Congo: Décès du Général Joseph Niombella-Mambula

Décès de JIM NIOMBELLA, Un Homme, un Officier de valeur, un Officier général, un homme qui s’est converti à l’écosystème à travers son association, un Officier Général vient de nous quitter ce jour:

Il refusa d’accepter la proposition d’être l’aide de Camp du Président Marien NGOUABI, en estimant que le rôle d’un Officier formé à Saint-Cyr, « n’est pas d’ouvrir les portes des voitures.  »

Après le mouvement du 5 février 1979, il est victime de l’intolérance politique, il est radié des effectifs de l’Armée Populaire Nationale (APN) et sera affecté à notre ambassade en Italie.

Il rejoindra les rangs des Forces Armées Congolaises à la suite de la tenue de la Conférence Nationale Souveraine et nommé au grade de Colonel.

Il sera promu au grade de Général de Brigade en août 1993 par le Président Pascal LISSOUBA.

Admis à la 2ème section, il se consacre dans la vie associative dans l’écosystème.

Ayant appris la triste nouvelle de sa mort, le Général Anselme Mackoumbou-Nkouka s’est exprimé en ces termes:

« C’est avec une grande tristesse que j’apprends la disparition brutale du général Niombella. Un frère d’armes, un ami avec qui j’ai souvent passé des moments agréables, inoubliables dans son domaine de Ndjiri. Adieu Jim?« 

Dernier hommage au général Joseph Niombella Mambula

L’officier supérieur des Forces armées congolaises (FAC) à la retraite, le général Joseph Niombella Mambula, a eu droit le 23 juin aux honneurs religieux de ses frères d’armes et aux rites traditionnels de son terroir avant son inhumation, dans l’intimité familiale, à Kintélé. 

Lors de la levée du corps à la morgue municipale de Brazzaville, une poignée des fidèles catholiques et les membres de sa famille se sont recueillis à la chapelle en témoignage de son attachement à l’église et à l’illustre disparu.

Par la suite, les hauts officiers du commandement des FAC, des membres du gouvernement et les membres de sa famille se sont inclinés, tour à tour, devant la dépouille mortelle du général. L’hymne de Saint-Cyr a été entonné par les militaires parce que l’officier supérieur fut parmi les premières promotions d’élèves congolais finalistes à l’École spéciale militaire de Saint-Cyr (ESM Saint-Cyr).

Le général Joseph Niombella Mambula est né le 09 décembre 1943 à Mossaka, dans le département de la Cuvette. Fils de Niombella Martin et de Saholamoyi Emilie, il s’est intéressé au métier des armes et, est engagé le 21 septembre 1963 dans l’armée populaire nationale. Il a commencé sa carrière au premier bataillon congolais pour le compte de l’unité marine.

Les mérites et les qualités de cet officier supérieur des FAC sont reconnus de tous ceux qui l’ont fréquenté. « Je l’ai connu depuis le lycée. C’était un homme qui n’aimait pas les injustices. Il était pour l’honneur, la droiture et le travail bien fait », a reconnu le professeur Honoré Mobonda.

Pour sa part, le docteur Tatiana Mobengo a ajouté : « Je l’ai découvert depuis 2006 non seulement comme un militaire, mais aussi comme un papa et un meilleur conseiller, un guide. Je venais chez lui à la maison pour qu’il me parle de sa vie et du Congo. C’est une perte pour moi et pour le pays ».

Au terme des études supérieures en France et en Russie, il était affecté au premier groupe d’artillerie en qualité d’officier adjoint et prend ses fonctions le 2 mai 1968. Le 1er août 1968, il est nommé chef de corps du 1er groupe d’artillerie tout en bénéficiant son avancement au grade de lieutenant par décret n°068 / 197 du 18 juillet 1968.

En 1972, il est devenu capitaine. En 1969, il est nommé directeur à Mantsimou cumulativement avec ses fonctions de chef de corps du 1ergroupe d’artillerie. En 1973, il est détaché auprès du ministre des Travaux publics et de l’Aviation civile en qualité de responsable permanent de l’organisation de la sécurité du port de Pointe-Noire.

Le général Joseph Niombella Mambula était promu au grade de général de brigade en août 1993 par le président Pascal Lissouba. Durant sa vie, il s’est consacré à l’écosystème à travers l’association des ressortissants du monde d’eau (Arem’Eau).

Dans  l’intimité traditionnelle, un concert de la danse rituelle Mouengué réservée aux initiés guérriers du village Sengolé, dans le district de Mossaka, a été organisé en l’honneur de l’illustre disparu.

Avec Brazzanews

Étiquettes : , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :