Rivières tel qu’il a été pris au mois de septembre mil sept cent soixante. Le second document s’intitule Lettres et placards affichés dans le gouvernement des Trois-Rivières Mil sept cent soixante, 1761, 1762, 1763 et 1764.

Le recensement concerne la Ville des Trois-Rivières et sa banlieue, Pointe-du-Lac, Machiche (Yamachiche), Rivière du loup (Louiseville), Maskinongé, Yamaska, Saint François, Baie St Antoine (Baie-du-Febvre), Nicolette (Nicolet), Bécancour, Gentilly, Saint Pierre les Becquets, Sainte Anne et Sainte Marie (Sainte-Anne-de-la-Pérade) Rivière Batiscant et Batiscant (Batiscan). Champlain, Cap de la Magdeleine (Cap-de-la-Madeleine) et Forges Saint-Maurice.

Le document a été trouvé par Alfred Garneau le 15 octobre 1870 chez un encanteur de Québec. Il a été vendu quelques jours plus tard au président de la Société historique de Montréal.

Le don fait à BAnQ 150 ans plus tard, fait en sorte que le document se retrouvera dans BAnQ numérique, indique Mario Robert, président de la Société historique de Montréal.

Jean-Louis Roy, président-directeur général de BAnQ estime que «ce document est une source extraordinaire d’informations sur l’état du monde en 1760, avant l’Accord de Paris de 1763. Quel est l’état du Bas-Canada? On ne le sait pas trop. Combien de gens sont partis? Combien de gens sont restés? Qui sont les gens qui sont restés? Il y a plein de questions qui se posent encore sur cette période charnière», dit-il.

«L’état du monde nous est révélé dans ce document», dit-il.

Le document ne recense pas seulement les personnes. C’est aussi «un recensement sur les richesses», indique M. Roy et il touche 12 à 15 % de la population qui vivait au Québec à cette période.

«Ça nous indique aussi comment se fait la transition du régime français au régime britannique. Il y a plein de liens qui peuvent être faits, y compris avec les autochtones auxquels on fait référence dans ces documents», précise le PDG de BAnQ.

«C’est une pièce rare. C’est une pièce unique, une pièce qui sera appréciée de beaucoup de chercheurs», prévoit-il, reconnaissant que BAnQ ait pu en faire l’acquisition.

Avec  Brigitte Trahan – Le Nouvelliste

Étiquettes : , , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :