Covid-19 en France : dispense du port du masque dans les lieux demandant le passe sanitaire

Un décret publié au « Journal officiel » précise les modalités de l’obligation du passe sanitaire lors de rassemblements culturels et de loisir de plus de 50 personnes.

Des visiteurs patientent pour accéder à la tour Eiffel, à Paris, vendredi 16 juillet 2021.
Des visiteurs patientent pour accéder à la tour Eiffel, à Paris, vendredi 16 juillet 2021. PASCAL ROSSIGNOL / REUTERS

La circulation du SARS-CoV-2 en France est, désormais, « une épidémie de jeunes », a déclaré le ministre de la santé, Olivier Véran, invité sur l’antenne de RTL, mardi 20 juillet. « Les 15-40 et même les 20-30 ont le taux d’incidence le plus élevé dans certains départements, je pense aux Pyrénées-Orientales, on a un taux d’incidence qui est au-dessus de 1 000 [cas sur 100 000] chez les jeunes », a-t-il poursuivi.

Le nombre de nouveaux cas quotidiens du Covid-19 a continué d’augmenter, lundi, selon les chiffres publiés par Santé publique France. L’agence sanitaire fait état de 4 151 cas détectés en vingt-quatre heures, contre 1 260 lundi dernier. Dimanche, 12 532 nouveaux cas avaient été détectés. La grande majorité de ces nouveaux cas est due au variant Delta, plus contagieux.

  • Dispense du port du masque dans les lieux demandant le passe sanitaire

Le port du masque ne sera plus obligatoire pour le public dans les lieux où l’entrée est conditionnée au passe sanitaire, sauf si la situation épidémique locale l’exige, selon un décret publié mardi au Journal officiel. Le texte prévoit, comme annoncé par le gouvernement, que le document (certificat de vaccination, test virologique négatif récent ou certificat de rétablissement) doit être demandé lors de rassemblements culturels ou de loisir dépassant la jauge de 50 personnes et sera exigible dans les lieux de culture (cinémas, musées, théâtres…) à partir de mercredi.

« Là où il y a le passe sanitaire », les personnes « pourront enlever le masque », car « ça veut dire qu’on est sûr que toutes les personnes qui rentrent sont vaccinées complètement ou ont un test très récent qui est négatif », a également déclaré M. Véran sur RTL. Lorsque le passe sanitaire entrera en vigueur, « vous n’aurez plus l’obligation de porter le masque » dans ces endroits-là, « sauf contrordre des préfets dans les départements en fonction de la situation épidémique », a-t-il poursuivi. Le décret précise que « l’exploitant ou l’organisateur » du rassemblement concerné pourront également imposer le masque s’ils le souhaitent, sans qu’une décision soit prise par la préfecture.

Toutefois, contrairement au public qui y accède, les salariés qui travaillent dans ces endroits devront garder le masque pour l’instant, a précisé le ministère du travail à l’Agence France-Presse. « Le port du masque reste la règle en entreprise. Le passe étant obligatoire à partir du 30 août pour les salariés [des lieux soumis au passe], il n’est pas envisagé pour le moment de le supprimer pour ces salariés », a fait savoir le ministère.

Le professeur de droit public Paul Cassia a annoncé mardi matin avoir déposé devant le Conseil d’Etat, avec trois représentants de professionnels des loisirs, un référé (procédure d’urgence) demandant la suspension de ce nouveau décret, estimant notamment qu’il avait été pris « sans visibilité aucune » et que « sa nécessité et à plus forte raison sa stricte proportionnalité ne sont pas établies », selon la requête consultée par l’AFP.

  • Port du masque obligatoire en extérieur dans 45 communes en Charente-Maritime

Le port du masque en extérieur redevient obligatoire, mardi, en Charente-Maritime dans 45 communes touristiques, comme à l’île de Ré ou à La Rochelle, alors que le département est confronté à une « évolution rapide et inquiétante » de l’épidémie de Covid-19, a annoncé, lundi 19 juillet, la préfecture dans un communiqué.

De l’île d’Oléron aux stations balnéaires de Royan et Châtelaillon-Plage, le préfet Nicolas Basselier a ordonné l’extension du port du masque en extérieur pour tous à partir de 11 ans dans 45 communes touristiques, sauf à la plage, en forêt et dans les parcs et jardins, a précisé la préfecture.

La préfecture a justifié ce tour de vis par une « dégradation brutale » des indicateurs épidémiques. « Cette situation a d’ores et déjà un impact sur l’activité économique avec des fermetures d’établissement qui se multiplient, suite à des cas positifs ou cas contacts parmi le personnel », souligne la préfecture dans son communiqué. En tout, une vingtaine de bars et de restaurants ont dû fermer, précise une source préfectorale à l’Agence France-Presse.

En Charente-Maritime, le taux d’incidence a atteint mardi 145,4 cas pour 100 000 habitants contre 63 pour 100 000 pour la France et 79,7 pour la région où il apparaît comme le département le plus touché par la reprise épidémique. La flambée est particulièrement marquée chez les 10-19 ans où ce taux atteint 395 pour 100 000 et les 20-29 ans où il s’envole à 545 pour 100 000, selon la préfecture.

Par Le Monde avec AFP

Étiquettes : , , , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :