France-Disparition d’une randonneuse dans les Pyrénées : des ossements retrouvés

Des ossements humains ont été découverts dans les Pyrénées, rapporte « Le Figaro ». Ils pourraient appartenir à une randonneuse disparue à l’automne dernier.

La jeune femme avait entrepris en solitaire une randonnee dans le massif des Pyrenees. (Photo d'illustration)
La jeune femme avait entrepris en solitaire une randonnée dans le massif des Pyrénées. (Photo d’illustration)© ROSINE MAZIN / Mazin Rosine / Aurimages via AFP

Des ossements humains ont été découverts le 22 juillet, par un couple de randonneurs, dans les Pyrénées. Ils pourraient appartenir à une randonneuse de 37 ans, portée disparue en novembre dernier, indique Le Figaro dans un article publié mardi 27 juillet. La jeune femme avait entrepris une randonnée en solitaire dans le massif des Pyrénées, entre le Port de la Gléré et celui de Vénasque, situé sur la frontière franco-espagnole. Prénommée Esther Dingley, cette ressortissante britannique avait envoyé une dernière photo d’elle à son compagnon, le 22 novembre. Depuis, elle n’avait plus jamais donné signe de vie. Des analyses ADN et morphologiques sont en cours, afin de déterminer si ces ossements sont les siens.

Les restes humains ont été découverts dans le secteur de Benasque, côté espagnol, observe le média, qui cite la radio espagnole Huesca.

Un crâne humain a été retrouvé

« Après un ratissage minutieux de la zone, d’autres ossements ont été découverts. Toutefois, aucun vêtement ni aucune affaire n’ont été retrouvés dans le secteur », assure, auprès du Figaro, le colonel de gendarmerie Xavier Wargnier. Et si le corps n’a pas encore été identifié, plusieurs éléments suggèrent qu’il pourrait s’agir d’Esther Dingley, indique le site d’information. En effet, le secteur où les ossements se trouvaient correspond à l’itinéraire qu’aurait emprunté la randonneuse, lorsqu’elle a cessé de donner des nouvelles.

Aussi, « aucune autre disparition dans les environs n’a été signalée côté français et espagnol », abonde le colonel Wargnier auprès du même média. « Le crâne pourrait correspondre à celui d’Esther Dingley par la couleur et la longueur des cheveux », ajoutent plusieurs sources de l’enquête auprès de Huesca.

En France, la prudence est de mise

Côté français, il est encore trop tôt pour tirer des conclusions. Toujours auprès du Figaro, le colonel Wargnier indique que les ossements pourraient provenir d’un autre endroit. Ils « ont possiblement été déplacés récemment par des animaux », argue-t-il. Dans le cadre des investigations menées, les enquêteurs français ont pris contact avec la famille de la randonneuse disparue, afin que celle-ci leur remette une radio dentaire et un échantillon ADN correspondant à la jeune Britannique.

L’organisation LBT Global, qui s’évertue à prendre en charge les familles des disparus, a exigé, par le biais de Facebook, d’obtenir « des éclaircissements de toute urgence ». Comme le rappelle le journal, la mère d’Esther Dingley s’était rendue dans les Pyrénées, au cours du mois de juin, pour tenter de retrouver sa fille.

L’hypothèse d’un accident privilégiée

Dans cette enquête, aucune piste n’a jamais été exclue, même si l’hypothèse d’un accident est privilégiée par les enquêteurs. Une hypothèse à laquelle ne croit pas son compagnon, qui a parcouru plus de 1 000 kilomètres dans les Pyrénées, pour tenter de la retrouver.

« Bien que j’aie un profond respect pour les capacités et l’engagement des forces de police en France et en Espagne, c’est une opinion avec laquelle je ne peux plus être d’accord », a-t-il témoigné auprès de la BBC à la mi-juillet. « Esther portait un équipement de survie de haute qualité, elle avait tout ce dont elle avait besoin pour rester au chaud et au sec par temps bien pire que celui qu’elle avait connu », a-t-il jugé.

Et de poursuivre : « Les sentiers dans toute la région sont bien tracés et faciles à suivre, même dans l’obscurité. Le signal téléphonique était bon sur une grande partie de son itinéraire prévu, avec la zone sans signal à seulement quelques kilomètres de rayon. » Selon lui, « la recherche a maintenant été si longue et si intense que, en ce qui me concerne, la probabilité d’un accident est maintenant inférieure à la probabilité d’un acte criminel ».

Avec Le Point

Étiquettes : , , , ,

Une Réponse to “France-Disparition d’une randonneuse dans les Pyrénées : des ossements retrouvés”

  1. Bouesso Says:

    Des découvertes qui redonnent l’espoir !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :