Covid-19 en France : deux foyers de contamination identifiés dans des discothèques

Les deux établissements de l’est du pays comptabilisent 110 infections. Pendant ce temps, les sénateurs ont donné vendredi un premier aval en commission au projet de loi anti-Covid-19.

Nouveau coup dur pour la vie nocturne et festive en France. Deux foyers de contaminations au SARS-CoV-2 ont été identifiés dans des discothèques situées dans l’est du pays, ont annoncé les autorités sanitaires, vendredi 23 juillet.

Au Discopolis de Charmes, dans les Vosges, l’Assurance-maladie a identifié 44 contaminations, selon la préfecture et l’agence régionale de santé (ARS) du Grand Est. Le décompte pourrait encore augmenter, puisque 1 000 cas contacts ont été recensés. Par ailleurs, à Mathay, dans le Doubs, le Cario Club a fermé ses portes après que 66 personnes eurent été testées positives, ont annoncé l’ARS Bourgogne Franche-Comté et la préfecture du Doubs. Dans les deux cas, les personnes touchées ont été contaminées au cours de trois soirées, les 13, 16 et 17 juillet.

Ces découvertes de nouveaux foyers surviennent dans un contexte de reprise soutenue de l’épidémie. Le nombre quotidien de nouveaux cas de contamination a grimpé au plus haut depuis le début de mai, à 21 500, selon les chiffres publiés vendredi par Santé publique France.

La pression à l’hôpital reste modérée, avec 6 800 patients hospitalisés pour cause de Covid-19 vendredi, dont 872 dans les services de soins critiques. Mais la décrue régulière enregistrée depuis le pic de fin avril (avec plus de 31 000 hospitalisations) marque le pas depuis quinze jours. Les autorités de santé craignent que la pression sur les services hospitaliers s’accroisse à court terme, compte tenu de la hausse des contaminations enregistrée depuis le début du mois de juillet.

  • Aval des sénateurs en commission au passe sanitaire

Après l’adoption vendredi matin du projet de loi anti-Covid-19 en première lecture à l’Assemblée, les sénateurs ont donné dans la journée un premier aval en commission au texte, qui prévoit l’obligation vaccinale pour les soignants et l’extension – controversée – du passe sanitaire. La commission du Sénat a cependant conditionné l’extension du passe au rétablissement de l’état d’urgence sanitaire.

Le projet de loi repose sur la prorogation jusqu’au 31 décembre du régime transitoire de sortie progressive de l’état d’urgence. Un amendement a donc été adopté en commission, qui déclare l’état d’urgence sanitaire jusqu’au 31 octobre, en prévoyant la possibilité pour le gouvernement d’en limiter l’application, par décret, à certains territoires.

Dans ces territoires, le passe sanitaire pourrait concerner des lieux du quotidien, comme le prévoit le texte du gouvernement (cafés, restaurants…). En revanche, concernant les territoires pour lesquels le gouvernement déciderait de sortir de l’urgence sanitaire, le passe ne s’appliquerait que dans certains lieux impliquant de grands rassemblements de personnes.

Les sénateurs ont rétabli la création d’une infraction spécifique pour la présentation d’un document appartenant à autrui, mais avec une sanction revue fortement à la baisse. Au sujet des salariés des lieux soumis au passe sanitaire, qui ne le présenteraient pas, ils ont supprimé la possibilité de licenciement pour ce motif spécifique, estimant la suspension « suffisamment dissuasive ».

Le Sénat, dominé par l’opposition de droite, commence vendredi soir les débats dans l’hémicycle, mais ne s’attellera à l’examen des articles que samedi, le gouvernement visant une adoption avant la fin du week-end.

  • En Occitanie, les hospitalisations ont triplé en deux semaines

Les nouvelles hospitalisations dues au Covid-19 ont été multipliées par trois en quinze jours en Occitanie, où la situation « continue à se dégrader rapidement », a alerté vendredi l’ARS. Ces sept derniers jours, le taux d’incidence est passé de 74 à 228 pour 100 000 habitants en moyenne régionale, c’est-à-dire plus de quatre fois le seuil d’alerte.

Les populations les plus jeunes sont les plus touchées par la reprise épidémique, avec un taux d’incidence pour les 20-29 ans, en « augmentation de 168 % en une semaine et un niveau équivalent à 13 fois le seuil d’alerte », insiste l’ARS Occitanie. Pour les plus de 65 ans, l’agence mentionne une augmentation « supérieure à 200 % en une semaine ». Le nombre d’hospitalisations hebdomadaires « conventionnelles » est passé de 30 à 90 en deux semaines, tout comme les admissions en soins intensifs, de 10 à 30 par semaine.

D’après l’agence, les contaminations se produisent majoritairement lors d’évènements festifs. C’est d’ailleurs le département des Pyrénées-Orientales, frontalier de l’Espagne et très touristique, qui détient le record du niveau d’incidence en France métropolitaine, à 424,4 pour 100 000 habitants au 21 juillet contre 84,9 pour 100 000 au plan national. Jeudi, la préfecture a rendu obligatoire le port du masque à partir de samedi dans les lieux assujettis à un passe sanitaire.

  • Hausse « très nette » de tous les indicateurs en Nouvelle-Aquitaine

La circulation du SARS-CoV-2 s’intensifie également « très fortement » dans tous les départements de Nouvelle-Aquitaine, a annoncé vendredi l’ARS. « Durant la semaine du 12 au 18 juillet, le taux d’incidence a augmenté, atteignant 96,7/100 000 habitants contre 31,3/100 000 la semaine précédente », a précisé l’agence dans un communiqué. La plus forte hausse est observée en Charente-Maritime (+ 614 %).

En outre, « le suivi hospitalier témoigne d’une reprise des admissions en service de réanimation », poursuit le communiqué. Il s’agit « d’une situation très préoccupante », qui s’explique notamment par « le variant Delta, qui est deux fois plus contagieux », et par « un relâchement des gestes barrières », a souligné sur France 3 la directrice générale adjointe de l’ARS Nouvelle-Aquitaine, Hélène Junqua, qui appelle « plus que jamais » à respecter ces derniers.

  • Pour Jean-François Delfraissy, le retour à la normale n’est pas certain en 2022

Face à la résurgence épidémique causée par le variant Delta, il est impératif de maintenir les gestes barrières, comme le port du masque dans les lieux fréquentés, a insisté vendredi le président du conseil scientifique, Jean-François Delfraissy.

Sur les perspectives à plus long terme, le professeur Delfraissy s’est montré très prudent, qui souligne : « Le retour à la normale, c’est pas maintenant, c’est peut-être 2022, 2023… » « Nous gagnerons [contre le virus], mais je pense qu’on va avoir probablement un nouveau variant et qu’on est entrés dans quelque chose en longueur », a-t-il affirmé sur BFM-TV.

Concernant les contaminations dans les boîtes de nuit, rouvertes avec passe sanitaire, Jean-François Delfraissy a estimé qu’il était « dangereux » de les fréquenter. Il a assuré que ces lieux avaient été à l’origine de pic de contaminations dans plusieurs pays, notamment aux Pays-Bas.

L’invité de BFM-TV s’est « réjoui, au nom du conseil scientifique », de l’adoption dans la nuit du nouveau projet de loi anti-Covid-19, avec, à la clé, l’extension controversée du passe sanitaire et l’obligation vaccinale pour les soignants.

Par Le Monde avec AFP

Étiquettes : , , , , , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :