La CAN des quartiers : « vivre ensemble » ou repli identitaire ?

La « CAN des quartiers », à Créteil.

D’un simple tournoi entre amis à Créteil en juin 2019, la « CAN des quartiers » est devenue, deux ans plus tard, un véritable succès populaire à travers la France. À ces matchs de foot, se mêlent aussi parfois géopolitique et revendications sociales.

Goussainville, en banlieue parisienne, juillet 2021. Des dizaines de jeunes envahissent le terrain en scandant « Dima Maghrib » (littéralement, « le Maroc, pour toujours »). Depuis le lancement, en mai 2019 par le Franco-Sénégalais Moussa Sow, de la  « Coupe d’Afrique des nations des quartiers », le phénomène a gagné la France. À LIRE Football : Moussa Sow, le Franco-Sénégalais qui a lancé la CAN des quartiers

Difficile de passer à côté de l’engouement que génèrent ces tournois qui pullulent dans tous les villes de banlieue. À Montreuil, en Seine-Saint-Denis, ils étaient 300 supporteurs réunis lors du match entre le Mali et la Côte d’Ivoire. Au Clos Layat, en périphérie de Lyon, plus d’un millier de personnes ont assisté à la victoire de la RDC sur l’Algérie. 

« Exprimer notre africanité »

Paix, communion et partage, sont au centre de tous les matchs. Mais certains s’interrogent : cette ferveur autour du drapeau d’origine ne symboliserait-elle pas les dysfonctionnements de l’intégration, au sein de la société française, des jeunes issus des banlieues ? Abdu Gnaba, anthropologue, désamorce une éventuelle polémique : « Diverses identités se réunissent autour d’une même règle. Il y a une volonté de respecter un cadre tout en exacerbant les identités ». « Le football est l’occasion d’affirmer son attachement à sa nation ou à ses origines, et ce, sans agressivité, abonde Patrick Mignon, sociologue à l’Institut national du sport et de l’éducation physique (INSEP). La période actuelle, où se mélangent confinement et effets de la mondialisation, renvoie à des montées identitaires puissantes. »

IL Y A UN BESOIN D’EXPRIMER NOTRE AFRICANITÉ, CHOSE QU’AU QUOTIDIEN NOUS N’EXPRIMONS PAS ASSEZ

« Dans nos cultures africaines, il y a un besoin d’exprimer notre africanité, chose qu’au quotidien nous n’exprimons pas assez », affirme de son côté Traoré, 29 ans, l’un des organisateurs de la CAN de Montreuil, contacté par Jeune Afrique.

À ces compétitions bon enfant s’invitent aussi parfois des revendications sociétales. En 2019, Assa Traoré, qui tient plusieurs gendarmes pour responsables de la mort de son frère Adama, décédé à 24 ans dans la cour de la gendarmerie de Persan en 2016 dans des circonstances sur lesquelles la justice ne s’est pas encore prononcée, avait défendu la mémoire de son frère lors des CAN de Clichy-sous-Bois, Meaux et Mantes-la-Jolie. Juste avant l’un de ces matchs, Assa Traoré, devenue une icone du militantisme contre les violences policières, avait pris le micro pour clamer la nécessité de « renverser ce système d’oppression policière ». À la suite de son intervention, des centaines de personnes reprenaient son mantra : « justice ! »  

Géopolitique

Pour Patrick Mignon, cet épisode est significatif. « Dès que les inégalités se creusent, les revendications sociales et identitaires se renforcent ». « Depuis tout petit, on nous renvoie à nos origines, alors que nous sommes pourtant français, déplore Sadio, 30 ans, gardien de but de la RDC lors de la CAN d’Aulnay-sous-Bois. Je pense qu’indirectement, c’est à cause de ce constat que nous organisons des évènements de ce type. »  

IL Y A UNE RIVALITÉ ENTRE MAROCAINS ET ALGÉRIENS OU ENTRE IVOIRIENS ET MALIENS, MAIS IL S’AGIT D’UNE RIVALITÉ SAINE »

Parfois, la géopolitique s’invite aussi lors des matchs. Là encore, sans agressivité aucune. À Clermont-Ferrand, la rencontre la plus attendue est sans conteste celle qui oppose l’Algérie au Maroc, en raison de la rivalité, plus que sportive, entre les deux pays. En 2019 à Clichy-sous-Bois, au moment des hymnes, les joueurs qui représentaient la Turquie avaient brandi une banderole sur laquelle était inscrit : « solidarité au peuple malien ».

« Il s’agit de confrontations dans un cadre ludique pour disqualifier les confrontations agressives, assure Abdu Gnaba. Si on a grandi ensemble, alors on est frères. Il y a cette idée que nous sommes identiques car nous vivons dans le même lieu. Nous assistons à la valorisation d’un territoire qui va à contre-courant des clichés que peut véhiculer la banlieue. » « On se connaît tous, on a tous grandi ensemble, renchérit Traoré. Il y a une rivalité entre Marocains et Algériens ou entre Ivoiriens et Maliens, mais il s’agit d’une rivalité saine ».

En deux ans, le succès des « CAN de quartiers » n’est plus à démontrer. Son initiateur, Moussa Sow, a même annoncé, début juillet, l’organisation prochaine d’une « Coupe du monde des quartiers ». La France pourra y être représentée. Et ce, pour continuer à rassembler.  

Avec Jeune Afrique par Achraf Tijani

Étiquettes : , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :