Congo/Inhumation de Parfait Kolélas : le Mcddi appelle à libérer les tendances égoïstes

Le président du Mouvement congolais pour la démocratie et le développement intégral (Mcddi) et frère cadet du défunt candidat, Euloge Landry Kolelas, a appelé les sympathisants, l’opinion nationale et internationale à se libérer des tendances égoïstes pour tourner vers la vérité. 

Dans un message délivré le 19 juin à Brazzaville, le frère cadet de l’illustre disparu a appelé à se libérer des tendances égoïstes et sentiments de rejet et se tourner vers tout ce qui ramène à la vérité de l’amour, facteur indispensable du vivre-ensemble sincère, apaisé et épanoui.

Le président du Mcddi, Euloge Landry Kolélas lisant la déclaration/ Adiac

« Je tiens à lancer un vibrant appel à tous les sympathisants et militants du Mcddi, d’autres formations politiques, à l’opinion nationale et à la diaspora congolaise pour que la disparition de Guy-Brice Parfait Kolélas ne soit pas exploitée à des fins inavouées, mais qu’elle nous rassemble autour des valeurs républicaines et qu’elle soit enfin un véritable moment de méditation pour chacun », a insisté le président du Mcddi.

S’adressant particulièrement aux militants, sympathisants et aux membres du bureau exécutif de son parti, il a exprimé, en toute sincérité, sa profonde gratitude pour leur compassion et leur assistance multiforme manifestée lors du décès de son frère aîné.

« J’ai gardé le silence jusqu’à ce jour en raison du grand choc et de l’émotion profonde de cette disparition qui m’a plongé dans un chagrin insurmontable et une douleur insupportable, malgré nos divergences sur la conduite des affaires politiques », a- précisé Euloge Landry Kolelas.

Evoquant les moments marqués de hauts et de bas passés avec le président défunt de l’Union des démocrates humanistes, mais aussi aux côtés de ses frères et sœurs, il a réitéré son engagement ainsi que celui du parti qu’il dirige à la Mouvance présidentielle, mais aussi à l’alliance Mcddi-Pct qu’il qualifie de  » socle de l’unité nationale et au président Denis Sassou N’Guesso ».

« Le choix de la paix, l’entente, la concorde nationale n’est pas une faiblesse, mais un choix de la raison », a déclaré Landry Kolélas, soulignant que « les pressions de toutes sortes et les difficultés du parcours politique peuvent conditionner la liberté de choix et mener aux décisions contraires à nos convictions ».

Avec Adiac-Congo par Guy-Gervais Kitina

Étiquettes : , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :