Unicef-RDC : Céline Banza, la nouvelle ambassadrice

Révélée au grand public comme lauréate du Prix Découvertes RFI 2019, Céline, jeune chanteuse congolaise, a été choisie pour être la nouvelle ambassadrice nationale du Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef) en République démocratique du Congo.

A

Céline Banza/DR

travers sa musique et son engagement, Céline Banza souhaite placer le mariage précoce, l’éducation secondaire des filles, la santé des adolescents, l’hygiène et la santé, les violences basées sur le genre, en particulier dans les contextes de crise humanitaire, au cœur des débats.

Cette figure émergente de la musique africaine joint sa voix à celle de centaines d’artistes, d’athlètes et de personnalités à travers le monde, qui mobilisent leur talent pour que chaque enfant puisse naître et grandir en bonne santé, être protégé contre la violence et l’exploitation, manger une nourriture de qualité en quantité suffisante, avoir accès à de l’eau potable, vivre dans un environnement propre et aller à l’école, où qu’il soit et d’où qu’il vienne.

Voix de velours, moral d’acier, Céline Banza soutient le travail de l’Unicef depuis plusieurs mois et a participé à la campagne « Bien-être et autonomisation des filles : ma voix est notre voix » durant laquelle la jeune chanteuse a tenu des forums de discussion avec des adolescentes et des femmes aux quatre coins du pays.

Pépite de la musique congolaise, l’artiste chanteuse, auteure-compositrice, vidéaste, actrice, performeuse congolaise est une talentueuse artiste, qui a surpris le public congolais avec son premier album. « Praefatio », c’est le titre de cet opus sorti en janvier dernier. Une préface à sa jeune carrière d’artiste, et à son parcours de femme engagée paru sur Bomayé Musik Africa, le label de Youssoupha qui lui donne la réplique sur le titre « Départ ».

Tout en gardant un œil sur la musique, la jeune femme s’essaie dans d’autres disciplines artistiques comme le théâtre et le cinéma. C’est ainsi qu’on la retrouve en 2017 dans le premier rôle du court métrage « Tamuzi » du chorégraphe Faustin Linyekula, un film inspiré de sa vie. Elle participe également à l’exposition « Kinshasa 2050 : les femmes d’abord », une initiative mettant à l’honneur les créations de sept femmes.

Avec Adiac-Congo par Durly Emilia Gankama

Étiquettes : , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :